Kaboom - Tome 6 : L’examen commence

Ecrit par
MrBrosse

upload/2625.jpg





Bayle et moi venions d’arriver dans le hall principal du vaisseau de transport. Bien que la salle était grande, je me sentais à l’étroit parmi les 1014 autres candidats. Une fois que tous les participants étaient rentrés dans la pièce, je vis le personnel du vaisseau fermer les portes et éteindre les lumières. Un spot lumineux s’alluma alors pour éclairer une scène et tout le monde se tut d’un coup. Un petit être à la peau verte s’avança et s’arrêta devant un pupitre, puis saisit le micro :

Présentateur – Mesdames et Messieurs, bien le bonjour. J’espère que le voyage à bord de ce vaisseau vous a été agréable. Dans quelques minutes, vous allez pouvoir débuter votre examen pour devenir, je l’espère, un chasseur, ou une chasseuse, de primes. Mais avant cela, je vais vous donner les dernières consignes et précautions…

Tout le monde était concentré sur les paroles de ce petit bonhomme. Je cherchais du regard dans la salle les candidats que j’avais vu la veille, dans le couloir. J’aperçu Otto dans un coin de la pièce, encore à pianoter sur les touches de son clavier. Honleg était quelques mètres plus loin, tenant toujours aussi fermement son bâton en bambou. Enfin, il me semblait avoir vu Dokuna et Gang s’avancer dans la foule, comme pour se rapprocher de la scène. Je m’étais préparé pendant une bonne partie de la nuit pour essayer de vaincre ces personnes et j’espérais que j’y arriverai :

Présentateur – La planète où vous allez devoir faire vos preuves est connue sous le nom des « Terres Interdites ». Le Conseil Galactique a fermé ces lieux au public en raison du danger que représentent la faune et la flore présentes ici. Nous vous conseillons d’être extrêmement vigilants.

La tension de l’examen imminent devenait de plus en plus palpable. Le discours de cet homme était inquiétant mais Bayle se tournait de temps en temps vers moi pour me rassurer.


Présentateur – A votre arrivée dans ce vaisseau, le personnel vous a fourni des bracelets. Certains d’entre vous l’ont peut-être déjà utilisé pour récolter quelques informations sur d’autres participants. Ce bracelet vous indiquera également pendant l’examen, l’objectif en cours, depuis combien de temps vous avez commencé l’examen et le nombre de participants toujours en course. Une option vous permet également de signaler votre abandon : une équipe viendra alors vous récupérer dans les minutes qui suivent.

Un silence pesant suivit ces mots. Nous avions tous compris que si cette option avait été mise en place, c’était probablement parce que le conseil s’attendait à ce qu’une partie des concurrents abandonnerait rapidement.

Présentateur – Votre examen sera séparé en 3 épreuves, auxquelles viendra s’ajouter une épreuve de chasse. Vous le savez probablement : vous êtes actuellement 1015 participants mais le nombre de places pour accéder aux titres de chasseurs de primes est limité. Pour cet examen, le Conseil a décidé qu’il n’y aurait que 5 vainqueurs.

La surprise fut partagée par tous les participants. Le silence laissait alors place à de l’agitation. Plusieurs personnes élevèrent la voix pour manifester leur mécontentement :

Participant 1 – C’EST N’ IMPORTE QUOI !! VOUS NE NOUS LAISSEZ AUCUNE CHANCE !!

Participant 2 – POURQUOI LE CONSEIL N’A PAS AUGMENTE LE NOMBRE DE PLACES GAGNANTES ?!

Tout le monde criait autour de moi. Il fallait bien avouer que je ne m’attendais pas à ça non plus.

Bayle – 5 places ? Bah, c’est encore faisable…

Moi – Hein ? Tu n’es pas surpris ?

Bayle – Je ne te l’ai pas dit mais j’ai déjà essayé de passer l’examen 2 fois. A mon dernier essai, nous étions encore plus nombreux et il n’y avait que 3 places gagnantes. Donc, même si le nombre de place est vraiment bas, il n’est pas catastrophique pour autant.


Bayle m’impressionnait par sa force de caractère. Si je faisais équipe avec lui, il y avait des chances pour que nous fassions partie des 5 vainqueurs. Le bonhomme verdâtre essayait de reprendre le cours de ses explications au milieu de cette agitation :

Présentateur – S’il vous plait ! Calmez-vous ! Je comprends votre surprise mais le Conseil Galactique a pris cette décision par rapport aux menaces qui sont de plus en plus fréquentes à travers l’univers. Les futurs chasseurs devront faire face à des ennemis beaucoup plus redoutables que ceux de ces dernières années. Le conseil a donc décidé de réduire le nombre de place pour ne choisir que les meilleurs d’entre vous. C’est également pour votre sécurité future qu’il a pris cette décision.

Le calme repris alors sa place dans cette immense pièce.

Présentateur – Dès qu’un participant aura franchi la ligne d’arrivée, des écrans holographiques géants s’afficheront dans le ciel, précédés par un coup de trompette. Voilà, je vous ai fourni toutes les informations pour cet examen. Donc, nous allons commencer sans plus attendre.

Il appuya sur le bouton de la télécommande qu’il tenait dans la main. Un sas s’ouvrit au milieu de la pièce, donnant sur un ciel nuageux. Les concurrents se poussèrent pour ne pas tomber.

Présentateur – Votre première épreuve commence en bas, et il n’y a qu’un moyen pour s’y rendre : Sauter !

Hein ?! De là où j’étais, je ne voyais que des nuages : je ne savais pas du tout ce qu’il y avait en dessous de tout ça ! Déjà, les concurrents ne réagissaient plus de la même manière. Certains sautaient sans hésiter, d’autres se collaient aux murs de la pièce, terrifiés.

J’étais entrainé malgré moi vers le sas, poussé par les concurrents derrière moi qui voulaient accéder à la première épreuve. Bayle n’avait pas l’air plus stressé que ça :

Bayle – Détends toi, ça va bien se passer…

Moi – COMMENT CA ?! On va faire un saut en parachute mais… SANS PARACHUTE !!!

Bayle – T’as qu’à t’en faire apparaitre un avec ton crayon.

Moi – J’en ai pas dessiné cette nuit !! Et là, on a plus le temps !

Bayle – Bah, va falloir improviser alors !


Nous étions arrivés au bord. Bayle me fit un clin d’œil et se jeta en arrière, dans le vide. Il disparut dans cette « mer » de nuages. Je pris alors une grande inspiration, fermais les yeux et sautais.

Je traversais la couche de nuages en criant comme une fillette et, une fois passée, j’aperçus enfin l’horizon. Une énorme étendue d’eau, non, un océan à perte de vue ! Seule une petite île se trouvait en bas.

Je vis Bayle, quelques mètres en dessous, qui me fit signe de préparer mon atterrissage. Je sortis rapidement le crayon de ma poche et fis apparaitre sur l’île un énorme matelas gonflable. Bayle atterrit le premier dessus, et j’arrivais quelques secondes plus tard. Nous descendions tous les deux du matelas alors que je voyais quelques profiteurs qui voulaient l’utiliser aussi…J’aime pas les profiteurs. J’appuyais une nouvelle fois sur le bouton de mon crayon pour le faire disparaitre. Leur atterrissage ne se passa pas aussi bien que celui de Bayle et moi.

Nous étions désormais sur cette petite île, perdus au milieu de l’océan. Le bracelet à nos poignets vibra alors. Il nous indiquait déjà que nous n’étions plus que 980 participants encore en lice. Les autres n’avaient pas eu les tripes pour sauter dans l’inconnu. Notre objectif y était également inscrit : continuer vers le nord.

Déjà, plusieurs candidats se précipitaient sur les quelques arbres présents sur l’île pour se construire un radeau de fortune. Alors que Bayle et moi les regardions faire, un concurrent éleva la voix :

Participant – Ah ! Bande de mammifères ! Vous êtes ridicules ! Avec mes branchies et ma force, je vais franchir cette épreuve en un rien de temps. La prochaine fois que vous verrez mon visage, il sera sur l’écran qui indiquera que j’aurai gagné la première place !

Cet « homme », qui pourrait plus s’apparenter à un poisson avec des pattes, sauta dans l’eau et commença à foncer à toute allure vers le nord.

Moi – Il est super rapide !

Bayle – Ouais, mais il est surtout très stupide… Le bracelet n’indique pas la distance que nous devons parcourir. Et quand je regarde à l’horizon, je ne vois aucune terre en vue : il risque de manquer d’énergie avant d’arriver à la seconde épreuve. De plus, il ne pourra pas revenir ici : la pente pour remonter sur cette île est trop raide. En d’autres termes, une fois parti, il est impossible de revenir.


upload/2626.jpg



Bayle en restait sans voix. Je me précipitais sur le pont du navire et fit signe à Bayle de monter. Le vent nous étant favorable, nous avons préparé les voiles et pris le large, direction le nord. Les autres candidats nous regardaient soit avec dépit, soit avec mépris mais nous n’y prêtions pas attention : nous avions trouvé un moyen de quitter cette fichue île.

Seul un problème vint gâcher notre départ. Le monstre marin de tout à l’heure refit surface près de notre navire. Le « Taureau » avait beau être solide, une morsure de ce monstre, et nous nous retrouverions à l’eau. Bayle passa devant moi :

Bayle – A mon tour. Tu nous as aidés à quitter cette île, maintenant c’est à moi de te montrer ce que je vaux.

Alors que la gueule du monstre se rapprochait dangereusement de nous, Bayle se mit face à elle et fit apparaitre un champ de bulle tout autour du bateau et de la bête. Je trouvais ça très impressionnant mais je ne voyais pas comment cela allait nous sauver d’une bestiole de 15 mètres. Bayle claqua des doigts et, comme pour me donner une réponse, les bulles autour de la tête du monstre se mirent à éclater et à libérer chacune une onde de choc. Les coups furent tellement violents que le monstre s’évanouit en un instant et s’écrasa sur l’eau, complétement sonné. Pour le coup, c’était moi qui restais sans voix. Bayle se tourna vers moi et réalisa quelque chose :

Bayle – Ah c’est vrai !! Je n’avais pas fini ma démonstration quand on était dans la salle d’attente ! Tu dois être surpris, non ?

Moi – *Hoche la tête de haut en bas sans dire un mot*

Bayle – Aha désolé. Alors je t’explique : je peux utiliser mes pouvoirs de différentes façons.

1. Comme tu l’as vu, je peux faire éclater mes bulles, ce qui libère une onde de choc. Plus ma bulle est grande, plus l’onde de choc sera forte.

2. Je peux me créer une bulle autour de moi. Bien que ce ne soit qu’une bulle, elle est extrêmement résistante. Il faut des armes très puissantes ou très pointues pour les percer. Je les appelle des « Bulles Boucliers ».


upload/2627.jpg


J’étais impressionné par le nombre de possibilités qu’offrait son pouvoir !

Bayle – Après, il y a des inconvénients : je deviens très vite épuisé si j’utilise mon pouvoir trop longtemps. Et puis, mon champ de bulle ne peut pas aller très loin autour de moi : si je m’éloigne trop, mes bulles éclateront.

Moi – Mais c’est TROP COOL ! Ton pouvoir n’en a pas l’air, mais il est redoutable !

J’étais encore plus confiant qu’avant : Si Bayle et moi allions nos forces, il y a de grandes chances pour que nous atteignions l’arrivée ensemble ! Je regardais vers l’horizon mais n’apercevais aucune terre en vue, mais je pouvais remarquer des énormes formes mouvantes sous l’eau.


D’autres monstres surgissaient alors que l’on avançait toujours vers le nord. Il y en avait de plus en plus, et de plus en plus gros. Bayle et moi combattions côte à côte : lui avec ses bulles et moi avec tout ce que je pouvais faire apparaitre pour les assommer (voiture, frigo, lettres de l’alphabet géantes,…).

J’ai compris quand je combattais, que cette épreuve s’apparentait à « l’épreuve d’endurance » dont m’avais parlé Veil : nous avancions vers l’inconnu, sans savoir où et quand nous allions toucher terre; avec des monstres nous empêchant de nous reposer ou de manger quoi que ce soit. Le soleil se couchait alors que notre combat contre les monstres, la fatigue et la faim ne venaient que de commencer…

Le lendemain, le soleil était déjà haut dans le ciel quand nous avons pu profiter d’un moment de calme. Ces monstruosités marines n’avaient pas arrêtées de nous attaquer dans l’obscurité. Nous profitions de ce rare moment de répit pour fermer les yeux mais nous fûmes rappelés à la réalité par un coup de trompette. Après notre sursaut, nos regards se figèrent sur l’écran holographique géant accompagnant ce son.

Un premier gagnant. Et pas n’importe lequel car il s’agissait de Gang, l’homme aux lunettes de soleil que j’avais vu la veille dans le couloir. Sur le tableau était marqué ceci :

« Classement : 1er ; Nom : Gang ; Espèce : Inconnue ; Pouvoir ou spécialités : Inconnus ; Temps passé pour l’examen : 1 jour et 4 heures. »

Je me revisualisais la scène du couloir dans mon esprit. Même s’il est inscrit sur le tableau que son pouvoir ou sa spécialité est inconnu, j’étais certain que cela avait un rapport plus ou moins direct avec la vitesse. Mais cela restait impressionnant : Nous n’avions même pas encore atteint la 2ème épreuve que lui avait déjà fini l’examen entier.

Bayle - * Me tapant sur l’épaule* Il a beau avoir gagné, il reste quand même 4 autres places. Nous devons rester concentrés sur notre objectif.

J’étais d’accord avec lui. Je partis à l’avant du bateau pour avoir une meilleure vue de l’horizon. Soudain, je vis ce que l’on attendait depuis un bon moment : Une île ! Ou plutôt la silhouette d’une île car elle avait l’air d’être dissimulée derrière un écran de brume. Je me tournais vers Bayle et criais :

Moi – Terre en vue ! Terre en vue ! (J’ai toujours voulu dire ça)

Bayle me rejoignit dans les secondes qui suivirent. Pour mieux voir ce qui nous attendait, je fis apparaître une paire de jumelles. Je jetais alors un coup d’œil et ma joie, jusque-là présente, se transformait en de l’effroi. Devant l’île, une dizaine de monstres marins attendait les candidats pour en faire leur petit déjeuner. Je voyais à travers mes jumelles des épaves de bateaux qui flottaient devant ces bêtes : sûrement d’autres participants qui ont dû affronter ces horreurs et qui ont perdu…

Moi – Bayle ! Faut qu’on fasse quelque chose ! Avec notre vitesse actuelle, dans moins de 5 minutes, on fera face à ces monstres !

Bayle – *réfléchissant* On a réussi à les repousser cette nuit mais seulement parce qu’ils n’attaquaient pas à plus de 3 en même temps. Si on se retrouve face à ceux-là, le bateau ne résistera pas.


upload/2628.jpg



Moi – Bayle, si tu veux tenter ton truc, c’est le moment !

Bayle – On n’est pas encore assez près de la rive. Encore un peu…

Le monstre en avait marre d’attendre et se jeta sur nous, en nous montrant ses jolies dents.

Moi - *me tournant vers Bayle* Bayle, maintenant !

Bayle fit alors apparaitre plusieurs autres bulles autour de nous, dont une sur la rive d’en face. En une fraction de seconde, nous échangions de place avec elle. La bête referma sa gueule sur la pauvre petite bulle alors que nous atterrissions lourdement sur le sol de ce nouveau territoire. Les monstres nous regardaient d’un air féroce mais ne bougeaient pas : nous étions désormais hors d’atteinte pour eux.


Je pris conscience de là où nous venions d’atterrir Bayle et moi. Cette île était un énorme territoire volcanique, avec de la roche noire à perte de vue. La chaleur était insoutenable. Des coulées de lave et de roches en fusion coupaient tous moyens de s’aventurer dans ces terres. C’est là que je réalisais également que l’écran, que je croyais être en brume, était en réalité de la vapeur, résultant du contact de la lave et de l’eau.

Le bracelet à nos bras se mit soudain à vibrer. L’écran affichait :

« Territoire : Terres de Feu ; Objectif : Traverser les Terres de Feu ; Candidats restants : 570. »

C’est le nombre de participants encore en lice qui me frappa d’abord. Il avait grandement diminué depuis notre départ de la première île. Mais il pouvait encore s’aggraver : plusieurs autres candidats sont encore derrière nous et n’ont pas rencontré le mur de monstres qui protège cette île de feu.

Mais pour l’instant il fallait se concentrer sur notre propre sort. Bayle venait de me faire remarquer que le bateau – en bois – commençait à prendre feu.

Bayle – *en sueur* Il est impossible que nous puissions traverser ces terres à pieds : la chaleur aura raison de nous bien avant qu’on en ait fait la moitié. On pourrait essayer de contourner l’île mais ça nous ferait perdre un temps fou ! T’as une idée ?

Je n’en avais pas vraiment. Je regardais aux alentours mais il n’y avait rien à part de la roche volcanique. J’essayais de me remémoriser les paroles de Veil. Il m’avait dit qu’il y aurait en plus de l’épreuve d’endurance, une épreuve de force et une épreuve d’adaptation. Il n’y avait rien à affronter ici à part la chaleur donc ça ne pouvait pas être l’épreuve de force. Il fallait donc que je m’adapte à la situation. Je levais la tête vers le ciel pour trouver l’inspiration.

Je ne voyais que de la vapeur et de la fumée, causées toutes deux par la chaleur de l’île. Et c’est là que j’eu une illumination. Je m’adressais tout de suite à Bayle :

Moi – Dis Bayle, tes bulles peuvent emprisonner n’importe quoi à l’intérieur d’elles ? Même ce qui n’est pas matériel ?

Bayle – * perplexe* Euh oui, ça marcherait. Mais qu’est que tu veux que j’enferme ici, à part des roches et de la fumée ?

Moi – De la chaleur ! On va construire une montgolfière avec comme ballon, ta bulle ! L’air chaud à l’intérieur nous fera monter !

Bayle – Mais oui ! Et si ma bulle sert de ballon, je pourrai la guider facilement même si le vent ne nous est pas favorable ! Bien joué, Thomas !


upload/2629.jpg



A suivre…




Note de l’auteur :

Quand je choisis le nom d’un personnage, je fais souvent des recherches pour trouver un mot ou quelque chose qui se rapprocherait de sa personnalité ou de sa spécialité.

Bon, j’avoue que pour « Veil » et « Bayle » ça m’est venu comme ça (« Bayle fait des bulles » c’est facile à retenir ^^). Mais pour Kaboom, par exemple, J’ai pris le son d’une explosion pour accentuer son tempérament explosif et ses armes.

Et c’est pareil pour des personnages secondaires comme Gang et Honleg, par exemple.

Pour ceux qui ont un niveau d’allemand correct (pas comme moi, quoi), vous savez peut-être que « gang » évoque la vitesse en allemand.

Honleg, quant à lui, provient de l’anglais « one leg » qui veux dire « une jambe ». Ça vient du fait que quand Honleg médite, il le fait debout sur son bâton, en équilibre sur une jambe.



En cliquant sur le bouton accepter, vous autorisez l'utilisation de cookies ou technologies similaires y compris celles de tiers sur notre site internet. Les cookies sont indispensables au bon fonctionnement du site et permettent de vous offrir des contenus personnalisés, d'analyser l’audience du site et de partager vos publications.
Paramétrer les cookies