Le Musée des Arts Naïfs et Populaires de Noyers

Ecrit par
Busset Danièle
Musée de Noyers

La Création du Musée

« Dieu veuille pour notre ville (Noyers) et nos enfants qu’ils aillent plutôt à la bibliothèque et au musée que nous fondons qu’aux cafés et cabarets, du fond de la tombe nous le souhaitons et dès aujourd’hui nous sommes heureux de penser que nous avons ainsi fait quelque bien ici bas et aurons été utile à notre pays. ».

C'est le vœu de Jean-Etienne Miltiade Simmonet de Bresse* de Préfontaine dans son testament olographe rédigé le 1er mai 1873 à Paris, léguant ses objets et ses livres, à sa ville natale, Noyers sur Serein, pour la fondation d’une bibliothèque et d’un musée à Noyers.

Il prévoit que ces deux établissements seraient au mieux installés dans les vastes bâtiments du collège. « Ce sera faire revivre le passé et la mémoire d’une fondation honorable, digne de ne point être oubliée de notre cité, ainsi bibliothèque et musée trouveraient leur place naturelle dans une seule et même salle, la grande salle au-dessus de la chapelle... ».

Ses volontés ont été respectées, le Musée à été fondé grâce à ce legs en 1881,dans le collège du XVIIème siècle et présente toujours ses collections d’amateurs : tableaux, meubles, gravures, moulages, médailles, plans... qui représentent l’art de vivre de cette époque.
La Bibliothèque de Noyers, elle, conserve livres et archives.

*(Jean-Etienne Miltiade de Bresse est né à Noyers sur Serein le 7 janvier 1820. Il est le fils d’Etienne de Bresse de Préfontaine, de petite noblesse, capitaine en retraite de l’ex-troisième régiment de cuirassiers, officier de la Légion d’honneur et de Caroline-Claudine-Laurence Simonnet, son épouse, issue de notables locaux du bailliage de Noyers puisque son grand-père fut notaire à Noyers et son père notaire à Sarry avant la Révolution.
Bachelier en droit le 26 février 1844 et licencié en droit le 26 février 1845, il fut juge suppléant au tribunal de première instance de Tonnerre)
1881 à 1987

Le fonds de Bresse à été enrichi par des collectionneurs. On peut citer parmi les principaux de ces donateurs monsieur Soupey, grand voyageur sous l'éternel qui sillonna l'Afrique, le sud-est asiatique et les Iles Australes dans les dernières années du XIXème siècle. il en rapporta maints objets exotiques et une série d’albums de la MANGWA (dessins foisonnants) composés et publiés de 1817 à 1848 par le célèbre peintre et illustrateur HOKUSAÏ.
Autre grand voyageur, monsieur Joffre Prudhomme qui fit don de ses souvenirs glanés au cours de ses périples outremer dans les années 1950.
D'autres, plus modestement au cours de leur vie apportèrent leur pierre dans la construction de ce musée.
Pendant des décennies, le musée fut ouvert une fois par semaine aux visiteurs mais les administrateurs qui se succédèrent eurent toujours le souci de le maintenir vivant.
Après 1973, des travaux importants furent réalisés et L'association « Les Amis du Vieux Noyers » utilisa les locaux rénovés pour des expositions temporaires :
1974 : « tapisserie au point de la région de Noyers au XIXème »
1975 : peintures de Michel Kikoïne
1976 : Photographies d'Henri Cartier-Bresson
1977 : Noyers vu par ses peintres et ses illustrateurs
A partir de 1978, la Municipalité reprend possession de ses locaux pour organiser d'autres expositions sous l'autorité d'un conservateur.

En 1987, le musée connu une véritable renaissance avec la donation par l’artiste Jacques Yankel (fils du peintre Kikoïne) d’une centaine de toiles d’art naïf où de splendides anonymes côtoient les grands maîtres : Bombois, Bauchant, Nikifor, Vivin...
Cette donation fut complétée, en 2001, par un Dépôt du Fonds National d’Art Contemporain qui permet de découvrir une remarquable série d’œuvres antifascistes de Louis–Aguste Déchelette, réalisées dans les années 30 et 40...
Et en 2005, par le Conseil Général de l’Yonne qui dépose 60 tableaux d’art naïf, de la collection de Jean – Marc Luce, qui ont rejoints ceux de son ami Yankel

Ces collections en font aujourd’hui, le premier musée de peintures de l’Yonne et le deuxième d’art naïf de France

En cliquant sur le bouton accepter, vous autorisez l'utilisation de cookies ou technologies similaires y compris celles de tiers sur notre site internet. Les cookies sont indispensables au bon fonctionnement du site et permettent de vous offrir des contenus personnalisés, d'analyser l’audience du site et de partager vos publications.
Paramétrer les cookies