Présentation du livre

Note : etoilesetoilesetoilesetoilesetoiles

10 commentaire(s)

S’avance alors ma meilleure amie, qui me lance un regard inquiet. Je lui souris d’un air confiant et elle se retourne rassérénée pour voir que sa famille d’accueil ne sera autre que celle de la fille et de ses parents maniaques. Un énorme soupir s’échappe de ses lèvres et je ne peux m’empêcher de pouffer. Tous les regards se tournent alors vers moi. D’un coup, j’arrête de rire et sens le rouge me monter aux joues. Il fallait que je m'attire toute l'attention dès le premier jour. Bien joué, Anna! Exactement le pire truc à faire lors d'un voyage scolaire. Je prends un air innocent et quelques personnes se détournent. Lisa part, le sourire aux lèvres grâce à ma magnifique intervention. Les élèves continuent à partir un par un et je finis par me retrouver la dernière encore un fois. Évidemment, avec un nom comme Zimmard... Mme Mirial me demande d'approcher et je regarde la dernière personne présente. Un homme d'une quarantaine d'années se tient devant moi, les cheveux noirs mais déjà blanchis par les années. Ses yeux sont noirs comme l'ébène et me regardent si intensément que l'on pourrait croire qu'ils essaient de lire en moi. Son nez rectiligne est constellé de tâches de rousseur. Sa carrure me fait penser à celle d'un athlète de haut niveau. Ses épaules sont larges et ses muscles des bras sont finement dessinés. J'ai rarement vu un homme de son âge aussi en forme physiquement. Il porte un t-shirt et un jean troué de par et d'autres. Seuls les traits de son visage nous prête à penser qu'il n'est pas un adolescent. Il m'accueille un grand sourire aux lèvres et me fait une rapide petite bise sur les deux joues.
“-Bonjour, me dit-il, je m'appelle Louis Emag. Je suis le père d'Arthur”
Ça je le savais que mon correspondant était un garçon et s'appelait Arthur. Par contre je ne m'attendais pas à ce que les français aient un accent si prononcé et j'ai du mal à le comprendre.
“-Bonjour, moi c'est Anna Zimmar et j'espère que l'on va bien s'entendre pendant ces deux mois que l'on va passer ensemble.
-Tu parles drôlement bien français, s'étonna-t-il.
-Oui, j'ai pris des leçons particulières. J'adore Paris! Est-ce qu'on pourra visiter Paris? J'attends ce moment depuis que je suis toute petite vous savez? Allez s'il vous plaît dites-oui. Je veux monter toute en haut de la Tour Eiffel, voir la vraie Joconde ...Je peux? Hein, je peux?
-Houla, doucement, me dit-il en posant une main sur mon épaule, tu as un sacré caractère, dis donc. Mais sinon, bien sur que tu vas tout pouvoir visiter. Tu es là pour ça, non?”
Je hoche la tête, toute contente. Il me fait signe d'avancer. J'empoigne ma valise et, laissant les deux professeurs seuls sur la place, je m'éloigne derrière mon nouveau père pour deux mois.

*

Une belle BMW noire nous attend au coin de la rue. Un petit vent frais nous tape le visage, soulevant mes cheveux. Je m'engouffre à l'avant de la voiture et m'affaisse sur mon siège, épuisée par les 9 heures d'avion et ma course folle. M. Emag se met à rire.
“En France, c'est de l'autre côté le siège passager.”
Je regarde devant moi et constate que en effet je me suis installée par habitude du côté gauche de la voiture. J'échange rapidement de côté, un peu confuse. M. Emag s’assoit sur le siège du conducteur et allume le chauffage. Je me sens tout de suite mieux. Je n'avais pas remarqué que j'avais si froid avant que la température environnante change. En ce début du mois d'octobre, alors qu'il fait encore assez beau en Amérique, en France, il y a déjà un automne bien avancé.Je pose la tête sur le dossier du fauteuil où je m'installe confortablement.
“-Tu as mis ta ceinture, me demande alors M. Emag.
-Pardon, je suis désolée! Je réponds de ma petite voix d'étourdie.
Voilà encore un détail important auquel je n'ai pas prêté garde. Je me retrouve une fois de plus dans l'embarras dans une durée de même pas 30 minutes.
Page précédente
Vous lisez :

Black destiny

page :
Page suivante

Création du site


Nicolas SORANZO