aide à la personne

Ecrit par
trastole

Fascicule d'aide à la personne dépendante

Pour les personne polyhandicapées qui ont le plus faible potentiel d'expression,
le bien être est affaire de tous.
Introduction

Papa d'une fille polyhandicapée, ce « fascicule » est le fruit de réflexions et de confrontation au handicap. Il n'est en aucunes façons « paroles d'évangile ».
Les situations décrites risquent fort de ressembler à des «  lapalissades » mais peuvent donner des indications ou mener à des réflexions afin de contribuer au mieux être.

La base de l'aide à la personne est selon moi ; l'observation, la réflexion et l'action.

Toutes les personnes concernées sont différentes, avec des besoins spécifiques, aussi ne pas hésiter à faire part de vos idées à votre entourage. Les couturières en herbes où confirmées, les bricoleurs du dimanche ou Géo Trouvetou se font généralement un plaisir de vous venir en aide que se soit au niveau des idées, du choix des matériaux ou bien encore de la fabrication.

Lors de la fabrication, -qui peut être longue et fastidieuse- imaginer de multiples réglages, quelques centimètres peuvent faire la différence surtout lorsqu'il sagit d'enfants qui peuvent avoir une croissance rapide.

La récupération, le recyclage, le « jus de cervelle » et l'huile de coude permettent le moindre coût.

Gardant en mémoire que nul n'est infaillible. Les facultées d'anticipation, d'adaptation et de remise en question de l'accompagnant sont essentielles pour mener à bien cette tache.



Choix d'un fauteuil roulant poussé

Un choix judicieux s'impose !


Bien sûr privilégier le confort est important mais le quotidien d'un accompagnant est fait d'une multitude de manipulations, le côté pratique fait aussi parti intégrante du choix.

Définir l'utilisation : en intérieur, en extérieur ou bien mixte (choix des roues ; avec ou sans chambre).
Hauteur des poignées de « poussage »
Encombrement (manoeuvres en intérieur, demi tours, ...)
Poids et facilité de démontage pour le transport
Choix des accéssoires. Exemple : barres arrières anti retournement escamotables sous peine d'être géné lors de promenades en extérieur.

Ces réflexions préalable à l'achat sont autant de renseignements à fournir aux vendeurs pour un choix au plus prés de vos besoins.




Conduite d'un fauteuil poussé

Les maitres mots restent, anticipation, concentration.


Métriser la mise en bascule (roues avants décolées du sol) d'un fauteuil roulant apparais comme la base de la conduite en extérieur.
Il faut une certaine habitude avant de maitriser la manoeuvre, aussi, un petit entrainement s'impose, la pratique fera le reste.
La sensibilitée de la personne transportée est un paramètre à connaître afin de pouvoir tester et connaitre ses réactions face à un changement de position.
Cette manoeuvre requiert une confiance totale en l'accompagnateur.

ATTENTION aux sacs accrochés au dossier du fauteuil, dés la mise en bascule le sac descend vers le sol et risque d'entraver la marche de l'accompagnateur.


Monter un trottoir :
il y a deux modes opératoires en fonction du poid de la personne transportée.

Enfants :
mettre le fauteuil en bascule, déposer les roue avants sur le trottoir puis coller les deux roues arrières contre l'arrète de l'obstacle pour enfin tirer les poignées vers le haut en poussant vers l'avant.

Adultes :
mettre les deux roues arrières en contact avec l'arrète du trottoir, passer en position de bascule et tirer en reculant jusqu'à ce que les roues avants puissent reposer sur le trottoir


Descendre un trottoir :
positonner le fauteuil en bascule, approcher les roues arrières du bord, laisser descendre le fauteuil en exerçant une retenue sur les poignées pour ensuite reposer les roues avants.


Monter quelques marches :
ATTENTION ;
Cette pratique nécéssite force et souplesse mais ne se pratique qu'avec des personnes de faible corpulance !
Pour la première fois, ne jamais effectuer ces manoeuvres seul.

L'accompagnant doit monter deux marches à reculons puis positionner les roues arrières contre la première marche. Une fois bien sur ces appuits, l'accompagnant peut tirer sur les poignées et renouveler l'opération tout en gardant le fauteuil en bascule.
Descendre quelques marches :

ATTENTION
Ne jamais decendre en marche arrière (les roues arrière en premier) au risque de faire toucher les reposes pied contre la marche et ainsi déséquilibrer l'accompagnant.

Se positionner dans le sens de la marche, mettre le fauteuil en bascule, descendre doucement la première marche puis l'accompagnant se repositionne et ainsi de suite tout en conservant la bascule.


ATTENTION VIGILANCE à l'abord de bouches d'égouts, de par leurs petits diamètres les roues avants se bloquent facilement au moindre dénivelé et bloque net le fauteuil.

Lors de passage en terrain sablonneux ou gravillonneux il est nécéssaire de mettre le fauteuil en bascule. Si toutefois la manoeuvre s'avérait impossible (enfoncement dans le sol) il faut reculer avec le fauteuil en bascule.

Un entretien régulier est important. Les fournisseurs peuvent effectuer ce suivi.



Transport en voiture


La priorité ? c'est la personne transportée!


La voiture où tout autres moyens de transport génère des forces ( centrifuges, transfert de masse) qui nécéssitent une adaptation musculaire auquelles les personnes bien portantes font face sans mêmes y penser.
Il en est tout autrement lorsque la tonicitée musculaire est réduite voire innexistante.
L'installation correcte dans le siège devient primordiale.
Essayer de visionner le corp du point de vue du squelette, position du bassin, des épaules, de la tête.
Par exemple
Incliner le dossier aide le corps à moins basculer vers l'avant lors de freinage raisonnables et pallie à l'ipotonicitée eventuelle des muscles dorsaux.

Suivant la taille de la personne, régler l'appui tête à la bonne hauteur et au besoin s'aider d'un petit coussin en microbilles modulables à la morphologie autrefois réservés aux professionnels de santé sont aujourd'hui en vente aux particuliers (adresses de site).

Dans le même esprit, les jambes pendantes (qui ne touchent pas le sol) peuvent être une entrave sur la stabilitée du corps ou bien faire des marques voire blesser si la personne est dans une coque ainsi un petit tabouret ou step contribue au mieux être.

La ceinture de sécurité est désagréable lors de grosses chaleurs ou peut cisaller la peau une petite housse taillée dans une serviette éponge permet de remédier à ce problème.

Le soleil peut faire des dégats sur des peaux fragiles, il existe des films anti uv sans colle à appliquer sur les vitres. D'une éfficacité incontestable, leur pose n'est pas aisée mais des magasins de professionnels fleurissent un peu partout.
Dans le cas de transport de personnes épileptiques , ne pas hésiter à occulter carrément la vitre, le passage sous des arbres -ombre/soleil/ombre/soleil- peut ressembler à une lampe stroboscopique (boite de nuit) mal supporté par ces personnes là.
Si possible, calculer l'ensoleillement sur les trajets réguliers et placer la personne à l'intérieur du véhicule en fonction. Exemple : le matin à droite et le soir faire l'inverse.

L'environnement sonore a son importance, le conducteur peut avoir envie d'écouter france info ou le match de rugby alors que l'enfant préfèrera des comptines.
Le volume est à prendre en considération vis à vis de l'emplacement des personnes par rapport aux hauts parleurs. La plupart des autoradios sont maintenant équipés d'une multitudes de réglages. La fonction « fader » permet de moduler le son entre les hauts parleurs avants et arrières. La fonction « balance » différencie le coté droite et gauche.

Une fois ces quelques précautions misent en place et gardant en mémoire que beaucoup de personnes dépandantes ou polyhandicapées subissent leur transport, le style de conduite reste fondamental. Ainsi le conducteur doit informer le passager des obstacles qui se présentent : Ralentisseurs, freinages appuyés, virage sérré ou n'importe quelle situation succeptible de modifier le comportement du véhicule.

Pour ma part cela s'effectue sous forme de jeu. « Attention, attention ! » avant le ralentisseur et « hop la » au moment de l'obstacle.
Dans la même veine, Claire est très surprise par les bruits subits : une moto qui vous double, le croisement avec un camion, un véhicule de pompier toutes sirènes hurlantes... Je fais en sorte dans la mesure du possible de lui transmettre l'information avant l'instant T et tout se déroule beaucoup mieux, même si ce n'est pas toujours efficace à cent pour cent.

Le conducteur doit aussi s'inquiéter des courrants d'air générés par l'ouverture des vitres, faire attention à la gestion de la climatisation et du chauffage. Les chocs thermiques peuvent être importants, désagréables voire même néfastes sur des personnes déjà fragilisées par le handicap ou la maladie.
Posons le décor...c'est l'hiver, la température extérieure est de zéro degrés, les écharppes, bonnets et autres mouffles sont de mise. A l'intérieur, la cheminée est bien chaudeet maintien une température de vingt degrés. Un transport d'une demi heure est envisagé. Pour effectuer le transfert de la maison au véhicule on s'habille chaudement pour afronter la brise glaciale d'un hiver rigoureux. Une fois installé confortablement dans le véhicule encore glacé le blouson se supporte aisément mais au bout de dix minutes, la chaleur du chauffage poussé à son maximum envahi l'abitacle pour bientôt atteindre une température de vingt degrés et dés à présent le blouson n'est plus utile et même en trop -le corp est en surchauffe-. Le trajet touche à sa fin, un nouveau transfert est en vue et encore une différence de température de vingt degrés.
Afin de pallier à cela tout dabord faire chauffer le véhicule avant le départ et utiliser un châle ou un poncho s'avère très éfficace et permet d'être retiré rapidement en cour de route.
Il existe aussi des vètements qui s'enfilent par devant et se scratchent dans le dos.
La fabrication de tel vètement n'est pas compliqué à réaliser pour qui possède une machine à coudre : Découper un blouson dans le dos et y poser de la bande scratch en prenant soin toutefois d'aposer le coté qui gratte du scratch de façon à se qu'il n'ait aucun contact avec la peau.

Le temp passé dans un véhicule peut être long, aussi faire un petit stock de jouer ou d'objets afin de faire passer le temp, éviter cepandant les livres qui risquent fort de provoquer des nausées.

En ce qui concerne les amménagements intérieur du véhicule, un petit rétroviseur supplémentaire permet une surveillance accrue et permet de ne pas quitter la route des yeux.

Dans le cas de personnes véhiculées par un tier ( taxi, ambulance, transport scolaire) le respect mutuel -patient/ intervenant- est de rigeur. Exemple : prévenir l'intervenant en cas de non prise en charge afin qu'il ne se trouve pas devant une porte close.


Relations avec les fabricants.

Les écrits restent, les paroles s'envolent !



A la vue de l'énergie déployée pour chaperonner une personne dépendante, un peu de compassion et de professionalisme ne serai pas supperflue.


Tous le monde s'accordera à dire que les ordinateurs sont de plus en plus présents et puissants cependant certaines personnes dont les fabricants de matériels spécifiques (des spécialistes ! ) n'ont apparament pas intégrés la notion de dossiers personnalisés. Peut être pour des raisons pratiques qui demanderaient de grandes capacitées de stockage.

Ainsi à chaque renouvellement de matériels sur mesure, les solutions utiles et devenues indispensables au confort ne sont pas focément reconduites.




- Copie d'une lettre qui à contribuée à des réflexions de la part des intervenents.-


Lettre ouverte adressée aux différents intervenants (médecins, ergothérapeutes, kiné, fabricants) pour la prescription, la confection et le suivi de matériels spécifiques dédiés au maintien, à la correction et au confort d'enfants et adultes handicapés.


Sous couvert de la dénomination « spécialiste du sur mesure », nos chers fabriquants nous assomment de belles paroles techniques mais dans les actes force est de constater que des défauts sont à déplorer :
- coques trop hautes qui blessent, adaptées au fauteuil mais pas pour le transport en voiture, pas de housse antitranspirante, etc...
- chaussures orthopédiques ayant des coutures mal placées ou non protégées.

Une fois le matériel prescrit, fabriqué,-deux mois sont nécéssaires- l'approbation des intervenants de rééducation est demandée mais les requêtes ne sont souvent pas toutes prises en comptes ou bien avec des délais inconcevables de un voire deux mois de plus, temps durant lequel le principal intéressé est affublé d'un matériel inconfortable voire inadapté. Notons que dans bien des cas les utilisateurs n'ont pas le possibilité physique ou le vocabulaire pour exprimer leur mal-être.

En ce qui concerne les chaussures orthopédiques le mode opératoire de prise d'empruntes n'est pas au point , des enfants sont déplacés en fourgon à 40 kilomètres du centre pour prendre des mesures - certains en font déjà 80 à 100 km par jour- alors qu'une seule personne transportant peu de matériel pourrait faire le trajet !

Ne serait-il pas possible, en toute logique, de réfléchir à un système de fiche personnalisée portant sur les attentes, les remarques, les points importants ou les choses à proscrire afin d'avoir un support pour chaque refabrication et surtout ne livrer le matériel que lorsque il est parfait.

Des colloques sur « la bien-traitance dans la prise en charge » sont organisés, la conception et le suivi d'un matériel adapté s'impliquent tout à fait au sein de cette démarche.

A ma connaissance aucun contrôle de qualité ou de satisfation n'est mis en place de la part des organismes payeurs ainsi ce public hors normes est pris en otage et à la merci d'un système où les « spécialistes » sont rois.

Certes, je ne suis pas un professionnel mais juste un utilisateur, un papa, qui devrait mettre son énergie au service de son enfant plutôt que de se battre à chaque renouvellement de matériel spécifique.

A bon entendeur, Messieur les spécilistes ...
Le massage.

destination détente

Toute personne ayant à s'occuper d'une personne dépendante est un peu infirmière, éducateur, accompagnateur... devenez masseur amateur.
Le massage, thérapie naturelle efficace est facile à pratiquer et ne nécessite aucun matériel particulier. Il procure une relaxation intense, libére le corps de toutes les tensions inutiles, favorise le relachement musculaire et améliore la circulation sanguine.
Sans explorer des zones réflexes précises, un massage global est régénérant.


Les grands principes

- Vos mains doivent être souples et douces mais fermes et décidées.
- Le « dialogue » qui s'instaure entre la peau du corp massé et la votre est aussi important que la technique : écoutez vos mains.
- Massez de haut en bas (de la tête vers les pieds).
- Effectuez toujours les mêmes mouvements.
- Huilez toutes les zones à masser en effectuant des effleurages, puis pressez légèrement, puis plus profondément.
- Terminer la zone massée par de nouveaux effleurages avant de passer à la zone suivante.

Huiles essentielles

Mise en garde

Les huiles essentielles possèdent des propriétés puissantes. Il faut donc les utiliser avec précautions.
Pour un bon usage, respectez les consignes qui suivent :
- Evitez tout contact avec les yeux.
- Ne jamais utiliser pure directement sur la peau, en raison des risques d'irritations et d'allergies.
- Conserver hors de portée des enfants.

Les femmes enceintes, les personnes soufrant de problèmes de tension, d'épilèptie ou de problèmes de santé doivent consulter un aromathérapeute.

Utilisez une huile de massage basique, le rajout d'huiles essentielles doit être fait en connaissance de leur vertues.
Exemple :
Extrèmement puissante, l'huile d'eucalyptus ne doit pas être utilisée chez les enfants.
L'huile de romarin ne doit être utlisée qu'a très faible dose. A éviter chez les personnes sujettes à l'hypertention.

Le visage
ATTENTION !
- Ne jamais pratiquer de pressions trop forte. Les gestes sur le visage doivent être doux et « lisses ».
- Il est inutile d'utiliser de l'huile pour masser le visage. Si vous y tenez? Limitez vous à quelques goutes.
- Choisissez les huiles essentielles en fonction de votre type de peau.
- Vous pouvez terminer le massage (ou l'automassage) en posant les mains en coupe, sans enfermer le nez et la bouche. Restez plusieurs minutes? Puis otez doucement les mains.

Les mains
ATTENTION !
- Ne massez pas les mains en cas de douleurs, type arthrite.
- Comme les pieds, la main est une zone « reflexe » en liaison directe avec tout le corps.

Le ventre
ATTENTION !
- La zone de l'abdomen est très fragile. Il faut toujours procéder très doucement et s'arrèter dés que sens un blocage.
- Ne pratiquezjamais de pression profonde.
- Ne massez jamais en cas de douleurs ou de refus.
- Ne massez jamais en cas de grossess.
- Durant le massage, les « gargouillis » du ventre sont normaux et sain.
- Glissez une serviette sous les genou de votre partenaire afin de soulager la cambrure du dos.

Les jambes
ATTENTION !
- Ne massez pas les jambes, si votre partenaire souffre de sciatique, de varices ou de gonflement important.
- Ne jamais masser en cas de déchirures ou de douleur musculaire importante : vous risqueriez d'aggraver la situation.
- Augmentez toujours progressivement la pression.

Les pieds
ATTENTION !
Le pied est une zone très riche en terminaisons nerveuses ; n'exercez pas de pression trop fortes mais ne soyez pas trop « léger », surtout chez les chatouilleux !
Certaines personne ne supportent pas que l'on leur touche les pieds. N'insistez pas.
Ne massez pas les pieds en cas de problèmes de peau( verues,éczéma, pied d'athlète( champignon) ...).
Conserver toujours la même direction : du talon vers les orteils.
En cliquant sur le bouton accepter, vous autorisez l'utilisation de cookies ou technologies similaires y compris celles de tiers sur notre site internet. Les cookies sont indispensables au bon fonctionnement du site et permettent de vous offrir des contenus personnalisés, d'analyser l’audience du site et de partager vos publications.
Paramétrer les cookies