Présentation du livre

Note : etoilesetoilesetoilesetoilesetoiles

3 commentaire(s)

sans me lâcher du regard.) Et… je vous aime.


La vision et le visage de Josh s’estompe peu à peu. Mon cœur battait trop vite, et ma respiration était forte. J’essayai de reprendre mes esprits malgré mes tremblements nerveux qui s’échappaient de mes membres. Ma vue était floue, et je ne pouvais rien distinguer, si ce n’est la violente clarté du jour. Et puis, j’entendais une voix. Une voix très lointaine qui résonnait dans ma tête.
« Vous allez bien ? »
En l’occurrence, cette voix m’était totalement inconnue. C’était un voix d’homme. C’était la seule chose que je savais.
« Eh oh ! »
Ma tête était trop tourmentée, mes membres trop lourds. Je ne pouvais pas me lever pour faire face à ce qui m’attendait. En fait, je ne voulais pas me lever…
« Partez… », pensais-je.
La voix ne m’écoutait pas. Elle ne cessait de parler et d’obscurcir mes penser. Je décidai de l’ignorer. Peut-être qu’il se lasserait et me laisserait tranquille.
CHAPITRE 2 : Rencontre…


La voix n’était donc pas prête à me laisser tranquille. Elle ne cessait de me tourner autour en m’appelant. Mais, plongée dans ma transe, j’attendais qu’un autre souvenir refasse surface. Sauf que rien ne se passait.
Au bout de deux minutes, une autre voix entra en scène :
« Laisse tomber Alec. »
« Je vais pas la laisser ici ! Imagine elle a quelque chose de grave ! »
« Qu’est-ce qu’on en a à faire ? On ne l’a connaît même pas ! »
« Je vais appeler les urgences, je crois… »
« Comme tu veux, moi j’me casse. »
Des pas ont résonné dans ma tête, puis deux bras me saisirent les épaules et me secouèrent violemment.
J’ai cru que j’allais foutre un poing à l’idiot qui me secouait comme un prunier. J’ai brusquement rouvert les yeux et j’ai essayé de me rappeler où j’étais. Ma vision se fit alors plus claire.
J’étais dans un coin du terrain de foot. J’étais allongée avec mon journal intime entre mes mains. Tout allait bien, sauf que je n’étais pas seule. Un visage de garçon me regardait au-dessus de moi. C’est alors que je réalise qu’il me tenait dans ses bras et que c’était lui l’idiot qui m’avait secoué comme un malade.
Je me relève en le poussant violemment et en m’arrachant à son étreinte. Je le fusillai du regard après avoir mis une distance de deux mètres entre lui et moi.
Je ne savais pas trop comment il était puisqu’il était affalé par terre, mais il devait être grand mince, et je crois qu’il a plutôt un corps d’athlète. Ses cheveux étaient noirs, raides et courts, et ses yeux tout aussi foncés. Sa peau était mâte. Il portait un débardeur gris trempé de sueur, et un vieux jogging noir. Il avait un regard de feu, et me défiait aussi du regard. Je ne sais pas pourquoi, mais il se mit à sourire d’un drôle d’air, en se mettant sur ses deux pieds.
-Qu’est-ce qui t’a pris de faire ça ? m’écriai-je. Ça t’arrive souvent ?
-Quoi ?! T’aurais préféré que je te laisse là ?! En plus, tu étais
Page précédente
Vous lisez :

Lena's Destiny

page :
Page suivante

Création du site


Nicolas SORANZO