Présentation du livre

Note : aucune

0 commentaire(s)

Chapitre 3.
LES OPPOSES
S'ATTIRENT IRREMEDIABLEMENT


Lorsque je l'ai rencontré, ça été le coup de foudre immédiat...Comment dire...nous étions comme la lune et le soleil, opposés, mais complémentaires.
Je suis riche, du moins, mes parents le sont, j'ai grandis dans une gigantesque villa, ou plutôt un manoir, j'ai toujours eu ce que je voulais et étant enfant, le nombre de mes jouets était tellement important qu'une pièce entière leur était consacrée.
J'ai toujours évité de penser à ces pauvres enfants qui n'ont pas eu ma chance et ne possèdent rien ou à ces gamins qui tentent de se raccrocher à quelque chose mais qui ont tout perdu dans quelques catastrophes.
Vous me direz que je suis insensible, ce n'est pas vrai, seulement, autrefois, je vivais dans mon cocon, surprotégée par mes parents.
Ne croyez pas qu'on me laissait faire ce que je désirais non ! J'étais forcée de faire du cheval, de bien me tenir à table et d'être toujours polie.
Bon je vous l'accorde, il y a pire !

Aujourd'hui pourtant, rien n'est plus comme avant, je mène une vie simple, je suis secrétaire dans une petite usine qui fabrique des batteries de portable entre autre (si je vous assure, ça existe !).
J'avoue que mon travail est loin d'être passionnant mais je m'y suis faite ! Et puis, ça m'évite de dépendre de mes parents comme autrefois.
D'ailleurs, j'ai plus ou moins perdu le contact avec eux...C'est la vie dirons-nous ! En vérité, nos relations ont commencées à se détériorées après la mort tragique de ma sœur, elle avait 16 ans lorsqu'elle s'est jetée dans le vide, sous mes yeux. Elle a glissé ! Du moins, j'essaie de m'en persuader, j’ignore ce qui m’en fait douter à présent...
Je n'ai jamais oublié son regard qui ne cesse de me hanter...
En fait, je ne comprendrais jamais pourquoi elle a fait ça, elle qui était si belle si...populaire ! Je crois que son secret est mort avec elle...

Le passé est le passé, quoi qu'on y fasse, nous ne pourrons jamais le changer et il n'arrêtera pas de nous poursuivre.
Comme je le disais donc, j'ai rencontré Jack le lendemain de mon établissement dans ce village tranquille. Un fait exprès, il venait lui aussi d'emménager, à une journée seulement d'intervalle !
Il faut croire que nous étions destinés à nous rencontrer et à nous aimer !
Seulement, il avait des secrets...des secrets dont j'étais loin de soupçonner l'existence.
Après tout, connait-on réellement quelqu'un ? Peut-on accorder sans crainte son entière confiance à une personne ?

Ne croyez pas que j'ai soupçonné dès le départ que quelque chose n'allait pas chez lui, non...nous filions le parfait amour, à ses côtés, tout me paraissait...magique ! Oui, c'est le mot !

Seulement je me suis réveillée. Voici comment notre histoire débuta...
Chapitre 4.
RENCONTRE AVEC UN ANGE...
OU UN DEMON


J'avais à peine eu le temps de déballer mes affaires, les cartons s'empilant encore dans mon nouveau chez moi lorsque je le vis sortir de chez lui.
Nous étions voisin, en quelque sorte, puisqu'il habitait la maison d'en face.
Son physique particulier attira aussitôt mon regard. Il avait les cheveux noirs corbeaux et portait une veste quadrillée ce jour-là. Je l'aurai pris pour un bûcheron, exception faite de sa cravate et son attaché case.

Il semblait pressé, il dévala à toute vitesse les marches de l'escalier qui menait à son porche et sauta dans sa BMW.
Je sais bien que j'aurai dû vaquer à d'autres occupations mais inexplicablement, je ne pouvais pas m'empêcher d'observer ce qu'il faisait.
La vérité, c'est que cet homme m'intriguait, il y avait peut-être même plus, je crois qu'il me plaisait !
Je n'étais jamais tombée amoureuse, pourquoi maintenant ? Pourquoi d'un inconnu ? me demandais-je en le voyant démarrer la voiture et foncer en trombe dans la petite rue résidentielle.

J'aurai alors dû me douter de ce qui allait suivre...A savoir que notre conte de fées se transformerait en cauchemar !
Mais comment aurais-je pu savoir ?
Je m’aperçus que mon regard était toujours fixé sur la fenêtre, haussant les épaules, je reportais mon attention sur la pile de cartons.

- Désespérant ! soupirais-je en m'y remettant.
Je m'étais dégotée un job dans une usine qui fabriquait des batteries de portable comme je l'ai dit plus tôt, justement, je reçu à cet instant même un appel de mon patron. Je décrochais en observant les cartons pleins à craquer qui semblaient me narguer.
- Oui bien sûr, j'arrive tout de suite ! m'écriais-je en raccrochant.
Ils avaient besoin de moi à l'usine.
Que ma présence leur soit vitale m'effraya un peu mais de toute manière, je n'avais rien d'autre à faire à part ranger...

Je m'emparais donc de mon manteau d'hiver et sortit au dehors, me faisant la réflexion qu'il faisait de plus en plus froid.


Je mis un peu plus de 10 minutes pour arriver.
Je sortis de ma petite voiture qui avait souffert des années et contemplais un moment l'étrange architecture de l'usine.
A croire que son créateur était partit dans tous les sens sans savoir lui-même ce qu'il était en train de construire ! pensais-je en m'engouffrant à l'intérieur.
Une odeur bizarre, mêlée à celle du plomb, m'assaillit aussitôt et j'entraperçus d'énormes batteries de voiture qui contrastaient avec celles, très petites, fabriquées pour des portables.
De toute façon, mon travail à moi c'était de me tenir aussi loin que possible des ateliers et d'être disponible pour les clients éventuels.
D'ailleurs parlons-en des clients ! Je me demandais encore comment l'entreprise parvenait à résister au vu de leur nombre si peu important. Je me rappelais alors qu'il n'y avait pas de concurrence dans ce coin perdu...

C'est alors que je lui fonçais dedans.
J'étais tellement absorbée dans mes pensées que j'avais oubliée de regarder où je marchais.
- Oh pardon ! m'exclamais-je, je suis terriblement désolée !
Mon regard rencontra le sien, pour ne plus jamais le quitter...
- Ce n'est rien ! répliqua-t-il en me prenant la main.

Depuis, Jack et moi, nous sommes inséparables, nous n'avons aucun secrets l'un pour l'autre, du moins c'est ce que je pensais...avant...

Aujourd'hui, notre mariage s'étendait en première page du journal, si j'étais devenue secrétaire dans une industrie minuscule et m'étais installée dans un trou paumé, mon nom n'était pas moins célèbre et mes parents étaient mondialement connus, étant les seuls acteurs français à être entrés dans le top 10 des plus grandes fortunes du monde.
D'ailleurs, qu'ils soient les premiers dans le classement ne m'aurait pas étonné...
Ce jour aurait dû être le plus beau de ma vie, seulement, il y avait un problème ! Un très gros problème ! Mes parents s'étaient déplacés ! Ils assisteraient à notre mariage !
Et ça me mettait dans une rage folle car il y avait une chose que Jack ne devait savoir à aucun prix !
Or, mes parents étaient au courant...
Page précédente
Vous lisez :

A l'amour à la Mort !

page :
Page suivante

Création du site


Nicolas SORANZO