Comme toi !

Ecrit par
katrinasand

Le déménagement. (partie 1)



Ce fut le 1ére week-end du mois de novembre où mon oncle, ma tante et mes deux cousines ont déménagés. Ils ont eu un appartement plus grand dans une barre d'immeuble à 6 minutes à pieds de chez moi. Je vais pouvoir les voir plus souvent, sans que ma belle-mère soit obligée m'y emmener ou que je mette une plombe à pied.

La veille du déménagement, après le collège, j'ai fait place net dans ma chambre pour accueillir mes deux cousines : Claire 4 ans et Mélanie 6 ans, car ma belle-mère n'a pas voulu préparer leur lit dans le salon juste pour ce weekend. J'ai enlevé mon tapis, déplacé mon lit, enlever mes objets de décoration fragiles et les petits objets. Ma belle-mère m'avait laissé l'aspirateur en évidence dans le salon. J'ai aspiré le salon et les autres pièces avant de m'attaquer à ma chambre.

J'étais concentrée sur mes devoirs quand la sonnerie a retenti. J'ai à peine eu le temps de fermer mon sac que les deux petits démons ont déboulé dans ma chambre.
"Sarah, on dort où?
_Claire, arrête de poser cette question.
_Chamaillez vous pas, vous allez dormir dans ma chambre.
_ Il est où mon lit? Demanda Claire.
_ J'irai le chercher dès que vous sortirez de cette pièce."
À peine ma phrase finie que Claire est parti en courant dans le salon. Elle y appela sa sœur. Je les ai rejoins pour dire bonjour à mon oncle et ma tante. Comme c'était la première fois que leurs filles ne dormaient pas chez elle, ils sont restaient mangés pour pouvoir les mettre au lit et leur faire de gros câlins.
Juste après le repas je suis allé chercher dans le haut du placard à manteau le matelas gonflable.
Pendant que je faisais le lit pour mes cousines, ma tante m'a apporté leur sacs et m'a aidé à finir le lit. A 21h c'était l'heure bien avancée de mettre les petites demoiselles au lit. J'ai attrapé mon MP3 et je suis allé attendre dans le salon. Une fois le calin fait mon oncle et ma tante on prit un déca en me donnant les derniers conseils.

Le lendemain, le jour du déménagement, le matin j'étais seul à garder mes cousines chez moi. C'était pas facile de leur trouver une occupation sans jouets pour leur âge. J'avais bien sûre la télévision. J'ai sorti un jeu de carte pour jouer à la bataille et a la paire, c'était plutôt compliqué pour Claire. Je lui ai sorti des feuilles et des crayons de couleurs.Ma belle-mère qui travaillait est venu nous rejoindre pour le repas du midi. Après le repas pour amorcer la sieste, je leur ai lu "la belle au bois dormant" de Perrault. Après la sieste, qui fut courte du fait de l'excitation des deux petites miss, je leur ai préparé un goûter que j'ai mis dans un sac et nous sommes parties toutes les trois pour leur nouveau chez elles.
Bien-sûr avant de partir, j'avais prévenu ma tante de notre arrivé . Elle nous attendait seul dehors car le camion n'était pas là. Nous sommes donc monté pour visiter ce nouvel apartement situé au troisième étage.

Nous étions accoudé au balcon quand les hommes sont revenus avec d'autre meubles. J'ai attrapé le sac que ma tante avait préparé et je suis descendu avec Mélanie jusqu'au camion. Il était bien rempli puisqu'il y avait la gazinière à descendre, ainsi qu'un frigo, le buffet, des chaises et plein de cartons. Mes deux oncles, mon cousin Steeve (21 ans) et un peut en retrait, un adolescent de mon âge que je ne connaissais pas se sont réunis derrière le camion. Mélanie c'est précipité sur sont père alors j'ai proposé:
" Bonjour. Qui veux de l'eau?
_ T'as pas autre chose? Me demanda mon cousin en avançant vers moi.
_ Non, que de l'eau. On a encore besoin de tes forces."
J'ai posé le sac au sol. J'ai sorti une bouteille que j'ai ouverte. Mélanie est revenu pour prendre les verres en plastiques et les donner. Je me suis avancé vers tout le monde pour dire bonjour et servir l'eau.J'ai commencé par mon cousin. qui me pris la bouteille des mains pour se servir avant de me la rendre. Je suivais l'ordre de Mélanie. Son père me demanda et cela s'était bien passé depuis hier soir. Pendant que je parlé Mélanie donna un verre à l'adolescent et lui demanda:
« Tu t'appelle comment ?
- Sébastien. Et toi ? »
Elle alla se cacher derrière moi pour ne pas répondre. J'ai jeté un rapide coup d'oeil à l'adolescent qui nous regardait avant de me retourner vers mon pot de colle.
« Tu fais la timide maintenant ! Dis-je
_Non."
Je me suis rapproché de lui.
"Tu en veux lui demandai-je.
_Oui merci.
_Papa,c'est qui ?
_C'est un nouveau voisin qui est très gentil. Il nous aide à porter les gros meubles."
_Tu habites à coté de chez nous ? Lui demanda t'elle.
_Non j'habite de l'autre coté du bâtiment. Faut emprunter la porte A.
_Allez on s'y remet , dis mon autre oncle."
Mélanie récupéra les verres en plastique sauf celui de Sébastien.
"Quelle chipie, m'exclamai-je en effleurant ses doigts en attrapant le verre qu'il me tendait.
-Viens Mélanie, on remonte. Lui dis je en lui prenant la main »

Nous sommes rentrées, j'ai déposé le sac de boisson dans la cuisine. Nous nous avons rejoin ma tante et Claire sur le balcon. Quand Steeve et Sébastien on commencé à porter le frigo, et mes deux oncles la gazinière. Ma tante est allée ouvrir et bloquer la porte. Elle leur a indiqué ou mettre dans la cuisine. Ensuite à eux quatre, ils ont pris le buffet. Ils ont eu un problème car il ne rentrait pas dans l'ascenseur. Mon oncle se voyait déjà le démonter, mais comme l'escalier était plus tôt large, ils ont réussi à le faire monter ses trois étages.
Entre temps, ma tante prépara la table pour le goûté des petites, et les rafraichissements pour les plus grand. Moi j'ai pris l'ascenseur pour aller chercher deux chaises dans le camion pour assoir les petites. Comme je fu rapide elle me demanda si ça ne me dérangeait pas d'aller chercher au moins quatre autres chaises. Au contraire j'étais ravi d'aider un peut. Alors je suis allée au camion, j'ai sortie les chaises deux par deux. Je rangeais les cartons qui étaient dehors quand mon cousin arriva.
_ Sarah attends. Cria t'il.
_ Oui.
_ Gardes toi un carton, je vais prendre les chaises.
_ Tu te prends pour Hulk !
Il me sourit. Il avait l'habitude. Nous nous taquinions tout le temps. J'ai posé mon carton sur les chaises le temps de tout ranger car Steeve était venu pour fermer le camion.

Il m'a dit que Sébastien allait au même collège que moi. Pourquoi il m'a dit ça. Je parie qu'il lui a dit que j'y allais aussi. Pourquoi il lui a parler de moi. Je veux plus être persécuté au collège. Je veux rester invisible.

Le déménagement. (partie 2)


Une fois le camion fermé j'ai attrapé mon carton et je suis allé retenir l'ascenseur pour que Steve y pose les chaises.
Ma tante fit assoir tout le monde autour de la table, pour faire une pose rafraichissement. J'ai demandé :
« Tonton, je peux avoir les clefs de ta voiture ?
-Pourquoi ?
-Pour la décharger !
-Tu peux pas attendre un peut ?
-Non, j'ai envie d'aider. Je sais qu'ils ne sont pas très lourd, allez donne les moi.
-D'accord ! »
Il me passa ses clefs. Le temps que je descende par les escaliers, je les préfère à l'ascenseur. Que j'ouvre la voiture et que j'enlève un carton, Steeve et Sébastien étaient venus me rejoindre, du coup j'ai donné les clefs à Steve avant de prendre mon carton et d'aller appeler l'ascenseur. A tour de rôle l'un de nous le retenions. Enfin Steve passait souvent son tour pour porter le moins de carton en restant dans l'ascenseur. Nous l'avons chargé avec tous les cartons de la voiture. Une fois en haut nous l'avons vidé plus rapidement car mes oncles étaient venu nous aider.
Après Steeve et son père sont partis redonner le camion. Mon oncle voulait commencer à monter quelques petits meubles, pendant que ma tante s'attaquerai au remplissage du buffet pour trouver un peut de vaisselle pour ce soir. Alors ils m'ont dit, pour être tranquille, d'emmener les petites au terrain de jeu juste derrière le bâtiment. Sebastien était encore là. Pendant que je les préparées, ils ont l'invité, pour le remercier de son aide, tout à l'heure pour l'apéritif vers 7h30.

J'ai rejoint Sébastien qui attendait l'ascenseur. Sébastien nous laissa passer en premier, enfin Claire lui était passé devant suivit de près par sa sœur.
"Faites attention vous n'êtes pas toutes seules!
_Pardon s'excusa Mélanie.
_Pardon répéta Claire."
Sébastien nous regardait amusé. Je me sentais gênée.
"T'inquiète,j'ai l'habitude d'être bousculé, j'ai un petit frère.
_Quand elles ne sont pas ensemble c'est beaucoup plus calme.
_Je peux t'aider à les garder, j'ai rien d'autre à faire.Personne ne m'attends chez moi.
_Tu peux rester mais elles vont s'amuser toutes seules."

Nous avons emmenés les petites sur le terrain de jeu. Nous nous sommes arrêté près d'un banc idéalement placé pour pouvoir surveiller l'ensemble des jeux et intervenir au cas ou.
Quand j'ai voulu m'asseoir sur le banc à côté de Sébastien, Claire m'a attrapé le bras.
« Sarah viens m'aider je veux tout tester.
_ D'accord et après tu fais du toboggan toute seule. »
Pendant un bon quart d'heure je suis restée avec elle. Un peux fatiguée de lui avoir couru après et porté, je suis allée m'assoir à côté de Sébastien.
« Elle m'a épuisée.
_ Tu t'en occupes super bien, me complimenta t'il.
_ Merci. Et toi tu as été gentil de venir nous aider.
_ C'est normal, j'avais rien à faire, et j'aime bien connaître mes voisins.
_Steeve m'a dis que tu allais à M. ? (J'avais vraiment besoin de savoir si Steve m'avait dis la vérité.)
_Oui je suis en 4ème las bas, et toi?
_Le même mais je suis en 5ème.
_Je t'ai jamais vu !
_Je passe mon temps au CDI à travailler. Je suis plus tôt concentrée sur les études.
_C'est pas trop mon cas. Tu viens souvent voir ta famille ?
-Oui, je suis leur cousine et aussi leur babysitteur. Maintenant je n'ai plus que 5 minutes à pied pour venir ici, cela me rapproche d'elle !
_Tu viens souvent les garder ?
_Non juste quelques mercredi et samedi, le plus souvent je passe comme ça pour dire bonjour, pour avoir un semblant de vie de famille. Tu verras quand tu connaîtras mon oncle et ma tante mieux tu les apprécieras.
_Ton oncle a l'air de connaître un tas de truc niveau bricolage.
_Il touche un peut à tout. Tu compte venir pour l'apéro ?
_Oui, j'ai rien de prévu, ma mère et mon frère ne sont pas là du weekend.
_Il a quel âge ?
_Mon frère, 7 ans.
_Un ans de plus que Mélanie.
_Oui. Au début je croyais que tu étais leur sœur.
_J'aurai bien aimé, mais non. »
J'ai regardé mon téléphone pour faire partir se sentiment de tristesse. J'aurais pas cru pouvoir parler autant avec quelqu'un de mon âge.
« Je vais pas tarder à rentrer.
_Déjà !
_Oui, il faut que je range la chambre des filles.
Je me suis levée.
_Mélanie, Claire, venez faut aller ranger votre chambre.
_Oui Sarah, me répondirent-elle.
_Reste pas seul. Viens avec nous lui proposai- je en lui tendant la main.
Il me dévisagea. Il attrapa ma main et se leva. Mon sourire se dissipa quand mes yeux rencontrèrent ses beaux yeux bleus. J'y avais pas fait attention jusque là.
_On y va Sarah, me tira Claire.
Sébastien me lâcha la main quand je me suis retournée vers Claire.

Le déménagement. (partie 3)


Nous sommes tous montés chez mon oncle. La pièce centrale était impeccable. Il n'y avait plus un seul cartons de visible, par contre dans les autres pièces ce n'étaient pas le cas. Mais le pire s'était le couloir.
Claire et Mélanie sont allées directement dans leur nouvelle chambre. Mon oncle finissait de monter des étagères. J'ai demandé à ma tante :
« Je peux commencer à installer la chambre des filles.
_ Oui. Leurs cartons sont dans le couloir. Ne mets rien sur leur lit.
_ D'accord. Je fait comme avant ?
_ Oui. Je viens te rejoindre dès que j'ai trouvé des draps. Elle partie.
_ Aller, va falloir trouver leurs cartons et les mettre dans la chambre, dis-je pour me motiver. T'es partant pour m'aider ? Demandai-je à Sébastien resté à l'entrée de la salle à manger.
_ Oui, j'ai porté beaucoup plus lourd aujourd'hui.
_ Suis moi, je te montre la chambre. »
Elle touchait la salle à manger et avait en commun le balcon. Les murs étaient blanc comme le reste des pièces. Et au sol un lino un peut vieux jeu mais qui ne paraissait pas abîmé. Dedans, il y avait deux lits séparés par une table de nuit et deux petites armoires. Bien-sûr quand nous sommes arrivés les filles sautaient sur leur lit. Je les ai grondées.
« Asseyez vous sur vos lits. Attendez votre mère, elle va venir faire vos lits.
_ Mon frère a aussi cette chambre me dit Sébastien qui était resté devant la porte. Tu veux que je te passe tous les cartons?
_Non, si on les rentre tous on ne pourra plus circulé dans la pièce. Lui répondis-je en me retournant. On prend un carton on le vide avant d'en prendre un autre. »
J’eus juste le temps de me retourner pour sortir de la chambre qu'il me tendit un carton. Il y avait d'écrit 'vêtements Claire'.
« Merci. »
Je suis allée poser le carton devant la bonne armoire avant d'aller lui prendre le carton qu'il avait dans les mains.
« Emmène plutôt l'une des deux poches, ceux sont des chaussures. Ça ira en bas des armoires.
_Elles sentent bon j'espère. Plaisanta-t-il»
Je suis parti du côté de l'armoire à Mélanie pour vider le carton. Sébastien est revenu, il a ouvert la poche poubelle est à sortie une chaussure.
« C'est a qui ?
_A moi dit Claire. En descendant du lit.
_Tu viens m'aider ?
_Non, non, s'empressât elle de remonter sur le lit.
_Je croyais pourtant. »
Il galéra un peut à trouver les deux chaussures pareils. Et Claire qui l'embêtait pour qu'il les ranger dans un certain ordre.
Moi j'ai eu le temps de ranger mon carton d'aider ma tante à finir le lit de Mélanie. Après je suis allée chercher le sacs de peluches. Une fois ma tante partie je l'ai ouvert entre les deux lits pour que Mélanie et Claire les installent sur leur lit. Pendant que Sébastien revenait avec l'autre poche de chaussures, celle de Mélanie, j'avais commencé à m'occuper du premier carton de Claire. Il était rendu presque au bout quand je suis venu le déranger.
« Tu me fait une petite place?
_Pas de soucis me dit il en se levant et fermant l'armoire pour que je passe. »
J'ai posé mon carton un peut plus loin sur le lit. Il s'est rassis. D'être à deux devant cette petite armoire me mettait mal à l'aise. Sébastien fini son rangement, juste quand mon oncle est venus prendre les cartons vides et nous dire de venir pour l'apéritif.
Les filles sont parties en vitesse.
« J'ai presque fini. Dis-je.
_Rejoignez nous quand vous aurez fini.
_Oui. Tu peux y aller. Lui proposai-je
_Non, à deux se sera vite fini.
_Tu me passes le linge et moi je range. »
Nous n'étions plus que tous les deux. J'évitais de croiser son regard en me concentrant sur le rangement. Je me suis trouvée bizard quand j'ai attrapé ses doigts, du coup j'ai fait attention a ne pas recommencer.
Une fois tout ranger, nous sommes allés nous installé autour de la table. Je me suis assise à côté de Steeve. Il fit que de m'embêter, quand je lui demandé de me passer des gâteaux apéritifs, il me passait 36 plats avant le bon, et si rapidement que je n'ai même pas le temps d'en attraper un, ou sinon il piochait dans ma réserve de gâteaux.
Juste avant 8 heure, Sébastien c'est levé. Il a dit qu'il devait rentrer. Mon oncle l'a remercié, et pendant qu'il faisait le tour de la table pour dire aurevoir, je me suis mise devant la porte. J'ai ouvert la porte, il m'a fait la bise et il est sorti, j'ai avancé sur le palier, j'ai refermé la porte derrière moi et je lui ai dit :
« Attends »
Il c'est retourné.
« Si tu veux tu peux rester dîner. Il y en a bien assez pour nous tous.
_Je ne vais pas profiter plus de votre hospitalité.
_Personne t'attends je crois?
_Non. Ma mère m'a laissé de quoi manger.
_C'est toi qui voit. A une prochaine fois alors. »
Je m'étais retournée et j'allais rentrer chez mon oncle quand il me dit :
«Sarah »
Je me suis retournée.
« Tu seras là demain ?
-Oui, mais pas avant midi. Il m'a souri.
-Alors à demain.
-A demain. »
Nous sommes partis tous les deux dans des directions opposées
Ma belle-mère est arrivée vers 8h15 avec le repas. J'ai du descendre pour aller chercher le reste des sacs dans la voiture. Après le repas, ma belle-mère nous a ramené, moi, Claire et Mélanie.
En cliquant sur le bouton accepter, vous autorisez l'utilisation de cookies ou technologies similaires y compris celles de tiers sur notre site internet. Les cookies sont indispensables au bon fonctionnement du site et permettent de vous offrir des contenus personnalisés, d'analyser l’audience du site et de partager vos publications.
Paramétrer les cookies