Présentation du livre

Note : etoilesetoilesetoilesetoilesetoiles

7 commentaire(s)

Je fixe toujours cet homme étrange que je n'ai jamais vu auparavant. En même temps, c'est vrai que dans une ville comme San Francisco, c'est clair qu'on connaît pas tous le monde. Mais cet homme ne me disait vraiment rien.
-Vous êtes d'ici? je lui demande.
-Peut-être... Je n'ai pas de ville bien à moi...
Cet homme me paraît de plus en plus étrange. Je regarde le corps de la bête pour avoir avec quoi elle a été tué. Quand je regarde ça poitrine, je vois trois cartes à jouer plantées. Un magicien? Impossible j'en aurait entendu parler. L'homme découpe soigneusement des morceaux de viande qu'il met dans son sac.
-Ça va pourrir, préviens-je.
-Y a du sel dedans.
Je le regarde toujours faire. L'homme est très méticuleux et fait attention à chacun de ses gestes. Comme un magicien. En réfléchissant, je me suis rendu compte que je ne connaissais pas son nom.
-Heu... Excusez-moi mais comment vous appelez-vous?
-Mmh? Moi? Daniel... Atlas... Daniel Atlas.
Ce nom me disait vaguement quelque chose. Pendant que je réfléchissait, Atlas rangeait toujours ses morceaux de viandes. C'est alors que je me souvint. Atlas est un célèbre magicien de rue qui part de ville en ville sans jamais rester plus d'une semaine. Je ne sais pas c'est son truc à lui pour faire de l'effet. Bien sûr après les gens le recherche mais personne ne le retrouve vraiment.
-Et vous vous êtes qui?
-Oh, moi? Personne...Enfin, Dylan. Je m'appelle Dylan.
Je me suis retourné à peine deux secondes et lorsque je regarda de nouveau Atlas, il ne restait plus que des os. Cet homme était vraiment étrange...
-Bon on y vas? demanda Atlas.
J'acquiesça et le suivi.
-Il faut qu'on reste ensemble. Avec moi tu as plus de chance de survivre.
-Tu ne me connait même pas, t'as rien à dire, je lui crache.
-Je te connait assez pour savoir que sans armes et sans moi, tu vas crever vite fait bien fait.
Atlas est vraiment arrogant. Mais je dois avouer qu'il n'a pas tord. Sans aides ni armes, c'est ma mort. Alors, je décide de le suivre.
-Qu'est-ce que tu fais à San Francisco? je lui demande.
-C'est un rêve de gosse de venir ici. Dans les films, y avait toujours des courses poursuites sur le pont. Je trouvais ça classe, me répond Atlas.
-Ouaip, bah, comme tu dis, dans les films, je lui répond, renfrogné.
On continuait à marcher sans dire un mot.
-Tu vis ici depuis longtemps? me demande Atlas.
-Mouais, j'suis né ici. Malheureusement...
-Pourquoi ça "malheureusement" c'est trop cool! Moi j'ai erré toute ma vie, à faire mes p'tits tours de magie.
Je ne sais pas quoi lui dire. D'un côté je l'envie d'un autre, beaucoup moins.
-Mon père est mort en faisant un coup foireux quand j'étais gosse,voilà.
-Ah, je suis désolé, me répond Atlas.
-Pas grave, je grommèle.
Nous continuons à marcher en silence. Au bout d'une dizaine de kilomètre, je m'arrête et dit:
-Où on va comme ça?
-Mmmh? J'en sais rien moi je marche.
Le silence s'installe de nouveaux.

Page précédente
Vous lisez :

Poursuivi

page :
Page suivante

Création du site


Nicolas SORANZO