Kaboom - Tome 5 : Thomas, chasseur de primes ?

Ecrit par
MrBrosse

upload/2609.jpg





Cela fait 3 semaines depuis le passage remarqué de Kaboom et Veil à la télé, ainsi que des nombreux atterrissages de vaisseaux extra-terrestres sur notre chère planète. Grâce à l’aide des chasseurs de prime, les forces armées terriennes ont réussi à canaliser et à recenser les arrivants.

Ce long travail n’est pas encore terminé mais l’on peut d’ores et déjà croiser des aliens dans les rues de nos villes. La Terre, qui était auparavant un refuge pour les criminels galactiques, est aujourd’hui l’une des planètes les plus touristiques ; et les humains l’ont bien compris ! Déjà, les magasins de souvenir ajoutent dans leurs rayons, des produits qui pourraient intéresser ces nouveaux clients.

Il faudra encore quelques temps pour que le monde s’habitue à ce drôle de changement.

De mon côté, tout est parfait ! Premier point : Kaboom s’est bien calmée. Elle ne saute plus partout dans mon appartement et, depuis que Veil vit avec nous, il y a beaucoup moins d’explosions causées par les réparations des armes (je dis « beaucoup moins » parce qu’il y en a encore).

En parlant de Veil, celui-ci s’est grandement intéressé à la cuisine terrienne : il arrive désormais à nous préparer des plats, pas forcément délicieux, certes, mais mangeables … c’est déjà pas mal.

Enfin, Kaboom et Veil ont décidé de partager les récompenses de leurs captures avec moi, car je les accueille sous mon toit. Grâce à ça, je vais pouvoir payer l’année prochaine dans mon école et acheter plusieurs paquets de Chocapic pour Kaboom.

Cette situation aurait pu durer pendant un certain temps, mais le destin en a décidé autrement…


upload/2610.jpg


Un samedi matin, alors que Veil était aux fourneaux, je jouais au jeu vidéo « Super Smash Bros. Brawl » avec Kaboom. Le score était serré quand j’entendis quelqu’un sonner à la porte de mon appartement. Quand j’ouvris la porte, 2 policiers se tenaient devant moi :

Policier N°1 – Bonjour Monsieur, police nationale. C’est bien ici que réside Kaboom et Veil, les 2 aliens de la télé?

Moi – Oui c’est bien ici. Pourquoi ? Il y a un problème ? Vous voulez un autographe ?

Policier N°2 – Pas tout à fait. D’après une loi temporaire créée dans le cadre de l’accueil des extra-terrestres sur Terre, vous êtes désormais responsable des actes de mademoiselle Kaboom et monsieur Veil sur cette planète.

Moi – QUOIIIIIII ?! C’est une blague j’espère ?!

Policier N°1 – C’est une décision temporaire mais jusqu’à ce qu’elle soit changée, vous êtes tenu responsable de leurs actions…

Policier N°2 – *sors une feuille remplie de chiffres* Et cela inclus également les actions déjà effectuées sur Terre, en l’occurrence des dégradations. En comptant les dégâts causés par miss. Kaboom et Mr. Veil (explosions de la rue, crash provoquant des cratères dans la route, etc…), nous arrivons à un total de frais de réparations de 80 000€.

Moi – HEINNNNNN ?! C’EST A MOI DE PAYER TOUT CA ?! Mais j’ai pas cet argent moi !!

Policier N°1- Vous avez jusqu’à la fin de votre année scolaire pour payer votre dette. Si cela n’est pas respecté, nous serons dans l’obligation de vous emmener en prison, monsieur.

Policier N°2- Nous allons déjà récupérer une partie de votre fortune actuelle, pour l’enlever de votre dette.


N’ayant pas le choix, je donnais alors une bonne partie de nos économies aux policiers soit 14 500€. Ma dette était encore
de 65 500€ :

Policier N°1 – Merci de votre coopération, monsieur. Bonne journée…

Je refermais la porte et m’affalait directement dans le canapé, désespéré. Veil vint à ma rencontre et essaya de me réconforter en me tendant un plateau :

Veil – Un petit beignet pour remonter le moral ?

Moi - * dégageant le plateau* NON ! Est-ce que vous vous rendez compte du pétrin dans le lequel vous m’avez mis ?! Vous avez intérêt à trouver une solution !!!

Kaboom - *Réfléchit* Et si tu devenais chasseur de prime toi aussi ? A nous 3, on capturerait plus de bandits et donc on aurait plus d’argent, non ?

Moi - Hein ?

Veil - Mais oui ! C’est une super idée ma petite Kaboom * en lui frottant la tête* !! En plus tu as déjà remplis la condition pour ça !

Moi - Une condition ? Mais de quoi vous parlez tous les 2 ?!

Veil - *en s’approchant de moi* Pour prétendre au titre de chasseur de primes, on doit d’abord neutraliser un individu dangereux sans l’aide de personne. A partir de là, on peut faire la démarche pour devenir un chasseur !

Kaboom – Et quand tu m’as sauvé du méchant qui contrôlait les protons, tu as rempli cette condition ! Tu peux donc devenir un chasseur de primes, comme nous ! C’est trop cool, non ?

Je réfléchissais quelques instants. Ce métier est extrêmement dangereux mais je ne voyais pas d’autres moyens d’obtenir de l’argent aussi rapidement.

Moi - Bon OK. Je veux bien essayer…

Kaboom sauta de joie et Veil me donna une tape amicale dans le dos, me brisant la colonne vertébrale pour la 3ème fois cette semaine. J’eus à peine le temps de m’en remettre que Veil et Kaboom me firent embarquer dans leur vaisseau, direction l’espace.


Mon premier voyage intergalactique ne se passa pas très bien : je ne comptais plus le nombre de fois où je vomis. Pour me changer les idées, je décidais de me renseigner sur les démarches pour devenir chasseur auprès de Veil :

Moi – Dis Veil, ça se passe comment pour devenir chasseur de prime ? Faut remplir des papiers ou un truc comme ça ?

Veil – Ouais, il y a de ça, mais faut surtout passer un examen.

Kaboom – Ouais !! Un examen « super dangereux, voire mortel », c’est comme ça qu’on me l’avait dit quand je l’avais passé !

Moi - QUOIII ?! Mais vous m’aviez pas dit ça !! Et qu’est-ce qu’on doit faire dans cet examen ?

Veil – On ne sait jamais ! Tous les 2 mois, un examen pour les futurs chasseurs de primes est organisé, mais à chaque fois le lieu et les épreuves sont différentes. Mais la nature de ces épreuves restent à peu près la même à chaque fois. La plupart du temps, il y a une épreuve d’endurance, une d’adaptation et enfin une de force physique et mentale. Essaye de te préparer en te basant sur ça.

Je n’étais pas plus rassurer. C’est alors que l’on aperçut au loin une immense station spatiale, flottant en orbite autour d’une planète.

Kaboom - On est arrivé ! Thomas, je te présente la base de L’Orion : le quartier général de tous les chasseurs de primes !

J’étais bouche bée : La longueur de la station semblait interminable quand Kaboom passait à côté avec son vaisseau. Elle fit atterrir - correctement, pour une fois- son vaisseau dans un grand hangar.

C’est une fois arrivé dans le hall principal de la base que je pris conscience du bâtiment colossal où je me trouvais. Il y avait de tout : des salles de repos, des appartements pour les chasseurs, des boutiques de boissons et de nourritures, des salles d’entrainements, de musculation,… Kaboom m’a même montré des salles aménagées exprès pour des extra-terrestres vivant dans des climats particuliers. Cette base pouvait être considérée comme une ville, une ville titanesque réservée uniquement aux chasseurs de primes intergalactiques.

Après avoir fait un petit tour de la station, Veil et Kaboom me guidèrent vers l’un des guichets pour l’inscription. Là, une alien à la peau bleu m’accueillit et me tendit un formulaire :


La guichetière – Tenez monsieur, veuillez remplir ce formulaire. Vous avez beaucoup de chance, le prochain embarquement pour l’examen s’effectuera dans un peu moins d’une heure. A quelques minutes près, vous n’auriez pas pu vous inscrire…

Moi - *avec un ton sarcastique* Aha oui, j’ai beaucoup de chance…

Une fois le formulaire rempli, elle me tendit un badge avec le numéro
« 1015 » inscrit dessus.

La guichetière – Ce badge est très important : il nous permet de vous identifier mais il vous permettra également d’accéder au vaisseau d’embarquement et à votre chambre personnelle située dans ce même vaisseau. Surtout ne le perdez pas !

Je remerciais alors la dame et rejoignais Kaboom et Veil :

Veil – Elle a dit que l’embarquement s’effectuerait dans un peu moins d’une heure. Ca nous laisse un peu de temps pour te trouver une arme, ou quelque chose pour te défendre…

Même si je n’étais pas particulièrement chaud pour ça, Veil avait raison : j’étais le numéro 1015, ce qui veut dire que j’aurai 1014 ennemis potentiels à affronter. Il fallait que je trouve une arme qui me corresponde.

Cela faisait déjà une demi-heure que l’on tournait dans les différentes boutiques d’armes. Je ne trouvais aucune arme faite pour moi : les canons laser étaient trop puissants et les armes blanches étaient souvent trop lourdes pour moi. Je perdais peu à peu espoir et l’idée d’aller me désinscrire me trottait dans la tête. Kaboom remarqua une petite boutique en retrait et proposa d’aller voir.

Cette boutique – qui était d’ailleurs très mal entretenue - proposait les mêmes marchandises que l’on avait vues auparavant : inutilisables pour moi. C’est alors que mon regard s’arrêta sur un objet entouré de pancarte « soldes » : un petit crayon.

Moi - *en m’adressant au vendeur* S’il vous plait monsieur, qu’est-ce que c’est que ce crayon ?

Vendeur – AHA, cher client ! Je vois que vous avez l’œil ! Ce n’est pas une arme que l’on voit souvent sur les présentoirs, non non !! *il saisit le crayon* Ceci est une arme redoutable si elle est bien utilisée. Je vais vous faire une démonstration…

Il prit alors une feuille qui trainait et commença à crayonner dessus :

Vendeur – Cette arme s’utilise comme cela, cher client ! Il suffit de dessiner un objet sur une feuille, et une fois le dessin terminé, vous pouvez faire apparaitre l’objet dessiné précédemment devant vous ! Regardez !


upload/2611.jpg


Kaboom, Veil et moi regardions cette chose, en se demandant qu’est-ce que cela pourrait bien être :

Moi – Euh, je voudrais pas me montrer méchant mais…c’est quoi ce truc ?

Vendeur -*en se cachant le visage* ARGH ! Voilà pourquoi personne ne veut de cette arme : il faut savoir dessiner correctement ! De plus on ne peut pas faire apparaitre directement de l’argent ou des choses organiques comme des plantes, des animaux ou des humains, par exemple ! Seulement des objets, des objets tout ce qu’il y a de plus simple !!

Moi - *en m’approchant du vendeur* Est-ce que je pourrais essayer ?

Le vendeur me tendit le crayon et une feuille vierge. Je fis un dessin rapide et appuyais sur le bouton situé au bout du crayon. C’est alors qu’un canapé ultra confortable apparu devant moi, le même que sur la feuille. Le vendeur en resta bouche bée alors que Kaboom sautait déjà dessus. Etant donné que j’étais élève dans une école d’art, j’avais déjà quelques notions de dessin. C’était après plus d’une demi-heure de recherche que j’avais enfin trouvé mon arme parfaite !

Je me précipitais au comptoir du vendeur :

Moi - Cette arme est tout ce qu’il me faut !! Je l’achète !! Combien je vous dois, sachant qu’elle est en solde ?


Vendeur -* enlève la pancarte « solde » de ma vue* Ahhhh je suis désolé, cher client !! Cette arme était à seulement 15€ avec la remise mais les soldes pour cet objet viennent de se terminer juste à l’instant…maintenant, il est revenu à son prix initial soit 1500€. Est-ce que vous l’achetez quand même ? * affichant un petit sourire en coin*

Moi – Quoi ?! Vous vous fichez de moi ?! C’est une arnaque !!

Vendeur – Rien ne vous oblige à l’acheter, monsieur.

Veil, qui était en train de dévorer un morceau du canapé, entendit la dispute. Il s’approcha du comptoir et saisit le vendeur par le col :

Veil - *avec un sourire carnassier* Vous avez du vous tromper, n’est-ce pas ? Je crois bien que cette arme est encore en promo ! Alors ? Vous acceptez de lui vendre pour 15€ ou faut-il que l’on ait une petite discussion, rien que nous 2 ? * en serrant son poing mécanique*

Vendeur – AHHHHHHH !!! Non, ne me frappez pas !!! B-Bien sûr, la promo est toujours valable, hé hé…le client est roi après tout. Un petit emballage cadeau ?

Je donnais alors mes 15€ au vendeur et saisis le crayon. Le vendeur nous remercia en transpirant et nous rejoignions le hall principal, Veil ayant pris le canapé avec lui pour « casser la croute plus tard », comme il dit.

Une fois devant la salle d’attente pour l’embarquement, je disais au revoir à Kaboom et Veil, ne pouvant évidemment pas m’accompagner. Je présentais ensuite mon badge pour entrer dans la salle. Les autres participants me dévisageaient tandis que je marchais à travers la pièce. Certains avaient l’air de se moquer de moi mais je n’y prêtais pas attention.

Je m’assis à l’écart des autres et commençais à dessiner avec le crayon des objets qui me passaient par la tête.

Quelques minutes plus tard, ma concentration fut brisée par ce qui semblait être un participant en difficulté, à l’entrée de la salle :

Participant – Mais Madame ! J’ai perdu le badge, d’accord. Mais vous avez bien enregistré nos noms dans votre base de données. Vous pouvez donc m’y retrouver, non ?! Je suis le numéro 90, regardez sur votre ordi !!

Guichetière – Désolé monsieur, mais le règlement est strict : seules les personnes en possession d’un badge peuvent participer à l’examen et donc accéder à la salle d’attente…


upload/2612.jpg


Je ne sais pas si c’était son apparence humaine qui m’a poussé à faire ça, mais j’ai voulu aider cet homme. J’ai donc dessiné rapidement le badge 90 sur ma feuille et le fit apparaitre. Je me suis alors dirigé vers lui et la dame :

Moi – Euh, excusez-moi, je vous écoute depuis tout à l’heure et j’avais retrouvé ce badge quelque part. C’est le tien ?

Participant – Ah ? O-OUI !!! C’est celui-là ! Merci, merci beaucoup !!

Guichetière – Dans ce cas, vous pouvez entrer monsieur. Mais essayez de faire plus attention à l’avenir.

Participant – Oui, bien sûr !! Désolé Madame…

J’entrais alors avec lui dans la pièce. Je le voyais regarder en arrière, en direction de l’accueil. Une fois assez loin, il se tourna vers moi :

Participant – Comment t’as fait pour le récupérer ? J’avais fait tomber mon badge dans la cuvette des toilettes ! Me dis pas que t’es allé dans…

Moi – CA VA PAS NON ?! J’ai utilisé mon arme, regarde.

Je lui fis alors une démonstration en faisant apparaitre un deuxième badge. Il en resta bouche bée pendant un petit moment :

Participant - …OUAH !!! Mais c’est trop bien !! Ah ? Désolé je ne me suis même pas présenter, je m’appelle Bayle, enchanté ! *me tendant la main*

Moi - *lui serrant la main* Moi c’est Thomas, enchanté.

Bayle - *en regardant dans la pièce* Ah, et ne fais pas attention aux autres, les humains sont rares par ici, ils te considèrent sûrement comme quelqu’un de faible…

C’était un jeune homme d’à peu près mon âge, avec les cheveux blonds. Mais à le regarder de plus près, je ne voyais aucune arme sur lui. Je lui demandais alors :

Moi – Tu comptes passer l’examen sans arme ? C’est pas super dangereux ça ?

Bayle – Hein ? Ah, ça !! T’inquiète pas pour moi, je suis un mutant. J’arrive très bien à me débrouiller sans ça.

Moi – Euh, qu’est que t’entends par mutant ?


Bayle – Tu n’as jamais entendu parler des mutants ?! Mais tu viens de quelle planète ?! Un mutant est un être ayant une capacité ou un pouvoir en lui depuis sa naissance. Nous sommes en général assez mal vus par les autres personnes, qui se considèrent comme « normales ». Le gouvernement intergalactique et les chasseurs de primes sont à peu près les seuls qui ne nous voient pas comme des monstres, et qui considèrent nos pouvoirs comme une bénédiction plutôt qu’une malédiction.

Moi – Mais, il y en a beaucoup des mutants ?

Bayle – Partout ! Ils peuvent naître n’importe où. Tiens, je suppose que tu viens de la Terre, toi. Et bien même là-bas, il y en a : tu n’as jamais entendu parler de voyant ou de sorcière dans ton monde ? C’était surement des mutants, sans qu’ils ne le sachent eux même.

Moi – Mais alors du coup, c’est quoi ton pouvoir à toi ?

Il tendit alors sa main devant lui et des bulles de savon en sortirent. J’étais impressionné par ce que je voyais même si je n’en comprenais pas l’utilité.

Bayle – Aha !! Je sais que ça a pas l’air fou comme ça mais c’est assez redoutable, je vais te mont-

Bayle fut coupé au milieu de sa phrase par une sonnerie. Une annonce suivit :

« Mesdames et messieurs, le vaisseaux vers le lieu de l’examen vient d’atterrir, porte B. Nous vous prions de bien vouloir vous y présenter pour procéder à l’embarquement. »

Après cette annonce, Bayle et moi, ainsi que tous les autres participants prirent le chemin vers le port d’embarquement. Quand nous sommes arrivés près du vaisseau, c’est sa taille qui nous a d’abord frappé, suivi ensuite de sa décoration de luxe. Bayle et moi avons présenté nos badges en même temps aux hôtesses, et celles-ci, nous ont distribué un bracelet chacun :

Hôtesse – Vous pouvez déjà utiliser ces bracelets pour recevoir des informations basiques sur les autres participants. Les autres fonctionnalités du bracelet vous seront expliquées ultérieurement. Nous vous souhaitons un agréable voyage.

Et le voyage allait surement être très agréable, puisque Bayle et moi avons vu un énorme buffet à volonté qui n’attendait que nous.

Au bout d’une heure et demie, nous étions enfin rassasiés. Je raccompagnais alors Bayle à sa chambre. Nous nous donnions rendez-vous le lendemain matin devant ma chambre pour le petit déjeuner. Je repartis donc seul dans les couloirs du vaisseau, en direction
de ma chambre numérotée 1015.

J’ai croisé pas mal d’extra-terrestres imposants durant ma balade dans les couloirs, et cela me faisait penser qu’il fallait que je me prépare correctement pour cet examen dont je ne connaissais rien. Au croisement d’un couloir, je vis alors 4 personnages qui attirèrent mon attention : 2 d’entre eux était assis chacun d’un côté du couloir, tandis que les 2 autres le traversaient.

Les 2 personnes qui étaient en train de marcher étaient un très grand homme, portant des lunettes de soleil et une chemise estivale, ainsi qu’une jeune femme aux cheveux verts, revêtant un chapeau rond assez étrange.


Le grand homme se vantait auprès de cette dernière :

Homme – T’as encore rien vu, poulette ! Cet examen je vais le passer tranquille !! Ils peuvent essayer ce qu’ils veulent pour m’arrêter, ils n’y arriveront jamais.

Femme – T’es si fort que ça ?! J’ai trop hâte de passer cet examen pour voir ça !

Soudain, le vantard se fit couper la route par l’un des 2 hommes assis dans le couloir. Ce dernier, un homme torse nu avec un bandeau devant les yeux, venait de placer une sorte de bâton en bambou devant lui.

Homme torse nu – Tu devrais arrêter de parler pour ne rien dire. Ce sont les inconscients comme toi qui sont le plus souvent éliminés les premiers dans ce genre de compétition.

Le vantard – Hein ?! C’est à moi qu’tu parles, l’embaumé ?! Retire ce que tu viens de dire si tu veux pas te retrouver la tête dans le mur…

Homme torse nu – Je t’ai donné un conseil mais je vois que ton orgueil t’empêche de l’accepter…

La tension entre les 2 hommes était palpable et le silence qui l’accompagnait n’arrangeait rien. Malgré ça, la jeune femme n’avait pas l’air très inquiète, et l’autre homme dans le couloir non plus. Celui-ci n’avait même pas relevé la tête de son ordi, posé sur ses genoux, et ses grosses lunettes cachait la moindre émotion qui l’on pourrait apercevoir sur son visage.

Soudain, un énorme bruit d’onde de choc me parvint, suivi d’une bourrasque de vent, comme après une explosion. Je n’en revenais pas : en moins d’une fraction de seconde, le pied de l’homme aux lunettes de soleil s’était retrouvé à quelques centimètres du visage de l’homme au bandeau ; qui lui-même avait bloqué le coup avec son bâton. Le bruit et le souffle que j’avais ressenti venait tout deux de ce choc.


upload/2613.jpg


Le vantard retira sa jambe et reprit la parole, affichant en même temps un sourire sur son visage :

Gang – Humph ! Pas mal ! Je ne pensais pas que t’arriverais à arrêter ce coup…L’examen pourrait bien être plus intéressant que ce que j’imaginais…

Sur ces belles paroles, Gang reprit son chemin dans le couloir, suivi par Dokuna. Ils passèrent près de moi, alors que l’homme me regardait de travers, et continuèrent leur route.

Je reprenais lentement mes esprits : était-ce vraiment ça le niveau des participants de cet examen ? Si je voulais rivaliser, il fallait que je me dépêche de me préparer.


A suivre...




Note de l’auteur :

Hello tout le monde ! Je suis TELLEMENT désolé pour la période d’absence entre l’épisode 4 et 5, il s’est passé pas mal de chose d’un coup mais me revoilà…et Kaboom aussi !

J’espère que la tournure des événements de ce tome vous plait et que vous apprécierez les prochains chapitres. Et ne vous inquiétez pas, le prochain ne mettra pas un an pour arriver car l’écriture est déjà en route !

En cliquant sur le bouton accepter, vous autorisez l'utilisation de cookies ou technologies similaires y compris celles de tiers sur notre site internet. Les cookies sont indispensables au bon fonctionnement du site et permettent de vous offrir des contenus personnalisés, d'analyser l’audience du site et de partager vos publications.
Paramétrer les cookies