Présentation du livre

Note : etoilesetoilesetoilesetoilesetoiles

2 commentaire(s)

-On pourrait résumer ma vie à cette soirée, sans aucun intérêt.
-Soit pas si pessimiste Jérémy ! On a l’essentiel de ce qui constitue une vie parfaite ! Défend Antoine.
-Et à quoi fais-tu allusion ?
- Un sofa confortable, les pieds en éventails sur ta table d’apothicaire en sirotant une bière bien fraîche ! Sans oublier nos futurs diplômes et la dernière pièce du puzzle, notre amitié indestructible. Dit-il avec une moue sur son visage terreux.
-Je ne parle pas de ça ! Mais du but que l’on est censé atteindre dans la vie, est-ce trouver l’âme sœur ? Exceller dans sa vie professionnelle ? J’ai de sérieux doutes las dessus !
-Tu poses beaucoup de question, apprécie l’instant présent, ne cherche pas plus compliqué.

Sursaut collectif. Quelqu’un à la porte vient de toquer.
Je me dirige à pas lourds sur la moquette du salon, évite le pot de yaourt qu’Antoine a sûrement fait tomber tout à l’heure … Du Antoine tout craché ! À qui voulait-il faire porter le chapeau pour le yaourt ? On est deux dans la maison.
Ma main frictionne la poignée, enclenche la mécanique et c’est derrière des lunettes ovales que se cache une petite tête mal proportionnée par rapport au corps, on l’appelle Roger.
Il me fait comprendre qu’il est là pour me souhaiter un joyeux anniversaire, je l’invite à entrer. Une sensation olfactive s’empare de la pièce, une odeur de rouille mélangée à deux jours d’oubli hygiénique. Je mets ma main à couper que, en manque de linge, il a pioché dans la corbeille et y a déniché un vêtement appartenant à son père.
Il n’a pas une vie facile, Roger. Cadet d’une famille de cinq membres, il a coupé les ponts envers sa mère et ses frères quand le divorce a été prononcé, prenant le parti paternel, le malheureux partage un trente mètres carrés avec son géniteur.
- Installe toi, fait comme chez toi. Annoncé-je à Roger.
- Merci, désolé pour l’heure, je sais que la soirée est bien avancée, s’excusa-t’il.
- Tant pis, mieux vaut tard que jamais ! Dis-je avec un élan d’entrain suite à l’arrivée de cet invité surprise.

Je passe un coup d’éponge trop humide sur le sol, non sans offrir un dégradé blanc vanille sur ma moquette bleue. Les gens disent que je suis maniaque.
Je trouve une tension enjouée dès mon retour au salon, en effet, Antoine et Roger sont deux adolescent pas assez mûrs pour leurs âges, lors du 14 juillet dernier, les deux compères inséparables qu’ils sont, ont mis le feu à une énorme brouette en bois pour rigoler, avaient-ils dit. Ça aurait été effectivement marrant si la totalité des feux d’artifice du quartier ne s’y trouvaient pas. Les parents ont conclu, avec une injonction du juge que ces deux oiseaux ne soient pas à moins de trente mètres l’un de l’autre. Mais ces règles ne s’appliquent pas chez moi, du moins, on favorise le point de vue moral au point de vue juridique. On est un sacré trio, Antoine, Roger et moi.

- T’imagines un peu la chance que t’as Jérémy ! Tu fais parti des acquéreurs de l’une des trois mille cinq cent télévisions de l’île de France ! Moi quand je m’ennuie, j’aide mon père à planter ses carottes dans le carré de verdure qu’ils ont bien voulu nous donner, se plaint Roger.
- deux ans que je l’ai, deux ans que tu viens trois fois par semaine chez moi pour en profiter, et tu continues d’en vanter les mérites ! rajouté-je.

Les minutes passent, Roger ne dit rien. Il fixe l’écran avec des étoiles dans les yeux, il adore les nouvelles technologies, il lui arrive même d’inventer des machines improbables pour nous faciliter la vie. Sacré bricoleur, mais ses inventions restent majoritairement sur papier. Son « distributeur de boisson », qui était en fait un vieux réfrigérateur dont sortaient des tuyaux, des extrémités qu’on devait porter à la bouche. Quand il s’est rendu compte de l’absurdité de l’appareil (au bout de six mois soit dit en passant), il a stocké cette vieille épave dans un cabanon plein à craquer de choses inutiles, collé à la façade nord.
Page précédente
Vous lisez :

10 Jours pour un monde meilleur

page :
Page suivante

Création du site


Nicolas SORANZO