Kaboom - Tome 9 : Le secret de Kaboom

Ecrit par
MrBrosse

upload/2642.jpg



upload/2643.jpg



Quelques heures plus tard, En Ecosse, sur Terre.
Un groupe de voleurs pénètre de force dans un vieux château, situé sur une côte maritime.

1er voleur – Allez, grouillez-vous ! Faut pas qu’on se fasse choper !

2ème voleur – D’après les infos que j’ai pu récupérer, l’or qu’on cherche devrait se trouver dans le 2ème sous-sol…

3ème voleur - *effrayé* Dites, les gars. Il y a des rumeurs comme quoi cet endroit serait hanté. Je suis pas sûr de vouloir y aller…

1er voleur – Fais pas ta chochotte, tu sais très bien que les fantômes ça n’existe pas !

Soudain, la porte d’entrée se referme brusquement derrière eux. Les meubles de l’entrée commencent doucement à quitter le sol et à léviter autour d’eux. Les 3 voleurs commencent à paniquer.

2ème voleur – C’est toi qui fais ça ?! Je croyais t’avoir dit que tu devais laisser le détraqueur de gravité dans le vaisseau !

3ème voleur – C’est pas moi ! J’ai rien fait du tout !

C’est alors qu’ils remarquent une forme blanche descendre lentement les escaliers du hall et se diriger vers eux. Les voleurs, pris de panique, essayent de fuir à travers les nombreuses pièces du château. Les objets flottants se fracassent sur leur route, leur bloquant certains accès. Ils arrivent alors vers une vieille porte en bois qui s’avère donner sur la cour du château. A peine ont-ils mis les pieds dehors qu’une 4ème voix se fait entendre :

?? – Maintenant !!

Un filet attrape en un instant les 3 fuyards paniqués, tandis que je m’avançais tranquillement vers eux :

Les voleurs – Aaahh !! Laissez-nous sortir, s’il vous plaît ! Le f-fantôme ne doit pas être loin !!

Moi – Hein ? Le fantôme ? Vous voulez parler d’eux ?

Kaboom et Veil, recouverts par un grand drap blanc, sortirent alors par la porte du château. Ils avaient joué leur rôle de spectre à la perfection ! Quant aux meubles volants, des petits moteurs avaient été placés en dessous : je pouvais alors les contrôler à distance avec une télécommande.


Moi – En tant que chasseur de primes intergalactique et par le pouvoir qui m’est conféré, je vous informe que vous êtes en état d’arrestation.

Veil les ficelait comme il se doit et nous les chargions dans le vaisseau, direction la base de L’Orion. Cela faisait à peu près 2 mois que nous enchainions les missions pour récolter un maximum d’argent et rembourser notre dette. Les policiers spatiaux étant pas mal occupés en ce moment, nous devions livrer nous-mêmes les criminels à la base de L’Orion pour qu’ils soient pris en charge par les autorités sur place. Nous arrivions quelques minutes plus tard à ce fameux bâtiment sphérique, maison de tous les chasseurs de l’espace.

Une fois le vaisseau garé, nous nous sommes dirigés directement vers l’accueil pour enregistrer notre prise du jour. Je m’adressais à la guichetière :

Moi – Bonjour madame. Les chasseurs de primes Kaboom Veil et moi-même venons d’arrêter des criminels sur Terre. Est-ce que vous pourriez les enregistrer et nous donner la récompense pour leur capture, s’il vous plaît ?

Guichetière – Bien sûr monsieur, mais je vais vous demander de patienter quelques instants : je m’occupe actuellement d’une autre personne partie chercher sa carte de chasseur de primes qu’elle avait oublié…

?? – Oui, pardon ! Je suis de nouveau là ! Excusez-moi, je suis vraiment tête en l’air…

Comme pour accompagner les paroles de ce jeune homme, une bulle de savon me passa devant le visage. Je fus pris de frisson : Il n’y avait qu’UNE PERSONNE que je pouvais relier à cette bulle. Je me tournais lentement vers l’autre chasseur pour confirmer mes doutes.

Derrière nous se tenait Bayle, avec dans l’une de ses mains une carte de chasseur et dans l’autre une ficelle, tenant son ballon-bulle avec sa prise enfermée dedans. Il fut aussi surpris que moi. On se pointait du doigt mutuellement sans qu’aucun mot ne sorte de notre bouche, puis nous nous sommes écriés d’une seule voix :

Bayle et moi - …T-TOOOIIII ?!


upload/2644.jpg


Tous les autres chasseurs de la salle regardaient dans notre direction. Kaboom s’avança vers nous :

Kaboom – Vous vous connaissez ? Vous êtes amis, alors ?

Bayle et moi - *Nous tournant vers Kaboom, en même temps* JAMAIS DE LA VIE !!!!


Quelques minutes plus tard et après avoir récupéré l’argent de la prime, j’étais assis à côté de Bayle dans un petit bar de la base. Veil nous avait invités ici pour détendre l’atmosphère. Je regardais du coin de l’œil Bayle tout en sirotant mon soda.

Bayle - *finissant sa gorgée* Ahh, ça fait du bien !! Merci Veil pour l’invitation !

Veil – Aha, c’est rien mon pote !!

Bayle – *se tournant vers Kaboom, qui mangeait 2 glaces d’un coup* Je n’arrive pas à croire que je fais enfin la connaissance de la célèbre Kaboom ! J’ai entendu tellement d’histoires sur toi.

Kaboom – Merchi !! Mais alors, vous vous connaichez , Chomas et toi ?

Moi – Kaboom, parle pas la bouche pleine…

Bayle – Oui, on se connait *me lançant un regard*… malheureusement. J’ai participé à l’examen avec lui mais j’ai perdu. C’est pour ça que j’ai retenté ma chance à l’exam de la semaine dernière. J’ai fini premier du classement… en même temps il était beaucoup plus simple que celui que l’on avait passé le râleur et moi…

Bayle fit une démonstration de son pouvoir pour amuser Kaboom. Alors qu’ils discutaient tous les 3, une alarme retentit dans la base toute entière.

« Votre attention s’il vous plaît !! Un incendie violent vient d’être déclaré dans le port d’embarcation B. Nous demandons à tous les chasseurs de primes de bien vouloir se mettre en sécurité dans la salle 72-C en attendant les secours. »

Toutes les personnes de la zone, et même les vendeurs, abandonnèrent leurs activités pour aller se mettre à l’abri. Nous nous levions de nos sièges quand Kaboom réalisa quelque chose :

Kaboom – Le port B ? C’est là que j’ai garé mon vaisseau ! Faut que j’aille le récupérer et le protéger dans ma ceinture !

Moi - *essayant de la retenir* Attends Kaboom ! C’est trop dangereux !! Il y a des flammes là-bas !

Kaboom s’arrêta dans sa course et fit apparaitre un petit arrosoir rose.

Kaboom – T’inquiète pas ! J’ai ça pour les arrêter, hi hi !

Moi – MAIS CA VA PAS SUFFIR !!!


Nous décidions de lui courir après pour éviter qu’elle ne se blesse inutilement. Bayle nous accompagnait pour mon plus grand déplaisir…

Nous arrivions au port B. Alors que Kaboom fonçait tête baissée vers son vaisseau chéri, je remarquais un petit souci : Il n’y avait aucun feu ! Aucune flammèche, aucune fumée… le port était tel que quand nous sommes arrivés. Soudain nous entendîmes une porte se refermer d’un coup et des gens hurler. La radio se remit en route :

« Eh les gars, vous avez vu ?! Je suis tellement forte que tout le monde y a cru !! Désolé les gars, c’était qu’une blague : il n’y a pas de feu ! C’était juste un moyen pour qu’on puisse avoir la paix, ha ha !! »

C’était la voix d’une fille mais elle me semblait familière. Puis un autre interlocuteur se fit entendre :

?? – Dokuna !! Arrête de jouer avec la radio, t’es soulante !!

« Dokuna » ?! Ce nom je l’avais déjà entendu pendant l’examen : c’était la fille aux cheveux verts qui nous avait volé la 4ème place ! Je regardais Bayle qui, lui aussi, avait l’air de me dire qu’il n’y comprenait rien.

Dokuna – Ahhh ! T’es pas sympa Gang !! Au moins, Otto et Honleg me laisse faire ce que je veux !!

« Gang », « Otto », « Honleg »… que des noms que je connaissais grâce à l’examen et qui m’inspirais de la peur. J’avais pu être témoin de leur force là-bas et chacun d’entre avait gagné avant moi. Une voix bien plus grave m’extrayait alors de mes pensées :

?? – Ca suffit vous deux ! Toi, passe-moi le micro…

Dokuna – T-Tout de suite, patron…

?? – … Le radar de la salle indique que 4 personnes sont encore en liberté… et je pense savoir de qui il s’agit. Notre mission actuelle et de voler toute les données de l’Orion. Le téléchargement a déjà commencé et sera terminé d’ici une dizaine de minutes. Je propose aux 4 personnes encore à l’extérieur d’essayer de venir nous arrêter. Nous sommes actuellement dans la salle de rencontre entre chasseurs et clients… Et je suis sûr que l’une de ces personnes serait « ravie » de me voir. Je vous attends.

La radio s’éteignit juste après. J’entendis un bruit sourd, comme si quelqu’un venait de faire tomber un objet sur le sol métallique du port. Kaboom était tremblante et venait de lâcher son petit arrosoir. Elle regardait d’un air absent la sono d’où était sorti le son de la radio.

Kaboom – C-Cette voix…


upload/2645.jpg


Il s’avançait vers nous, d’un pas léger. C’est alors que Kaboom s’avança, lentement, également. Ils s’arrêtèrent l’un en face de l’autre et se fixèrent, sans qu’aucun ne baisse les yeux ou ne fronce les sourcils.

?? – Ca faisait un moment qu’on ne s’était pas vu… Bonjour, Kaboom.

Kaboom - … Bonjour, Papa…


Toutes les personnes de la salle furent surprises, sauf Veil. Je fis un pas en avant et brisais le silence :

Moi – Quoi ?! C’est quoi cette blague ?! Kaboom, ce gars, c’est vraiment ton père ?!

L’homme me lança un regard et Kaboom réagit aussitôt :

Kaboom – Thomas ! N’avance pas plus !

L’homme claqua alors des doigts et une force invisible nous plaquait tous les 4 au sol, comme si nous portions un poids extrêmement lourd sur notre dos. J’essayais de me relever, mais en vain. L’homme fit quelques pas en avant pour nous faire face.

?? – Je vais faire les présentations pour que ce soit plus clair pour tout le monde. Je m’appelle Amarok et je suis, en effet, le père biologique de Kaboom, ainsi que le grand frère de Veil. Les gens me considèrent comme l’un des plus grands criminels vivant dans l’univers.

Bayle - *essayant de se relever* Et je suppose que vous êtes un mutant pour pouvoir nous plaquer au sol sans même nous toucher ?

Amarok – En effet, j’ai un pouvoir. Celui de contrôler la gravité. Je peux la changer, la concentrer ou tout simplement l’annuler… C’est ce qui fait de moi un être dangereux d’après les gens…

Soudain, malgré la pression et en s’appuyant contre le mur, Veil réussit à se relever et commençait à avancer difficilement vers Amarok, le poing fermé :

Veil – COMMENT TU AS PU ?! COMMENT T’AS PU FAIRE CA A TA PROPRE FILLE ?!

Amarok ne prit même pas la peine de le regarder ou de tourner la tête. Il claqua une nouvelle fois des doigts et Veil se retrouva de nouveau à terre, le sol étant en train de se craqueler sous son poids.

Amarok – Je ne t’ai rien demandé, Veil. Reste à ta place… *se tournant vers Kaboom* Quant à toi, je vais te laisser une chance de m’affronter…

Amarok leva sa main et un immense trou commença à se creuser au centre de la tour, ainsi que dans les étages inférieurs. Les pierres et les débris métalliques étaient attirés vers le haut. Amarok nous fit alors léviter avec son autre main et nous plaça, tous les 4, au-dessus du gouffre qu’il venait de créer.

Amarok – Je vais te laisser une chance, Kaboom. Si toi et tes amis sortez indemne de ce petit défi, je ferais en sorte que l’on se batte l’un contre l’autre…


Il relâchait alors l‘emprise qu’il avait sur nous et nous tombions dans le trou. Au fur et à mesure de notre chute, le gouffre se refermait au-dessus de nous. Nous avons atterris dans une capsule qui donnait sur le vide intersidéral. Un compte à rebours s’enclencha sur un écran, indiquant 3 minutes avant l’ouverture du sas sur l’espace. Tout en me remettant de ma chute, je m’adressais à Kaboom :

Moi – C’est quoi cette histoire ?! Pourquoi ton père voudrait nous tuer ?! Explique-moi !

Kaboom – JE N’AI PAS LE TEMPS DE T’EXPLIQUER, D’ACCORD ?! On verra ça quand nous serons sortis d’ici…

Kaboom m’avait crié dessus ! Ce n’était jamais arrivé, d’habitude c’est l’inverse ! Je n’avais jamais vu Kaboom dans cet état : elle affichait un visage sérieux qui ne lui ressemblait pas. Je décidais de me taire pour l’instant.

Kaboom – Notre priorité est de sortir d’ici. Thomas, est-ce que tu pourrais dessiner dans le temps qu’il te reste un tenue qui vous permettrait de résister dehors ? Je n’en ai qu’une pour moi dans ma ceinture…

Moi – euh oui, je peux faire ça mais je ne peux pas dessiner de l’air ! On fait comment pour ça ?

Kaboom – On emprisonnera l’air de la capsule dans nos combinaisons, on pourra résister 10 secondes au maximum : ça sera largement suffisant. *se tournant vers Bayle* Bayle, pourrais-tu faire apparaitre des bulles pour nous téléporter près du sas extérieur qui se trouve là-bas * en pointant du doigt une trappe à quelques mètres dehors* ?

Bayle – C’est comme si c’était fait !!

Kaboom - *se tournant vers Veil* Et toi tonton, avec ta force, tu arracheras le sas et nous feras rentrer par là.

Veil – Pas de problème, ma petite Kaboom !

Il ne restait qu’une dizaine de secondes quand j’eu fini de dessiner les tenues. Chacun enfila la sienne et nous fûmes aspirés à l’extérieur. Bayle suivit les instructions de Kaboom et nous téléporta avec ses bulles près du sas. Veil l’arracha alors en passant son bras mécanique en mode « force ». Une fois tout le monde rentré dans la base, Veil bloqua la sortie avec le sas. Nous étions hors de danger.

J’enlevais mon casque et reposais de nouveau la question à Kaboom :

Moi – Maintenant, je veux savoir : qu’est-ce qui se passe ? J’ai failli y rester alors je pense que j’ai le droit de savoir dans quoi on s’est embarqué…

Kaboom - …

Veil – …ahh. Je vais te raconter tout ce que je sais Thomas…

Et Veil commença à nous expliquer toute l’histoire.


upload/2646.jpg


Kaboom – Maman ? Pourquoi tu pleures ?


La Maman - *s’essuyant les yeux* Ne t’inquiètes pas ma chérie, tout va bien. Maman va faire des courses. Tu seras bien sage avec Papa, d’accord ?

Kaboom – *avec un grand sourire* D’accord, Maman !!

Sa Maman l’embrassa sur le front et partit de la maison. Ce fut la dernière fois que Kaboom vit sa mère…

Les temps passèrent. Puis un jour, Amarok décidait d’inscrire Kaboom à l’examen des chasseurs de primes… elle n’avait alors que 6 ans (terriens). Et malgré son jeune âge, Le Conseil fut surpris de la voir remporter la première place de son examen, qui n’était, de plus, pas le plus facile. Elle entra alors à son tour dans l’histoire comme étant devenue « la plus jeune chasseuse de primes » de tous les temps.

… Mais au moment de revenir à L’Orion, sa carte de chasseuse neuve en main, son père ne vint jamais la chercher. Elle attendit pendant 4 heures dans le hall et se fut finalement Veil qui vint la récupérer. Kaboom n’avait jamais autant pleuré que ce jour-là…

Elle apprit, bien des années plus tard et malgré la protection de Veil, que son père était devenu un criminel, un brigand que les chasseurs poursuivaient.

Kaboom s’était promis ce jour-là que ce serait elle qui arrêterait son père et qui l’empêcherait de nuire à autrui…

Veil – Je vous ai raconté tout ce que je savais…

Moi -… Kaboom, c’est vrai ? Tu as vraiment vécu tout ça ?

Kaboom - …, oui. Mais c’est de l’histoire ancienne, je ne préfère plus y penser…

Je m’approchais de Kaboom et, à sa grande surprise, je la pris dans mes bras :

Moi – Ne t’en fais pas. Tu n’es plus seule maintenant. On va t’aider à le vaincre…

Bayle et Veil esquissèrent un sourire pour montrer leur accord.

Kaboom - *les larmes aux yeux*…merci, les gars !



A suivre…




Note de l’auteur :

Hey ! Alors qu’est-ce que tu as pensé de la jeunesse de Kaboom ? Moi j’étais tout retourné quand je l’ai écrit, snif…

Mais tu as peut-être été surpris durant la lecture quand je parle de l’âge de Kaboom : c’est quoi ce « terrien » entre parenthèse ? Comment ça, 20 ans ? L’auteur est-il devenu fou ?

Je m’explique : Sur la planète de Kaboom (c’est-à-dire « Niro », bravo au premier de la classe qui a répondu juste ; tiens un cookie !), les années passent 2 fois plus vite car l’orbite de Niro, autour du soleil, et 2 fois plus petite que la nôtre. Donc Kaboom à actuellement 10 ans si on compte en années terriennes, mais 20 ans si on compte en années sur Niro.

Et les plus observateurs d’entre vous auront remarqué que sur les documents que feuillète Amarok au début, Kaboom et Veil n’ont pas de nom de famille ! Cela s’explique par le fait qu’ils n’ont pas cette coutume sur leur planète.

« Mais alors comment ont fait pour différencier 2 personnes qui s’appelle Kaboom ?! Hein, monsieur l’auteur !!». Oh ! Calme-toi, Jean-Eude, j’allais l’expliquer !

Eh bien, au lieu d’avoir des noms ils ont des surnoms, qui peuvent évoluer au cours de leur vie : Kaboom est surnommée « L’Eclair Bleu » et Veil « Le Bras Mécanique ».

En cliquant sur le bouton accepter, vous autorisez l'utilisation de cookies ou technologies similaires y compris celles de tiers sur notre site internet. Les cookies sont indispensables au bon fonctionnement du site et permettent de vous offrir des contenus personnalisés, d'analyser l’audience du site et de partager vos publications.
Paramétrer les cookies