Présentation du livre

Note : etoilesetoilesetoilesetoilesetoiles

2 commentaire(s)

Chapitre 1

-Allez, Emma, réveille-toi ! Tu vas être en retard !

-Oui, oui maman, je me lève.

Et je me levais. Chaque matin c’était pareil. J’avais 20 ans, et ma mère ne me laissait pas encore aller toute seule dans un appartement ! Il faut dire que mon université est juste à côté de chez ma mère. Mais quand même ! J’aimerais ne plus l’avoir tout le temps sur le dos.

-Emma ! Dépêche-toi !

-Maman ! DEUX SECONDES !

Et je m’habillai, pour rejoindre au pas de course la petite pièce qui faisait office de cuisine. Comme chaque jour, je prenais un bol dans l’armoire de bois sombre, me versais du lait pris avant dans le frigo, et ma maman me donnai les céréales, car je suis une grosse mangeuse, et je mange tout ce qui passe devant moi. Pas des trucs mauvais, hein, mais des trucs quand même.

Je mangeai alors mes céréales, et rangeai le tout dans le lave-vaisselle.
-Maman, ce matin je vais avec Morgane à la FAC, elle a proposé de m’emmener.

-D’accord, mais tu devrais moins faire confiance à cette surveillante. Elle n’est pas très nette, tu sais.

-Maman, épargne-moi tes restrictions et mises en gardes. Tu es peut-être une infirmière, mais quand même.

-Je ne la sens pas, c’est tout ! Pas la peine de t’énerver ! Je n’en peux plus de toi depuis que ton père est parti…

-Ce n’est pas de ta faute, c’est lui ! Pas toi ! C’est juste qu’il est sorti avec cette c******* de Charlotte pendant un de ses voyages, et il l’a aimé en t’oubliant. Ce n’est pas de ta faute… Il ne serait pas quelqu’un d’important au niveau de la société américaine, je le zigouillerai.

-Ne dis pas de bêtises, mais moi aussi j’en ai eu envie, quand je l’ai appris. Malheureusement, c’est ces choses là qu’il se passe dans la vie. Cela pouvait très bien tomber sur moi, les voyages, les rencontres…

Et ma mère éclata en sanglots. Je voyais depuis quelques semaines qu’elle n’allait pas bien, alors j’avais décidé, la veille, que je lui écrirais un mot d’arrêt. Les infirmières travaillent trop, je trouve. Elles sont toujours en manque d’effectifs, et doivent faire tout le temps leur travail plus celui de leurs collègues absentes. Ce n’est leur faute, hein ! Elles partent parce qu’elles n’en peuvent plus, et elles n’en peuvent plus à cause de la direction qui en à rien à faire que
Page précédente
Vous lisez :

Nealas

page :
Page suivante

Création du site


Nicolas SORANZO