Présentation du livre

Note : aucune

0 commentaire(s)

Chapitre 1

Point de vue de Mélody

J'ai cru que je n'allais pas réussir à vivre, étant une jeune fille de 18 ans, vivant seule. J'avais encore des études à faire pour réussir à faire mon métier de rêve et je ne pouvais donc pas travailler à plein temps. Bien entendu, je ne voulais pas abandonner les études. Cela voulait donc dire, que devenir agent, ce que je souhaite depuis que j'ai 10 ans, allait s'envoler. Hors, on m'a toujours dit qu'il fallait toujours réaliser ses rêves et ce, malgré les obstacles de la vie. Mais j'y étais arrivée. Grâce à mon amie Angela, jeune fille de mon âge que j'avais rencontré au lycée de Forks, ma ville natale, j'ai réussi à vivre convenablement. Je n'avais pas de loyer à payer, pas de frais pour faire les courses, rien. En effet, le lendemain du départ de Jake, lorsque j'étais allée au lycée, Angela avait vu ma mine déconfite et m'avait tout de suite demander si je voulais vivre chez elle, étant donné que sa grande soeur était partie l'année précédente à Paris pour son travail de styliste. J'avais bien entendu accepter. Mais j'avais préféré appeler Roxane, la soeur d'Angela, pour savoir si cela la dérangeait qu'une amie à Angela prenne sa chambre. Elle m'avait certifié que non et depuis, j'étais amie avec Roxane aussi.

Lors du départ de Jake, soit 5 ans plus tôt, j'ai vu mon monde s'écrouler devant mes yeux. Jake était la seule chose qu'il me restait. Je n'avais aucune autre famille. J'avais pensé devoir renoncer à mon rêve et devoir travailler dans un petit restaurant pour gagner ma vie, ne pouvant rien faire d'autre, car je n'aurais eu aucun diplôme et pas d'étude complète.

Mais quand je vois devant moi la ville de New York, je me dis que j'ai bien fait de rencontrer Angela Lober, ma meilleure amie. Grâce à elle, j'ai pu réalisé mon rêve il y a de cela 1 an. En effet, l'année précédente j'ai travaillé quelques mois dans la brigade de Forks. Mais ce n'était pas ce que je recherchais. Il n'y avait pas assez de choses à faire à Forks. Cette dernière ville étant très calme. J'ai donc envoyé mon CV à la brigade de la famille Stenford. Une brigade montée en famille, d'après ce que j'ai lu sur internet.

Je continuai de marcher sur les trottoirs de la ville de New York, jusqu'à que j'arrive au bâtiment de police, mon nouveau lieu de travail. Je regardai ma montre et je pus constater que cette dernière m'indiquait qu'il était 8:25. J'étais à l'heure, étant donné que je commençais à 8:30. La brigade, était un bâtiment marron glacé, avec des vitres blanches. C'était plutôt joli et cela m'avait l'air de contenir une ambiance chaleureuse. Devant le bâtiment, se trouvait un beau blond. Il était plutôt grand, bien bâti, mais sans trop l'être. Ses cheveux blonds bouclés lui arrivaient mi-cou. Il était habillé d'un pull en col v gris et d'un jean bleu clair. Et son regard... Il avait de très beaux yeux bleus. Comme un océan. Il était très beau, mais c'était pas mon genre d'homme. L'homme qui était à ses côtés et dont ils parlaient ensemble, était le plus beau. C'était le plus bel homme que je n'avais jamais vu. Autant vous dire que c'était mon genre d'homme. Il était grand, baraqué mais pas trop non plus. Il était habillé d'un pull marron foncé avec un jean noir. Il avait un nez bien droit et des lèvres pulpeuses.. J'avais tellement envie de plaquer mes lèvres sur les siennes ! Et ses cheveux... C'était des cheveux cuivrés, possédant des reflets roux. Ils étaient court. Je le vis rire avec l'homme blond. Son rire était très joli à entendre. Cristallin et doux.. C'était magnifique. Les deux hommes fumaient une cigarette et n'avait pas l'air de m'avoir remarqué. Sans pour autant m'arrêter pour leur parler, je continuai ma route jusqu'aux escaliers près du dieu grec aux cheveux cuivrés. Je les montai et regardai les deux hommes une dernière fois. Bon j'avoue, c'était le bel homme aux cheveux cuivrés que je regardais... Mais alors que j'allais reporter mon regard sur la porte en face de moi, le dieu grec me regarda. Il avait un regard si... Déstabilisant. Ses yeux étaient vert émeraude, une pure merveille. J'aimerais tellement m'y plonger dedans. Y mourir noyée ne peut pas me déranger. Il ne lâcha pas mon regard, alors que j'en faisais de même de mon côté. Il me détailla rapidement, alors que j'en faisais de même une nouvelle fois. C'est seulement quand la porte s'ouvrit que je remarquai que je m'étais arrêtée. Je détournai donc mon regard, attendis qu'une femme passe et entrai dans la brigade.
Point de vue de Spencer

-Une pause cigarette, Spenc'?
La voix de Jason me sortit de mes pensées.
-Arrête de m'appeler Spenc'.
-Très bien. Spencer, que dirais-tu de fumer une cigarette ? Me demanda t'il en souriant moqueusement.
Je soupirai mais acceptai.

Je me levai de la chaise de mon bureau, pris mon paquet de cigarette ainsi que mon briquet, et sortis en compagnie de Jason.

-Tu ne prends pas ton manteau ? Me demanda Jason, alors que j'allumais ma cigarette.
-Je pourrais te retourner la question.
-Une clope ne dure pas mille ans, alors j'ai pas trop le temps d'avoir froid.
-Pareil. Répondis-je en souriant.
-Au fait, tu penses que la nouvelle va arriver en retard ? Lui demandais-je.
-Bah... J'en sais rien. Pourquoi tu me demandes ça ?
-Bah si elle est comme Préscillia.
-Je ne crois pas qu'il y ait deux Préscillia dans ce monde.
Préscillia était la petite amie de Jason, mon frère. C'était une vrai pile électrique. Chaque semaine, Préscillia est dans les boutiques, du moins, quand son métier de flic lui en laisse le temps. Et puis, il lui faut toujours je ne sais combien de temps pour qu'elle se prépare. Maquillage, coiffure, choix de la tenue... Je me demandais justement si la nouvelle serait comme ma belle-soeur.
-Oui, ou ce serait la fin du monde. Car une folle de shopping comme elle...
-Attention à ce que tu dis ! Me menaça Jason gentiment en me coupant.
Je me mis à rire, car Jason essayait de me faire peur, mais cela ne marchait pas du tout.

Des chaussures se firent entendre et je tournai la tête. Je tombai dans une paire de yeux chocolat. Sublime. C'était un océan tellement magnifique. Il avait l'air doux. Je détournai rapidement les yeux de son regard, pour pouvoir la détailler. Elle avait un très joli visage. Un visage fin et des traits tout aussi fins. Elle avait un petit nez et des lèvres pleines.. J'aimerais tellement pouvoir poser mes lèvres sur les siennes.. Elle avait de jolis cheveux marron qui lui arrivaient sur les épaules. Elle les avaient lissés. Elle était maigre, ni trop grande, ni trop petite. Elle portait une veste en cuir noire, avec une tunique marron foncé, lui arrivant à mi cuisse, sans pour autant être moulante. Elle avait un jean slim noir et des converses marrons. Elle était... Époustouflante. Je reportai mon regard dans ses yeux, mais alors qu'elle continuait à me regarder, une femme ouvrit la porte pour sortir et la jeune demoiselle détourna le regard, avant d'entrer dans la brigade.

Je reçus un coup de coude par Jason, me faisant revenir sur terre.
-Je crois que c'est la nouvelle. Mais une chose dont je suis sur, c'est que tu es tombé amoureux d'elle.
Jason se mit à rire, en rajoutant.
-Elle est plutôt canon, même si ce n'est pas mon genre.
Je levai la tête dans sa direction, tout en jetant le mégot de ma clope et l'écrasant avec mon pied.
-Je ne suis pas amoureux d'elle.
Jason fit pareil avec le mégot de sa clope.
-Mais je crois qu'elle est tombée amoureuse de toi aussi.
-Pourquoi dis-tu cela ?
-Vous vous êtes regardé pendant un bon bout de temps. Et je sais que tu la détaillais, frangin. Et elle en faisait de même. Conclusion, le coup de fondre. Termina-t-il en posant son bras gauche autour de mes épaules.
Je me détachai de son étreinte et lui dis :
-Et juste pour savoir, t'es flic ou psychologue ?
Jason se mit à rire, alors que nous entrions dans le poste de police.
Page précédente
Vous lisez :

Mélange de passé

page :
Page suivante

Création du site


Nicolas SORANZO