Creation of girl

Ecrit par
EpineBleue

~~~~PROLOGUE~~~~

Elle est dans une espèce de cylindre de verre en position foetale au chaud, comme un foetus dans le ventre de sa mère.
M.Riccardo regarde avec attendrissement et attention son oeuvre en attendant que par miracle elle puisse ouvrir un oeil, ne cesserai-ce qu'un seul.  Il as retravaillé tous ses calculs pour qu'elle ressemble à un humain malgré qu'elle ait été créée en laboratoire.Mais si elle ne se réveille pas, si elle ne respire pas , ses calculs n'auraient aboutis à rien et alors, il aura perdu 20 ans de son existence, sa femme et sa fille pour rien, pour un simple projet fou qui n'auras finalement jamais servis à quelque chose.

Il regarde le fruit de sa création à travers le cylindre de verre remplis d'eau, pour être plus précis du liquide amniotique qu'il aurait lui-même créé.

Ses longs cils bruns tombent sur ses joues roses. Ses lèvres rouges et belles sont en forme de coeur. Ses cheveux tombent harmonieusement sur le bas de son dos d'une manière théâtrale.

Il dépose sa main sur le cylindre là où sont coeur y as été mis.
- M. Riccardo, dit la plus jeune scientifique en tapotant sur son ordinateur.  Il y as une présence de pouls.

- Vraiment? Dit-il surpris.

Elle lève la tête de haut en bas et il continue de regarder sa création. Elle est magnifique. Coco2.0 est vraiment magnifique. Il as réussis à créer un si beau spécimen avec un cerveau comme le sien, non, il n'est pas sot!  C'est juste qu'après toutes ses années il commençait à perdre espoir.

Il l'as regarde pendant des heures. Elle as un poul et en plus régulier.  Elle peut se réveiller d'une minute à l'autre alors il faut qu'il reste là. Qu'il soit là, à son réveil pour pouvoir prouver qu'il n'est pas fou, qu'il est juste un génie.

Oui, vous allez peut-être trouver cela aberrant qu'il est choisis son projet plutôt que ça famille. Qu'il ne regardait plus sa femme et sa fille et que ceux-ci l'ont quittés pour cela.

Vous allez trouver cela encore plus anormal celui-ci est ramassé les corps des nourrissons morts dans une maternité pour pouvoir créer cette chose humaine.

Est-il fou? Est-il un génie?
Dans tout les cas, la femme qu'il vient de créer dépasse tout entendement.

Il s'assieds à son bureau et boit son café resté là depuis ce matin. Il est glacé mais il doit s'en contenter.

Le pouls de la jeune fille accélère puis revient à la normal chaque deux minutes. Il est angoissé. Stressé. E#769;nervé.

Quand vas-t-elle enfin se réveiller? Se réveillera-t-elle jamais?

Ses questions lui trottent dans la tête...
~~~~CHAPITRE : 1~~~~

Elle ouvre timidement les yeux et regarde autour d'elle.  Sur le côté droit d'elle se trouve un lavabo avec des produits certainement chimiques aux couleurs fluorescentes. Des étagères remplis de bocaux d'oeils et d'oreilles avec quelques produits.Des échantillons de globules rouges, d'organes et autres.

À cent mètre devant elle se trouve un bureau. Des millions de feuilles y sont entassés ainsi qu'un échantillon rouge sang et un ordinateur portable.

Ses yeux s'attardent sur un homme, assis sur une chaise. Il s'apprêtait sûrement à taper sur son ordinateur mais il as été bloqué par...son réveil?

Il se lève directement de sa chaise qui tombe sur le fait et se précipite vers elle d'une manière précipité et joyeuse. Essoufflé, il fait tous doucement courir sa main tous le long du cylindre de verre les larmes aux yeux.

- Coco2.0, tu est magnifique. Ma création est fabuleuse! Hurle t-il en appuyant sur un bouton rouge.

Le cylindre explose et laisse cette jeune fille, sur le sol complètement nue. Entourée par, du liquide amniotique et des éclats de verres. Elle ne bouge pas. Elle reste couchée.

Il l'as soulève doucement et sort de la pièce en disant :

- 25 ans, 25 ans que j'attendais ça, et les collègues qui sont partis un à un en disant que je suis fou! Je ne suis pas fou, Coco2.0 est bel et bien vivante. Son coeur bat et elle respire!

- Que veux dire...respirer ? Bredouille t-elle.

Il s'arrête quand il entends sa voix.

- Et en plus elle parle...

- Que veux dire...parler ?

Il ne prête pas attention à ses questions
et l'as dépose sur un lit de la pièce suivante.

Cette chambre ressemble à une chambre d'hôpital. Des milliers de lits y sont installés. Peut-être est-ce un ancien hôpital ayant servis pour la guerre ou quelque chose comme ça.

Il prends une seringue et la plante dans le bras de la jeune fille qui le regarde sans ressentir aucune douleur.

- Que faites-vous ?

Il prends la seringue et l'emmène près du lavabo et vide le sang dans le microscope.

- On dirai du vrai sang...Dit-il en rigolant, j'ai réussi...enfin, je ne suis as fou ! Je ne suis pas fou!

Elle l'observe verser des larmes de joie sur le microscope en rigolant. Il prends un drap blanc et recouvre le corps nue de la jeune fille qui éternue.

- Appelle moi Docteur Riccardo, non , père.

-Père ?

- Oui, c'est cela.

Elle le regarde d'un air impassible. Elle cligne innocemment ses yeux. En passant, elle as de magnifique . Des yeux noisettes.

- Père...

- Oui?

-Père...
Il l'as dévisage un long moment avant de lui décocher un sourire qu'un père donnerai à sa fille. Il s'autorise un petit reniflement avant de soulever sa création enroulée dans une couverture chaude.

Il l'emmène dans une autre salle qui semble être une chambre datant du XVIIIème siècle.

Il l'as dépose délicatement sur le lit et s'assied à côté d'elle paré à répondre à toutes ses questions.

-Où sommes nous ?

- Chez moi, plus précisément mon laboratoire scientifique.

- Pourquoi suis-je là ?

- Pour...Ma recherche scientifique cherchant à démontrer que nous pouvons nous même créer une personne rien qu'avec la nanotechnologie, un cerveau et le matériel nécessaire.

- Qu'est-ce qu'une recherche scientifique ?

- Tu n'as as besoin de le savoir.

Elle l'observe un long moment avant de continuer.

- Comment m'avez-vous créé ?

- à l'aide d'organes appartenant à des cadavres, et des cellules mortes que j'ai réussi à renouveler.

- Qu'est-ce que des cadavres et des cellules mortes ?

- Là encore, tu n'as pas besoin de le savoir.

-Pourquoi je n'ai pas besoin de le savoir ?
Il écarquille les yeux avant de lui adresser un sourire si attendrissant que l'on donnerai à un bambin ,si innocent, si... nouveau ?

- Car tu es bien trop petite.

- Je ne suis pas petite, je fait presque votre taille.

- Peut-être que tu as seize ans en apparence,mais tu as cinq ans d'âge mentale.

- Seize ans ?

* * * *

Qui suis-je ?




.....



Je ne le sais pas.


......


Qui est-il ?




.......



Je le sais encore moins.


.....


Qu'est-ce que je fait ici ?
C'est dur d'expliquer.

Tous ce que je sais, c'est que cette homme est mon créateur. Mon "père" et que je suis un objet qu'il as plus ou moins créé.

Un peu plus tôt, il y as environ deux jours? je l'ai entendu se disputer avec un homme au téléphone. Je n'ai pas suivi toutes la discussion mais il criait vraiment fort et ça me faisait peur, très peur .

Père dit que ça fait une semaine que l'on est là. Que je suis "née".

- Coralie, debout.

Je me lève et il m'enfile une blouse blanche en prenant le soin de bien fermer tous les boutons. Il m'attrape le bras et ont sort du laboratoire pour se diriger dehors.

Un homme est adossé sur le capot d'une voiture en tapotant du pieds visiblement énervé.

- Carter, je voit que tu es à l'heure.

- C'est toi qui m'as forcé! Je devait aller à la guerre et... C'est-elle ?

Il me pointe du doigt en coupant sa phrase précédente.

- Oui, n'est-elle pas magnifique ?

- Bof, une fille quoi. Enchanté gamine, je suis Antony Carter, ton tuteur et ton protecteur à partir d'aujourd'hui.

- Bonjour.

Il me regarde un long moment avant d'acquiescer un demi-sourire qui me semblait plutôt triste et lointain, un sourire qui ne m'étais pas adressée directement. Son sourire se fane rapidement quand j'éternue.

- Monte dans la voiture, tu vas attraper froid.
Je monte timidement sur la banquette arrière . Je les voient discuter un long moment sans entendre leurs phrases qui semblent être des cris ou encore de hurlement qu'ils échangent à travers leurs regards avec des phrases calmes et rangés. Mr Carter se retourne pour me regarder puis fait un geste de la main à père et arrive pour s'asseoir côté conducteur.

Il démarre et nous voilà sur la route, loin de la maison. Celle où je suis née et ai vécue pas très longtemps certes mais j'ai beaucoup appréciée quand même.

- Bon euh Coralie, oui. Oui, on t'appellera Coralie. On va aller chez moi, à Seattle. Tu vas aller à l'école comme tous les autres mioches de ton âge. Si tu doit te présenter... Dit leur que tu es Coralie Carter que euh...Tu as vécue en France et très récemment tu es venue à Seattle.

-D'accord Monsieur.

- Appelle moi papa. Je suis ton père devant les autres, ta mère est morte d'un cancer le mois dernier et tu es venue habiter avec moi, c'est bien clair ?

-Oui.
En cliquant sur le bouton accepter, vous autorisez l'utilisation de cookies ou technologies similaires y compris celles de tiers sur notre site internet. Les cookies sont indispensables au bon fonctionnement du site et permettent de vous offrir des contenus personnalisés, d'analyser l’audience du site et de partager vos publications.
Paramétrer les cookies