Kaboom - Tome 7 : Le dénouement approche !

Ecrit par
MrBrosse

upload/2631.jpg



upload/2632.jpg



Bayle, constatant ma détermination, hocha la tête pour me donner son accord et stoppa l’apparition de ses bulles.


upload/2633.jpg


Bayle – Donc le serpent…

Moi – Ah ben lui, il a morflé…


Je fis disparaitre le marteau et nos regards se tournèrent vers le serpent. Au même moment, mon ventre se mis à gargouiller. Il est vrai qu’avec tout ce qui c’était passé jusque-là dans l’examen, nous n’avions pas pris le temps de chercher à manger.

Bayle – La chair de cet animal est comestible : on pourrait se faire un bon repas, t’en penses quoi ? S’aventurer dans cette forêt la nuit serait une très mauvaise idée, il vaut mieux attendre que le soleil se lève de nouveau. *regardant en l’air* Pour éviter que ce genre de bêbête vienne nous embêter, je propose que l’on établisse un camp sur l’une de ces branches géantes…

Moi – Ouais, je suis complétement d’accord.

Bayle nous téléporta sur l’une des branches grâce à ses bulles, sans oublier notre futur dîner. Vu que l’arbre lui-même était gigantesque, cette branche était vraiment spacieuse. J’installais notre camp tandis que Bayle cuisinait la viande de serpent. Une fois préparée, Bayle me tandis un bol :

Bayle – Tiens, c’est ta part.

Moi - *regardant mon bol*…Euh, c’est bon le serpent ?

Bayle – T’inquiète ! C’est une viande qui est reconnu pour son goût. On a de la chance d’être tombé sur cet animal plutôt que sur un poilu des caves…ça, c’est vraiment dégueu !

Je ne voulais même pas essayer de deviner à quoi ressemblait un poilu des caves. Avec inquiétude, je prenais une bouchée de ce plat et, à ma grande surprise, c’était bon ! La viande avait comme un goût de poulet. Je me précipitais d’engloutir mon bol :

Moi – *en tendant mon bol à Bayle, la bouche pleine* Encore, chteuplé…

Bayle – Aha, tu vois c’est pas mauvais, hein ? *Saisissant mon bol pour me servir* J’ai rajouté des herbes que j’ai trouvé un peu plus loin pour rajouter du parfum. Hésites pas à m’en redemander, vu la taille du bestiau, on pourrait tenir 2 mois !

Moi - *reprenant mon bol* Mais comment tu sais tout ça ? La viande comestible du serpent ? Les herbes qui rajoutent du goût ?
T’es cuisinier ?


Bayle reposait son bol après avoir fini de manger et s’allongeait pour essayer de contempler le ciel à travers les branchages :

Bayle – J’explore l’univers depuis que je suis enfant. Je n’ai pas de « maison » donc je me débrouille avec ce que la planète peut m’offrir comme ressource. Je suis libre de pouvoir aller où je veux et quand je veux…

Moi - *en train de dévorer ma nourriture* Ch’est cool cha ! Et pourquoi tu veux devenir chasseur de primes, alors ?

Le silence suivit ces mots. Je me disais que j’avais peut-être posé une question délicate. Bayle reprit la parole quelques secondes plus tard, avec un sourire mélancolique :

Bayle – Je ne vais pas rentrer dans les détails mais j’ai besoin d’argent pour une personne qui m’est chère. J’aimerais lui offrir plus que de simples voyages…

Je m’étais arrêté de manger après cette réponse. Nous n’entendions plus que le crépitement de notre feu de camp. Bayle se remit alors assis face à moi et me dit avec un sourire gêné :

Bayle - *se frottant la tête* Aha désolé, j’ai cassé l’ambiance, on dirait ! Et toi alors ? Pourquoi un humain voudrait devenir un chasseur de primes ? Surtout que t’as pas l’air taillé pour ce job quand on te voit comme ça !

Moi – Ouais, tu m’étonnes ! C’est parce que j’y suis obligé : je suis responsable d’une jeune chasseuse de primes, du nom de Kaboom, qui n’arrête pas de me causer des problèmes. Je dois réunir beaucoup d’argent pour réparer ses bêtises.

Bayle avait l’air surpris de ce que je venais de dire. Il se redressa correctement vers moi :

Bayle – Tu connais Kaboom ?! L’éclair Bleu ?

Moi – Ouais. Elle doit sûrement être en train de me démolir l’appart’ en ce moment même, d’ailleurs.

Bayle – Cette gamine est connue chez les chasseurs de primes ! C’est la plus jeune chasseuse qui n’est jamais existée ! Je ne sais plus pourquoi elle a décidée d’en devenir une aussi jeune…

Moi - *en souriant* Sûrement parce qu’elle n’arrive pas à rester en place !

Bayle - *se mettant à rire* Aha ! Ouais, ça doit être ça !

Bayle et moi continuâmes à discuter pendant un bon moment. Aucun animal bizarroïde ne s’était montré pendant que l’on parlait. Quelques heures plus tard, nous décidions d’aller nous coucher. Nous rentrions dans la tente que j’avais fait apparaitre pour nous reposer. Nous allions repartir très tôt le lendemain, dès que les premiers rayons du soleil se montreraient.


upload/2634.jpg


Les plus proches de nous commençaient déjà à nous fixer du regard. Si jamais ils décidaient de nous attaquer en même temps, je ne donnais pas cher de notre peau. Mais étonnamment, ils continuèrent leur route sans trop se soucier de nous. Bayle et moi étions tous deux surpris. En y regardant de plus près, les monstres de cette clairière avaient l’air d’être tous herbivores : ils ne présentaient donc aucun danger pour nous, tant que nous ne les énervions pas.

Nous continuions donc vers le nord en traversant cette clairière. J’étais tout de même sur mes gardes et, même s’il ne le montrait pas, Bayle devait l’être également. Après quelques minutes, nous vîmes au loin, une forme qui ne rappelait pas celle d’un être vivant. En nous approchant, nous avons pu découvrir, à notre grande surprise, qu’une sorte de borne informatique était posée ici.


upload/2635.jpg



Le cochon essayait de sortir de ce piège en réalisant des loopings et autres figures aériennes. J’étais obligé de suivre tous ses mouvements, accroché à mon filet. Je criais à m’en déchirer la voix alors que Bayle me regardait tranquillement depuis la terre ferme.

Moi – BAYLE ! FAIS QUELQUE CHOSE ! J’AI LA TÊTE QUI TOURNE !!

Bayle – Hum…non ! C’est ta cible après tout…

Moi –MAIS AIDE MOIIIIIIIIII !

Je ne pouvais pas lâcher mon filet : je savais que si je le faisais, je ne reverrais plus mon cochon avant un bon bout de temps. Alors que mon « chauffeur » se dirigeait vers les arbres de la forêt, j’eus une idée. Je saisis difficilement mon crayon et fis apparaitre une sorte d’immense toile d’araignée à l’entrée de la forêt, construite en fil de pêche très fin et extrêmement collant.

Le cochon eu à peine le temps de s’en rendre compte qu’il tomba dedans, suivi quelques secondes plus tard par moi-même. Nous étions collés tous les 2 dans mon piège. Bayle arriva quelques instants après :

Bayle – Un coup de main ?

Moi – Ouais, je veux bien…

De retour sur la terre ferme, je ficelais les ailes de mon petit cochon pour éviter tout problème. Je le mis alors sur mon dos, à la façon d’un sac à dos :

Moi – OK, on a plus qu’à passer la ligne d’arrivée maintenant ! N’est-ce pas, Piggy ?

Bayle - *me regardant bizarrement* Piggy ?!

Moi – Ouais, c’est le nom que je lui ai donné.*En m’adressant au cochon* Ça te plait comme nom, Piggy ?

Piggy – Grouiiiii !! (Ca voulait sûrement dire « non »).

Alors que nous allions repartir, j’entendis des applaudissements. Je me tournais vers Bayle :

Moi – Pourquoi tu m’applaudis ?

Bayle – Euh, c’est pas moi…

Nous nous retournions brusquement. Derrière nous, une jeune fille aux cheveux verts se tenait sur la tête d’un grand lézard tout plat, avec plein de petites pattes.

?? – *en train d’applaudir* Aha !! Vous êtes trop drôle, les gars ! J’ai bien aimé le spectacle aérien de tout à l’heure ! Tu ne t’es pas fait mal, au moins ?

Je reconnaissais cette fille : C’était celle qui accompagnée Gang dans le couloir, Dokuna ! Elle avait l’air d’être insouciante et me rappelait un peu Kaboom. Mais je n’oubliais pas qu’elle se tenait en tailleur sur la tête d’un de ces monstres : il n’y avait personne autour, ce qui indiquait qu’elle s’était surement battue seule contre lui. De plus, la bestiole avait l’air d’être assez calme avec elle, comme si elle lui obéissait ! Cette fille était plus forte qu’elle n’y paraissait, j’en étais sûr.

Dokuna - *En regardant son bracelet* Bon, j’ai bien rigolée avec vous les gars, merci ! Mais il ne reste plus que 2 places dispo, alors il faut que je me dépêche ! A plus ! *clin d’œil*

Elle tapota sur la tête du reptile et celui-ci fonça en direction du nord. Bayle et moi étions surpris :

Moi – A- ATTENDS !! ELLES SONT A NOUS CES 2 PLACES !!!

Sans perdre plus de temps, nous commencions à courir derrière l’animal. Une course poursuite s’engagea dans la forêt. J’aurais aimé faire apparaitre un véhicule mais aucun de ceux que j’avais dessiné la veille ne pouvait circuler à travers ces arbres. Dokuna se retourna vers nous, étonnée :

Dokuna – *assise tranquillement sur la tête du lézard* Ah ? Vous êtes vachement rapide pour ne pas vous laissez distancer par Biscotte !

Moi – * en courant* Biscotte ?!


Bayle – *en courant* On va pas te laisser nous voler nos places sous notre nez, quand même !!

Dokuna – Hé, On dirait que je suis la méchante de l’histoire, là !! J’ai besoin de cette place, moi aussi !

Moi – Ouais, ben désolé mais pour nous aussi c’est important ! Alors, on va pas abandonner si près du but !

Dokuna – * commençant à bouder* Alors, si c’est comme ça, je vais protéger ma position !

Elle fit un signe de la main et 2 animaux sauvages – un lapin carnivore et une sorte de limace-taureau gigantesque - sortirent de la forêt pour nous ralentir.

Moi - *en faisant apparaître mon marteau* C’est vraiment pas le MOMENT…

Bayle - * en faisant apparaître des bulles * Alors, DEGAGEZ LE PASSAGE !!

Les 2 bestioles s’envolèrent dans les airs aussi vite qu’elles étaient apparues. Mais Dokuna avait pris beaucoup d’avance. Elle disparut derrière un amas de buisson. Nous le traversions quelques secondes plus tard. Alors que nous étions aveuglés par la lumière qui se fut plus présente à cette sortie de forêt, un 4ème coup de trompette retentit.

Quand nos yeux furent habitués à la luminosité, nous avons pu constater avec effroi que Dokuna venait de franchir la ligne avec son animal. Les 2 gardes postés de chaque côté de la ligne la félicitaient :

Dokuna - *sautant de joie* OUAIS !! J’AI GAGNE ! J’AI GAGNE !

L’écran s’afficha :

« Classement : 4ème ; Nom : Dokuna ; Espèce : Inconnue ; Pouvoir ou spécialités : poison ; Temps passé pour l’examen : 2 jours et 5 heures. »

Bayle et moi regardions cette scène mais nos esprits étaient ailleurs. Dokuna se tourna vers nous et nous cria :

Dokuna – Faites pas ces têtes ! Il reste encore UNE place !

A cette phrase, je fus pris d’un sentiment de stress. Je me tournais lentement vers Bayle qui avait l’air de réfléchir, le regard perdu.

Moi - *transpirant* Euh Bayle, à quoi tu penses là ?!

Bayle - …

Moi – Attends, on peut trouver une solution, hein…Tiens ! On a qu’à passer la ligne d’arrivée en même temps : ça fera une égalité et ils nous accepteront tous les 2 ! T’en penses quoi ?

Bayle - …

Moi – Bayle ?

Il se tourna doucement vers moi et me regarda dans les yeux, sans me dire un mot. Un sourire en coin venait de s’afficher sur son visage. En un instant, Bayle m’enferma dans une de ses Bulles Prisons.


Moi - *me débâtant* Bayle ! Qu’est-ce qui te prends ?! LAISSE-MOI SORTIR !

Il fit quelque pas en direction de la ligne d’arrivée et, toujours en me tournant le dos, dit calmement :

Bayle – C’est le jeu, Thomas ! Il ne reste plus qu’une place et nous sommes 2 : il est normal que le plus fort l’emporte.

Moi – T’AS PAS INTERET A FRANCHIR CETTE LIGNE, TU M’ENTENDS ?!

Bayle - *se retournant vers moi* Tu pourras toujours retenter ta chance pendant l’examen qui aura lieu dans 2 mois ! Aller, à plus ! * en me faisant un signe de la main*

Moi – TU VAS ME LE PAYER, ENFLURE !!!

Bayle - *continuant sa route en me tournant le dos* Ouais, ouais, c’est ça…

Je ne pouvais rien faire pour sortir de cette bulle : mon crayon était tombé à l’extérieur. Piggy et moi étions prisonniers, et je regardais Bayle s’éloigner. Sa main se resserra autour de la corde tenant son « ballon » et il se mit soudain à courir d’excitation vers l’arrivée.

Bayle – Enfin ! Au bout de mon 3ème essai, je vais enfin devenir un chasseur de primes !

Mais soudain, à quelques centimètres de la ligne d’arrivée, tout le monde entendit un clic mécanique.

Bayle – « Clic » ? Comment ça « Clic » ?

En un instant, Bayle fut propulsé dans les airs en direction de la forêt que l’on venait de traverser. Une sorte de ressort géant, caché dans le sol devant la ligne d’arrivée, venait de s’enclencher.

L’un des gardes se tourna vers l’autre :

Garde N°1 – Et voilà ! Encore un qui s’est fait avoir…

Garde N°2 – Pourtant, un bon chasseur de primes se doit d’être vigilant jusqu’au dernier moment…mais bon.

Il ne restait plus que la bulle-ballon, où était enfermé le lézard de Bayle, à côté du ressort. Soudain, cette bulle éclata, libérant au passage le lézard qui fila droit vers la forêt. Quelques secondes plus tard, ce fut le tour de ma bulle d’éclater. Bayle m’avait bien dit que la distance entre lui et ses bulles était limitée. Je regardais dans le ciel, là où Bayle venait de s’envoler et je souris : c’était bien fait pour lui.

Je ramassais le crayon qui était tombé par terre, remis Piggy en place sur mon dos et commençais à avancer. J’évitais le ressort et…franchissais la ligne. La trompette retentit : J’étais officiellement déclaré comme le 5ème vainqueur ! Mon écran s’affichait en grand dans le ciel :

« Classement : 5ème ; Nom : Thomas ; Espèce : Terrienne ; Pouvoir ou spécialités : aucun ; Temps passé pour l’examen : 2 jours et 5 heures. »


Je regardais ça, le sourire aux lèvres : Après 2 jours et 5 heures à me battre contre cette planète, je venais de gagner. Je m’assis par terre pour reprendre mes esprits et mon souffle.

Les gardes m’applaudirent et l’un d’entre eux s’approcha :

Garde – Bien joué, jeune homme ! Une fois que tu t’en seras remis, *me montrant quelque chose du doigt* tu pourras aller te placer sur cette marque là-bas. Elle te permettra de te téléporter sur le vaisseau.

Je lui répondis d’accord avec un hochement de tête. Dokuna vint vers moi quelques secondes après, en me tendant une gourde pleine d’eau :

Dokuna – Félicitations ! Tiens, je me suis dit que t’avais peut-être soif.

Moi - *en prenant la gourde* Merci, c’est sympa…

Dokuna – Je suis désolée pour tout à l’heure dans la forêt mais je voulais vraiment gagner ! * en regardant vers la forêt* N’empêche, j’aurai vraiment pensé que ce serait le blondinet qui allait gagner…

Je lui rendis sa gourde et elle se dirigea vers la marque. Elle disparut d’un seul coup. Avant de la suivre, je pris le temps de libérer Piggy.

Moi - * en enlevant les dernières cordes* Et voilà, Piggy ! Tu es libre maintenant !

Piggy – Grouiiii !

Il commença à battre des ailes et me donna un coup de sabot dans la tronche, pour se venger, puis il s’envola.

Moi - * me caressant la joue* Ouais, moi aussi je t’aime, le bacon sur pattes… aïe.

Je me relevais et me dirigeais vers la marque. En un éclair, je fus transporté dans une petite pièce ronde, avec une porte devant moi. Je la franchis et entrais dans une immense salle de théâtre. Les gradins étaient complétement vide et la seule lumière allumée était celle qui éclairait la scène. Et sur cette scène justement, se trouvait le présentateur à la peau verte, que nous avions rencontré au début de l’examen.

Présentateur – Ah, vous voilà enfin ! Je vous en prie, venez-vous asseoir !

Je traversais la pièce pour atteindre les sièges devant la scène. C’est là que je vis les autres gagnants, en commençant par Gang, qui m’interpella :

Gang – C’est pas trop tôt !! Ca fait une plombe que j’attends, presque 2 jours !! T’aurais pu te grouiller !

Je ne lui répondais pas et continuais mon chemin. Je passais devant Otto et Honleg mais ils restèrent silencieux tous les 2. Honleg me fis juste un signe de la tête par respect. Je m’assis pas très loin de Dokuna et le présentateur commença :

Présentateur – Laissez-moi vous félicitez pour votre bravoure et votre courage ! Vous avez commencé au nombre astronomique de 1015 participants, mais vous 5 avez su prouver que vous vous démarquiez du lot…

Gang – Bla bla, ouais, on est trop fort ! On peut passer à la remise des cartes, maintenant ?


upload/2636.jpg


Une fois la cérémonie terminée, le personnel du vaisseau fit revenir tous les participants à bord. Le vaisseau reprit sa route vers la base de L’Orion. Je n’ai pas croisé Bayle dans les couloirs et ce n’était pas plus mal : je ne savais pas comment j’aurais réagi dans ce cas.

Bien plus tard, le vaisseau se posa dans l’un des ports de l’Orion. Tous les participants descendirent un par un. Les portes donnant sur le hall d’accueil s’ouvrirent. Alors que je franchissais le seuil de la porte, je vis une petite forme bleue, aussi rapide qu’un éclair se diriger vers moi.

Kaboom – THOMAAAS !!!

Kaboom me sauta au cou, complétement euphorique, me mettant un coup de boule au passage. Je me relevais en me frottant le crâne tandis que Veil s’approchait de moi :

Veil – Et ben gamin ! On tient plus sur ses jambes aha !

Il me donna une de ses fameuses tapes « amicales » dans le dos : j’allais de nouveau en souffrir pour quelques jours. Alors que je me remettais quelques lombaires en place, Kaboom sautillait d’excitation sur place :

Kaboom – Alors, alors ?

Je sortis la carte de ma poche comme preuve de ma victoire, en affichant évidemment un sourire de gagnant. Kaboom sauta de joie et Veil me porta tel un champion olympique, de son seul bras mécanique.

Kaboom - *sautillant autour de Veil et moi* T’es trop fort ! Je savais que tu y arriverais !

Veil – Bravo, champion ! Tu t’es bien débrouillé ! Pour fêter ça, je vous offre un bon repas dans l’un des restos de la station.


Veil me reposait à terre et nous nous dirigions vers les boutiques de la base. Kaboom me posait déjà de très nombreuses questions sur mon examen. Alors que j’y répondais, j’imaginais déjà ma vie future : d’après le bonhomme verdâtre, les dangers intergalactiques se faisaient de plus en plus présents dans l’univers. Mais en constatant la confiance en soi de Veil et le sourire de Kaboom, je me disais que je n’avais rien à craindre pour la suite.

Et puis, je me devais d’être fort, moi aussi : après tout, je suis un chasseur de primes…


Note de l’auteur :

Ahh, que c’est beau ! Mais revenons à nos moutons cosmiques…
Au dernier tome, je vous avais confié comment j’avais « inventé » les noms de certains personnages.
Maintenant qu’ils ont fait une apparition plus concrète dans l’histoire, parlons un peu d’Otto et de Dokuna.
Le nom d’Otto provient de la première syllabe du mot « automate », qui va bien avec le côté geek du personnage. D’ailleurs, petit clin d’œil : son numéro de badge pour l’examen est le 42. Ce chiffre est bien connu dans l’univers geek car ce fut la réponse d’un ordinateur à la question « Quel est le sens de la vie ? », posée par les humains dans le livre « Le guide du voyageur galactique »…décevant comme réponse.
Dokuna vient d’un mot japonais (hourra !). En effet, « poison » ce dit « Doku » en japonais. Le « -na » fut rajouté pour donner une sonorité plus féminine.
Et voilà ! Les noms des personnages de l’histoire n’ont plus de secret pour vous !



En cliquant sur le bouton accepter, vous autorisez l'utilisation de cookies ou technologies similaires y compris celles de tiers sur notre site internet. Les cookies sont indispensables au bon fonctionnement du site et permettent de vous offrir des contenus personnalisés, d'analyser l’audience du site et de partager vos publications.
Paramétrer les cookies