Kaboom - Tome 8 : Ora, la planète oubliée

Ecrit par
MrBrosse

upload/2637.jpg



Il s’était écoulé quelques jours après mon examen. J’avais repris des forces et je me réhabituais doucement à ma petite vie d’humain lambda.

J’accompagnais Kaboom dans un magasin de jeu vidéo. Elle avait terminée tous ceux que j’avais chez moi pendant que j’étais en train de lutter sur les Terres Interdites. Elle courait, comme la petite folle qu’elle est, dans les différents rayons de la boutique.

Kaboom – Ouah !! Celui-là, il a l’air trop cool !! C’est des sortes de poulpes qui se battent en envoyant de la peinture !! Thomas, on peut le prendre ?

J’avais déjà une pile d’une vingtaine de jeux dans les mains mais Kaboom n’avait pas l’air de s’en préoccuper. Elle déposait les jeux les uns après les autres et retournait courir entre les allées. J’étais désespéré : et dire que je devais normalement utiliser l’argent que l’on gagnait pour rembourser ma dette…

Soudain, j’entendis des cris à l’extérieur. En regardant par la vitre de la boutique, je vis une foule de personnes affolées courir dans tous les sens. Je déposais la pile de jeux sur le comptoir du vendeur, en lui demandant de mettre ça de côté. Je sortais dans la rue quelques secondes plus tard, accompagné de Kaboom, toujours en train de regarder la jaquette d’un des jeux de la boutique.

J’arrêtais l’une des personnes qui fuyait pour lui demander qu’est-ce qu’il se passait :

Piéton – Fuyez !! Un peu plus haut dans la rue, il y a un monstre, de 3-4 mètres de haut, avec plusieurs têtes qui sème la pagaille !! N’allez surtout pas là-bas !

Il reprit alors sa course. Ma curiosité me poussa quand même à aller jeter un coup d’œil. Une fois arrivé sur place, je vis une forme mouvante, entourée par un cercle de policiers armés prêts à tirer à tout moment. Je ne distinguais pas correctement le monstre à cause du nuage de poussière qu’il soulevait mais, de ce que je pouvais apercevoir, il était vraiment imposant.


Kaboom - * en commençant à s’avancer* OK, je m’en charge.

Elle s’arrêta après avoir fait quelques pas. Puis elle se retourna et me dit :

Kaboom – En fait non ! C’est toi qui va y aller ! Tu n’as toujours pas attrapé de criminel depuis que tu es chasseur de primes : c’est le moment de t’y mettre !!

Elle me poussa en direction du monstre. Kaboom ne me laissais pas vraiment le choix. Je montrais alors ma carte de chasseur aux policiers qui me laissèrent entrer dans le périmètre. Je faisais face au monstre et je distinguais maintenant 3 têtes animales. Les 6 yeux de cette créature se tournèrent vers moi. Je fis apparaître mon fidèle marteau géant pour me défendre en cas d’attaque de sa part.

Mais la créature avait l’air de s’être calmée une fois le marteau apparu. C’est comme si elle le fixait. Pour en être sûr, je déplaçais le marteau vers la gauche…et la créature le suivit du regard. Je fis de même à droite et j’obtenais le même résultat. Je regardais étonné la bête et disais :

Moi – Euh, va chercher…

Je lançais alors mon marteau un peu plus loin. La créature se précipita dessus et commençait à le mordiller. Je pouvais désormais voir ce qui se trouvait devant moi : c’était un chien à 3 têtes, un cerbère, de 4 mètres de haut mais qui avait l’air très amical ! La police avait l’air aussi étonné que moi.
On entendit alors la voix d’une femme, qui se dirigeait vers nous :

?? – Tobby !! Je t’ai déjà dit mille fois de ne pas partir tout seul !! Tu vas t’attirer des ennuis !

La femme essoufflée qui venait d’arriver était un alien : elle avait la peau bleu clair et l’arrière de son crâne était enroulé, comme la coquille d’un escargot. Elle reprenait son souffle puis elle se tournait vers moi. Un petit moment de silence suivit.

?? – UN HU-HUMAIN !!!!

Cette femme se jeta sur moi pour m’examiner. Elle m’ouvrait la bouche de force pour regarder à l’intérieur, me tirait les cheveux, regardait dans mes oreilles, etc…

?? – OUAH !! J’avais jamais vu un humain d’aussi près !! Depuis que je suis arrivée sur Terre, j’ai pas arrêté de courir derrière Tobby !

Je la repoussais pour éviter qu’elle me torture davantage. Elle se calmait alors et s’excusait:

?? – Je suis désolée. Je suis juste tellement contente de voir enfin un humain en chair et en os. Je suis une grande fan de la Terre !! Alors quand j’ai appris que l’on pouvait désormais la visiter, je n’ai pas attendu une seconde !!


Elle sortit une carte du monde terrestre, avec plein de petites notes éparpillées dessus. Elle commençait à me montrer tous les endroits qu’elle voulait visiter pendant son séjour.

?? – J’aimerais bien visiter la Tour Eiffel en France, Les Pyramides D’Egypte, Le Taj Ma-

Moi – Euh, je te coupe mais ici, t’es à Strasbourg. C’est une belle ville mais pour les monuments, on a que notre cathédrale, la bière et les bretzels…

?? – Hein ?! Oh non !! Je me suis encore plantée dans les coordonnées que j’ai données au chauffeur…

Moi – C’est pas grave, si tu veux je peux te faire visiter la ville, ce sera déjà ça de pris. En plus, je suis un chasseur de primes intergalactique : t’auras pas de problème comme ça. Je m’appelle Thomas au fait.

?? – Tu ferais ça ?! Merci, c’est trop gentil !! *se penchant pour me saluer* Je m’appelle Tal, enchantée ! Et le gros chien là-bas, c’est Tobby, mon animal de compagnie. Tobby !! Viens dire bonjour !!

Le gros chien se tourna vers nous et couru vers moi. Il me lécha le visage avec ses 3 grosses langues. J’étais recouvert de baves de Cerbère ! La police, qui assistait au spectacle, décidait de quitter les lieux, vu que la situation était sous contrôle. Kaboom s’approcha à son tour. Quand Tal vit Kaboom, elle recommença à sauter d’excitation :

Tal –* les larmes aux yeux* Yaaaaahhh !! C’est Kaboom ! La célèbre chasseuse de primes !! C’est le plus beau jour de ma vie !! *en tendant sa carte du monde* Je peux avoir un autographe ?

Kaboom dessinait alors un gros gribouillis qui ne ressemblait ni à une signature, ni à un dessin. Tal resta silencieuse pendant quelques instants devant l’autographe, puis reprit :

Tal - *Sautant sur place* OUAAAAAHHH !! TROP COOL !!!

Une fois Tal calmée, Je commençais la visite de la ville. Nous nous sommes promenés pendant un bon moment. Tal voulait prendre une photo avec nous et sortit un appareil « fait maison ». Elle nous saisit, moi et Kaboom, pour nous positionner devant l’appareil avec elle et Tobby. Un gros flash, super puissant, venait de m’éblouir.

Kaboom - *Tournant en rond, aveuglée* Ouah ! Je vois plein d’étoiles !

Moi – *me frottant les yeux* Tal !! C’est quoi ce flash horrible ?!

Tal - *aveuglée * C’est à cause d’une plante qu’on trouve sur ma planète !! Dès qu’on l’écrase, elle produit un flash lumineux. Ca fait de super photos !!

Une fois que nous avions repris nos esprits, j’invitais Tal dans mon appartement. Tobby resta sur le parking, avec mon marteau comme joujou, car il était trop imposant pour rentrer dans l’immeuble. Je franchissais le seuil de ma porte et appelais Veil :


Moi – Veil !! On a une invitée ! Tu pourrais nous faire un petit plat terrien rapide ?

Je n’obtenais aucune réponse. Je m’avançais dans le hall quand je vis Veil étalé sur le sol, qui avait l’air d’avoir du mal à respirer. Kaboom se précipita vers lui :

Kaboom – Tonton !! Qu’est-ce qui t’arrive ? Réponds !!

Tal - *s’approchant de Veil* Attends Kaboom ! J’ai quelques notions de médecine. Je vais voir ce que je peux faire. Vous pouvez m’aider à l’emmener dans son lit ?

Une fois Veil mit au lit, J’attendais avec Kaboom dans le salon que Tal finisse son diagnostic. Kaboom se rongeait les ongles d’inquiétude.

Moi – Ne t’inquiète pas Kaboom. Ton tonton est fort, il sera très vite en forme !

Tal sortit de la chambre à ce moment-là. Elle n’avait pas l’air rassurée :

Tal – Thomas, je peux te parler seul à seul ?

Je donnais une accolade amicale à Kaboom et m’approchais de Tal :

Thomas – Alors, ça donne quoi ?

Tal - *en chuchotant* C’est pire que ce que je pensais. Veil a contracté une maladie rare qui ne touche que son espèce. Si on ne le soigne pas rapidement, ça pourrait s’avérer mortel !

Kaboom – Mon tonton, il va mourir ?

Kaboom m’avait suivi et avait entendu notre discussion.

Moi - *me penchant vers Kaboom* Ne t’en fais pas Kaboom, on va trouver une solution…

Tal réfléchissait et, soudain, eut une illumination. Elle sortit un herbier de son petit sac en toile et commença à tourner les pages. Elle s’arrêta sur l’image d’une plante rouge :

Tal – Je le savais !! Cette plante pourrait soigner la maladie de Veil ! Le problème, c’est qu’elle ne pousse que sur ma planète, aux dernières nouvelles…

Kaboom – Et ben, on prend mon vaisseau et on y va !!

Tal – Ma planète est surnommée « La planète oubliée » parce qu’elle se trouve très loin des autres planètes habitables. Si l’on devait s’y rendre en vaisseau, ça prendrait trop de temps…

Moi – Alors, on fait comment ?

Tal se souvint alors d’une vieille histoire.

Tal – D’après les écrits de mon peuple, mes ancêtres auraient construit un portail reliant la Terre à ma planète ! S’il est toujours opérationnel, on pourrait s’y rendre rapidement ! Il se trouve dans l’océan Atlantique.

Kaboom – OK, alors on y va !!

Sans perdre une minute de plus, on embarquait dans le vaisseau. Nous étions à l’étroit vu que Tobby prenait toute la place. Veil ferait lui aussi parti du voyage pour lui administrer l’antidote le plus rapidement possible.

Quelques minutes plus tard, nous nous retrouvions au-dessus de l’océan. Je fis apparaître sur l’eau mon bateau, le « Taureau des Mers » et nous avons pu débarquer sur le pont du navire. Quelle joie de pouvoir tendre le bras sans qu’il ne soit bloqué par l’épaisse fourrure de Tobby ! J’étais le capitaine du bateau, tandis que Tal me servait de copilote. Kaboom courait avec Tobby sur le pont : ça lui permettait de se changer un peu les idées.


Tal – C’est bon Thomas ! Arrête-toi là !

Je stoppais le bateau. Nous étions au milieu de l’océan et aucunes terres n’étaient en vues.

Thomas – T’es sûre qu’on est au bon endroit ? Je vois rien qui pourrait ressembler à un portail ici…

Tal – *en fouillant dans son sac* C’est normal ! C’est un portail marin : il fonctionne avec l’eau. Il faut juste que je retrouve l’objet qui l’active…c’est un truc en forme de triangle…
A ces mots, des frissons parcoururent mon corps. Triangle, océan, portail…

Moi – Attends Tal !! Ton portail, ne me dit pas que c’est…le Triangle des Bermudes !!

Tal - *me regardant dans les yeux* Ah ben voilà !! Je cherchais depuis tout à l’heure le nom que les terriens lui avaient donné !!

Moi – QUOIII ?!

Tal sortit enfin l’objet de son sac et activa le portail. Un tourbillon géant venait de se former sous nos yeux. Le bateau était entrainé en son centre. Je m’accrochais solidement au mât, priant pour ma vie. Kaboom et Tobby, quant à eux, avaient l’air d’apprécier : ils hurlaient et levaient les bras comme si c’était une montagne russe. Une vague géante vint alors submerger le bateau. Je perdis connaissance à ce moment précis.

Tal – Thomas ? Thomas ! Réveille-toi !!

J’ouvrais difficilement les yeux. J’étais allongé sur le pont du bateau, qui n’avait pas l’air d’avoir eu de dégât. Je me levais et apercevais l’horizon : une terre désertique et pauvre, aux roches orangées. Le ciel lui-même était orange à cause de la poussière soulevée par les vents chauds.

Tal – Je vous présente ma planète : Ora !

Elle descendit du pont, suivit par Tobby et nous invita à la rejoindre. Nous marchions dans le désert quand nous avons aperçu le village de Tal. C’était un village pauvre, constitué de maisons rondes en pierre. Des petits êtres en forme de gouttes d’eau, encore plus petits que les enfants du village, sautaient partout. Tal m’a expliqué que c’était leurs ancêtres et qu’on les appelait des Pitous. Je trouvais leur évolution étrange : grandir jusqu’à la taille adulte pour rétrécir quand on vieillit…enfin, l’univers est grand, il fallait que je m’y habitue.

Il y avait une fontaine, sur la place du village. Un homme assis sur le bord attirait mon attention : il était entouré d’enfants. Je m’approchais pour en savoir plus.

?? – Et c’est là, les enfants, que le dragon à mille têtes resurgit de la grotte. J’étais un peu intimidé, c’est vrai, mais je ne pouvais pas abandonner le trésor qui était derrière lui. Je saisis alors l’épée magique que le vieux sage m’avait confié et commençais à combattre ce monstre. Après quelques minutes d’un combat acharné, je récupérais le trésor, victorieux !

Les enfants – Ouah, monsieur Pip ! Vous êtes trop fort !!

?? – * bombant ses muscles inexistants* Oui, oui, je sais…

J’arrivais derrière lui et le saluais :

Moi – euh, bonjour…

?? – KYAAAAAAAAAAHHHH !! * s’agenouillant devant moi* N-Ne me faîtes pas de mal, s’il vous plaît !! Je ferais tous ce que vous voudrez !!

Les enfants et moi le regardions, suspicieux. L’homme se releva alors fièrement devant les enfants, transpirant quelques gouttes quand même.


upload/2638.jpg


Une fois les présentations terminées, ils nous menèrent vers leur modeste maison. Là, nous avons déposé délicatement Veil sur le lit, pendant que Tal préparait une carte de leur monde.

Tal – OK, venez voir. La plante que nous recherchons se trouve dans cette forêt, à quelques heures au nord. Elle nous est normalement interdite d’accès, mais c’est une question de vie ou de mort. Le chemin n’est pas si long mais il faudra faire attention aux bestioles qui y rodent. Un fois la plante récupérée, on revient ici pour que je puisse concocter l’antidote. Quelqu’un a une objection ?

Tout le monde était d’accord, sauf Pip qui n’était pas motivé pour cette dangereuse expédition :

Pip – *en reculant vers la porte d’entrée* C’est un beau programme mais ce sera sans moi !! Le danger, l’aventure, tout ça, c’est pas vraiment mon truc ! Moi je ne fais que raconter des histoires, je n’en vis pas !! Alors bonne chance pour votre cueillette, je vous attendrais ici !

Pip se retourna vers la sortie mais quelques enfants l’attendaient devant la porte.

Les enfants – C’est vrai ce que vous venez de dire, monsieur Pip ? Que vos histoires ne sont pas réelles ? Vous êtes un menteur ?

Pip - *transpirant* B-Bien sûr que non !! C’était pour rigoler ! Ces pauvres gens ont besoin d’aide : le héros que je suis ne peut pas reculer devant une si belle aventure !!

Les enfants – Donc, vous allez les aider ?!

Pip – B-Bien sûr !!

Les enfants étaient aux anges. Mais ce ne fut pas le cas de Pip qui pleurait comme un bébé alors que je le trainais de force dans le désert.

Pip - *pleurant toute les larmes de son corps* OUINNNN ! JE VEUX PAAAASSS ! LIBEREZ MOI !

Moi – *le trainant derrière moi* Tu vas arrêter un peu de chialer ?! T’es pas un prisonnier que je sache ?! T’as dit aux enfants que t’allais nous aider alors tu vas respecter ta parole ! T’es pas un menteur, quand même ?

Pip – BIEN SUR QUE SI, JE SUIS UN MENTEUR !!! MAINTENANT LAISSE-MOI PARTIR, S’IL TE PLAIT !!!!!

Nous continuions notre chemin dans le désert. Kaboom et Tal profitaient du voyage, assises tranquillement sur le dos de Tobby. Nous arrivions, quelques heures après notre départ, à l’entrée de la forêt. Nous faisions un pas en avant pour y pénétrer mais une petite voix nous interpella :

?? – Erm, Erm !!!


Quelques mètres à coté de nous, 3 pitous dotés chacun d’une longue barbe grise voulaient nous bloquer le passage.

Pitou 1 – Vous ne passerez pas !

Pitou 2 – Cette forêt est sacrée pour notre peuple ! Aucune personne ne peut y pénétrer ! *se tournant vers Tal* Tu devrais le savoir, petite ! Les pitous de ton village ne t’ont rien appris ?!

Tal – S’il vous plaît ! C’est une urgence ! Un homme est en ce moment entre la vie et l-

Pitou 3 – Nous ne voulons rien savoir ! L’entrée est interdite, peu importe la raison !!

Ça commençait à bien faire ! A peine quelques secondes après notre rencontre, ces petits êtres me tapaient déjà sur les nerfs. Je m’approchais, énervé, de l’un d’entre eux :

Moi – Dis le vieux, t’as pas compris ce qu’elle t’a dit ? La vie d’un homme est en jeu ! Donc on va passer, cueillir cette foutue plante et vous ne pourrez pas nous en empêcher ! Allez venez, vous autres…

Je m’avançais vers la forêt mais cela n’as pas plu aux pitous. L’un d’entre saisit un bâton au sol et me fit valser dans les airs avec. Tal m’aidait à me relever :

Tal – Désolé Thomas, j’ai oublié de préciser que les pitous possèdent une très grande force physique !!

Je lançais un regard légèrement furieux à Tal pendant qu’elle me remettait debout. Les 3 pitous s’approchèrent de moi :

Pitou 2 – Tu n’as pas voulu écouter ! C’est bien fait pour toi ! Et que je ne t’y reprenne plus à voul-

Le pitou s’arrêta en plein milieu de sa phrase. Ils me regardaient tous les 3 bouche bée.

Pitou 1 – Attends voir !! Mais vous seriez…

Pitou 3 – Vous êtes le héros de la légende ?

Surpris, je me suis dit que j’allais jouer leur jeu : ça pourrait peut-être nous permettre d’avancer :

Moi – Euh…oui bien sûr !! Vous ne m’aviez pas encore reconnu ? Donc, j’aimerais bien pouv-

Pitou 1 – Pas toi, coiffure d'hérisson. *me poussant de côté* Bouge-toi un peu que l’on puisse admirer correctement notre véritable héros !

Je regardais alors derrière moi. Pip se tenait debout tout seul et regardait aux alentours pour voir si les pitous parlaient de quelqu’un d’autre.

Pip - *se pointant lui-même du doigt*…Moi ?

Moi – LUI ?!

Pitou 1 – OUI, VOUS MAITRE PIP !! Vos exploits nous sont parvenus !

Pitou 2 – Les légendes racontent que vous avez affronté des monstres qui faisaient 10 fois votre taille, traversé les cieux sur un chariot d’or et d’argent, combattu le mal et sauvé le monde plus d’une fois…

Les pitous continuaient leur monologue fantastique alors que je m’approchais de Pip :

Moi - *lui chuchotant à l’oreille* …t’es sérieux là ? T’es venu raconter tes bobards jusqu’ici ?

Pip – Non, je suis aussi étonné que toi ! Mes mensonges ont pris tellement d’importance qu’ils ont traversé le désert ! En plus, ils en ont fait une vérité…

Les pitous se concertèrent et, quelques secondes plus tard, se retournèrent vers nous :


upload/2639.jpg



Pip finit par se crasher de l’autre côté du gouffre, nous permettant de remporter le 2ème défi. Les pitous lâchaient quelques larmes de joie après avoir été témoin de ce spectacle ahurissant.

Une fois Pip revenu parmi nous, et son postérieur remis du coup de chaud, les pitous nous menèrent vers une sorte de terrain sportif, qui serait le lieu de la 3ème épreuve. Des marques à la craie blanche délimitaient le terrain et 2 roches verticales, avec un trou au milieu de chacune d’elle, étaient disposées de chaque côté du terrain. Nous avions à peine quitté les pitous du regard que ceux-ci en avaient profité pour changer de tenue : l’un venait de revêtir une tenue d’arbitre, les 2 autres avaient enfilé un maillot de sport.

Pitou 1 – Les règles pour ce dernier duel sont simples. 2 d’entre vous vont devoir affronter dans un match sportif 2 personnes de notre groupe. La première équipe à marquer 3 buts gagne la partie. Tous les coups sont permis. La seule limite reste celle du terrain.

Comme Pip, Tal et Tobby avaient déjà fait leur preuve durant les 2 autres défis, Kaboom et moi nous sommes proposés pour cette dernière épreuve. Nous nous sommes positionnés de notre côté du terrain, face à 2 des 3 pitous qui possédaient la balle pour ce premier point.

Le coup de sifflet annonça le début du jeu. En un instant, les pitous se précipitèrent dans des petits trous qui parsemaient le terrain tout entier. Je n’y avais pas réellement prêté attention au début mais je pensais alors à quelque chose. Pour vérifier, je me penchais vers l’un de ces petits trous et ce que j’y vis confirma mes doutes : les trous étaient reliés entre eux, formant une galerie de tunnels qui traversait le terrain entier. Je n’eus pas le temps de prévenir Kaboom que les pitous marquèrent leur premier but grâce à cette technique.

Moi – Eh ! C’est de la triche ça !!

Pitou 1 – Bien sûr que non ! Tous les coups sont permis et nous sommes restés dans la limite du terrain, hé hé…

Comme nous venions de nous prendre un but, c’était à nous d’engager. Le jeu avait à peine repris qu’ils retournèrent dans les tunnels, m’arrachant la balle des mains au passage. Bien que Kaboom et moi fûmes trop grands pour y rentrer, elle réussissait quand même à arrêter l’un des 2 pitous, mais c’était malheureusement celui qui n’avait pas la balle. Ils finirent par nous mettre un deuxième but.

Nous étions au pied du mur : encore un but et nous ne pourrions pas accéder à la plante pour soigner Veil. Au coup de sifflet, le schéma se répétait. Ils nous volèrent la balle et parcoururent le terrain dans leurs petits tunnels. Je ne pouvais pas les laisser continuer et, pris de colère, je fis apparaître mon marteau et donnais un puissant coup sur le sol. La terre, fragilisée par les galeries, se brisa et ensevelit ces dernières, forçant les pitous à sortir de leurs trous.

Pitou 2- Vous venez de briser notre système de tunnel, vous n’avez pas le droit !!

Moi - Bien sûr que si ! Tous les coups sont permis et nous sommes restés dans la limite du terrain, hé hé…

Pitou 1 – C’est pas grave, c’est pas ça qui va nous empêcher de marquer ! * en s’adressant à son compagnon* Passe-moi la balle !

Pitou 2 – Hein ? Mais je croyais que c’était toi qui l’avait…

Kaboom - *criant au loin* Eh, les gars ! C’est ça que vous cherchez ?

Kaboom était assise tranquillement sur le rocher qui servait de but adverse, la balle dans les mains. Les pitous n’eurent pas le temps de réagir que Kaboom fit passer délicatement la balle dans le trou, nous permettant de marquer notre premier point.

A la remise en jeu, Kaboom réussit à s’emparer de la balle grâce à un ingénieux système de câble qui fit trébucher les pitous. Elle me passait la balle et j’en profitais pour en faire plusieurs copies grâce à mon crayon.

Moi - *en appuyant à répétition sur le bouton de mon crayon* Alors les vieux ? Si vous voulez cette balle, venez la chercher !

Je jetais alors la vraie balle dans le tas de ses contrefaçons. Les pitous essayèrent chacune des balles, mais à chaque fois qu’ils essayaient d’en faire rentrer une dans notre but, je la faisais disparaitre de leur main. A la fin, plus aucune balle ne se trouvaient sur le terrain.

Pitou 2 – Comment c’est possible ? ! Où est passé la vraie balle ?!

Comme avant, Kaboom avait profité de l’agitation pour la récupérer et marquait doucement le but. Les pitous devinrent furieux. Nous étions désormais à égalité mais je voyais dans le regard des vieux qu’ils n’allaient pas se laisser faire, cette fois-ci.

Au son du sifflet, les pitous sprintèrent vers notre but, sans se soucier de nous. Ils me driblèrent sans difficulté et firent de même avec Kaboom. Il ne restait plus que quelques mètres entre eux et notre but. Il fallait que je trouve quelque chose pour renverser la situation. C’est là que je me tournais vers Pip et les autres, restés de coté à nous encourager.

Moi - *regardant ver Pip* Ohhhh ! Maître Pip !! Mais comment vous arrivez à faire ça ?! Vous êtes vraiment incroyable !!!

Les pitous - * se tournant brusquement vers Pip pour l’admirer* Quoi ?! Que faîtes-vous d’extraordinaire, maître Pip ?!


Grâce à cette distraction, Kaboom réussit à leur voler la balle des mains. Elle chargea alors la balle dans son bazooka et visa le but adverse. Elle tira mais, malheureusement, la course de l’objet fut dévier par une roche qui envoya la balle dans les airs. L’un des pitous la réceptionnait en vol.

Nous étions dans la même situation qu’avant et la même ruse ne fonctionnerait pas 2 fois. C’est alors que je remarquais des plantes au bord du terrain et je fis le rapprochement avec la plante que Tal avait utilisé dans son appareil photo pour produire le flash.

Moi – Kaboom, ferme les yeux !

Je jetais mon marteau sur ces végétaux qui, à son contact, produisirent un immense flash lumineux qui aveugla les 3 pitous et Pip au passage, qui ne s’était pas protéger. Kaboom ramassa la balle et retenta le coup du bazooka.

Kaboom – Cette fois-ci, je ne raterai pas mon tir !

Et ce fut le cas. Elle appuya sur la gâchette et la balle traça sa route jusqu’au but. Elle passa dans le trou, explosant le rocher au passage. L’arbitre fut bien obligé de nous accorder le point et la victoire par la même occasion. Pip, Tal et Tobby nous rejoignirent sur le terrain pour fêter ça. Les pitous, désespérés, vinrent vers nous :

Pitou 1 – Vous avez gagnez et une promesse est une promesse : vous pouvez aller cueillir une plante de la forêt…

Sans perdre une minute, Tal cueillit notre plante et, en chevauchant Tobby, nous avons parcouru le désert en un rien de temps. Quelques minutes plus tard, tout le monde mit pied à terre et Tal courut chez elle pour préparer l’élixir. Nous attendions dehors pour voir comment Veil allait réagir au remède. Soudain, le bruit sourd d’un mur que l’on détruit se fit entendre.

Veil – Ahhh ! Ça fait du bien, je me sens revivre !!

Pip - *en fixant le mur que Veil venait d’exploser pour sortir de la maison* TU POUVAIS PAS UTILISER LA PORTE COMME UNE PERSONNE NORMALE ?!

Veil – Oups pardon !! Je vais te réparer ça, mon pote, aucun problème !! Et Tal m’as expliqué ce que vous avez tous fait pour moi. Pour vous remercier, je vais vous préparer un bon petit plat terrien. Thomas, tu nous mets un peu d’ambiance au village ?

Moi - *heureux de voir Veil en forme* Ah ah !! C’est comme
si c’était fait !!


upload/2640.jpg



De l’autre côté, dans un endroit plus calme, Pip racontait ses exploits à son jeune public :

Pip – Et c’est là que je pris mon élan, et sautais au-dessus du canyon ! Il y avait bien 15, voire 30 mètres entre les 2 rebords mais je réussis à atteindre l’autre côté sans accroc.

Les enfants – Ouah !! Alors c’est grâce à vous que monsieur Veil a pu guérir !!!

Pip – Vous savez les enfants, un héros se doit d’être fort devant l’adversité. Si je le devais, je pourrais soulever Tobby d’une seule main !

J’arrivais derrière Pip, un grand sourire aux lèvres. Pip me regardait sans dire un mot, inquiet de savoir ce que j’allais dire :

Moi – C’est vrai ce que tu dis Pip ? Ça tombe bien, Tobby m’as suivi jusqu’ici. Tu pourrais nous montrer ça, n’est-ce pas ?

Tobby se jeta alors de tout son corps sur Pip qui lâcha un cri strident ridicule. Il disparut sous le torse poilu de Tobby qui s’était affalé sur lui.

Pip - *avec une voix étouffé* Argh ! Aidez-moi, il est trop lourd !! Ca fait trop mal au dos !!

Moi - *m’abaissant à son niveau* Ben alors, maître Pip ? Où est passé votre force légendaire ?

Pip – AIDEEEZZ-MOOOOOIIIII !!!!!


Note de l’auteur :

Je vais t’apprendre quelque chose…NAN MAIS ATTENDS, PARS PAS !!!!

As-tu déjà entendu parler du « fusil de Tchekhov » ? C’est un procédé qui est beaucoup utilisé dans la littérature et dans le cinéma et qui fait maintenant partie des règles à suivre pour réaliser une histoire cohérente.

Pour faire simple, ça dit que « si dans le premier chapitre ou le premier acte d’une histoire il est mentionné qu’un fusil est accroché au mur de la pièce, il devra être utilisé au cours du 2ème ou 3ème acte. Sinon, il n’est pas nécessaire dans préciser son existence ».

Vous voyez où je veux en venir ? C’est exactement ce qui s’est passé avec la « plante flash » de Tal dans cette histoire, qui fait son apparition au début et qui revient à la fin.

Maintenant, tu peux te la péter aux repas de famille en impressionnant tout le monde avec cette anecdote. Ne me remercie pas, c’est naturel ^^


En cliquant sur le bouton accepter, vous autorisez l'utilisation de cookies ou technologies similaires y compris celles de tiers sur notre site internet. Les cookies sont indispensables au bon fonctionnement du site et permettent de vous offrir des contenus personnalisés, d'analyser l’audience du site et de partager vos publications.
Paramétrer les cookies