Présentation du livre

Note : aucune

3 commentaire(s)

Mais même pas le temps de souffler, un soldat en plastron affublé d’une cape blanche déboula du chemin de sable. Sa cape s’enroula autour d'un poteau de soutient de passerelle qui trainait là et il rata son entrée.
“-Alors comme ça le blanc s'emmêle, ironisa Lordhub.”
“-Ta ruse n’a pas fonctionnée curé de foire ! Tu vas tâter de mon épée !”
“-J’suis pas armé, lui fit remarquer Lordhub.”
“-Ok on fait ça à l’ancienne ! Et il jeta sa lame qui rebondit sur le sol, le bruit de l'acier se répercutant sur les toits.”
Le soldat ajusta ses gants de cuir.
“-J’vais te refaire le portrait façon puzzle pour venger mon Caporal ! Et il chargea...”
“-Houla vif le bestiau, jura Lordhub.”
Le soldat le heurta, tête la première, épaules rentrées. Lordhub encaissa sans broncher et lui abattit son coude gauche dans le dos ; de la main droite il tâtonna sa ceinture. La cape blanche flottait sur les épaules du soldat qui se releva brusquement. Le haut de son crâne heurta douloureusement la pommette de Lordhub qui tituba. Le blanc, de ses gants de cuir, tambourina Lordhub à l’estomac. Mais Lordhub, en combattant aguerri, inervsa la tendance: il avait profité du mouvement précédent pour s’emparer de sa dague; dissimulant son geste au soldat.
Il la lui planta dans le dos et se dégagea d’un front kick. Le soldat tomba lourdement ; il ne se releva pas, sa cape blanche rougie de sang poisseux.
“-Ouh le menteur, j'étais armé muaahaha ! Alors tu termines pas ton puzzle ? ! jugea-t-il bon d’ajouter en flanquant un coup de pied au corps inerte.”
Sa pommette meurtrie le lançait. Il décrocha une petite fiole de sa ceinture et en sorti un baume marron pâteux qu’il s’appliqua généreusement.
“-Allez, tu as trop trainé mon gars il est temps de bouger de là, les autres vont rappliquer se dit-il à lui-même.”
Il retrouva l'épée du soldat et la glissa dans la ceinture de sa bure de moine.
Lordhub connaissait ces toits par cœur : il estima qu'il valait mieux redescendre se mettre à couvert. Chez Sophia ? Oui pourquoi pas, c'était à une dizaine de mètres sur sa gauche. A cette heure-là, elle devait être chez elle vu qu'elle travaillait 'à domicile' : parfait il pourrait pénétrer chez elle sans effraction...
Il se déplaça furtivement jusqu’au toit de son appartement; ne repérant aucun soldat en contrebas. Exactement comme il l’avait prévu, la trappe du toit était entrouverte. Mais un obstacle de taille en bloquait l'entrée… Un obstacle poilu se léchant négligemment l'entre-jambe. Il abandonna sa charmante activité et ronronna en direction de Lordhub.
-Barre-toi Moustaches j'ai rencard avec Sophia !
Le chat dressa une oreille, bougea la tête comme pour acquiescer et se faufila entre ses cuisses.
Page précédente
Vous lisez :

Les aventures de Lordhub

page :

Création du site


Nicolas SORANZO