Présentation du livre

Note : etoilesetoilesetoilesetoilesetoiles

11 commentaire(s)

Lundi 30 aout 2005, 13h45.

Les services de la météo ne s'étaient pas trompés. La canicule annoncée depuis des jours avait rapidement pris ses marques et embrasé tout le pays. La Bretagne pourtant habituée à un climat plus frais n'avait pas échappé à l'ampleur du phénomène. 25° le matin, des pointes à plus de 40° en début d'après-midi. L'air était chaud et horriblement sec. Le simple fait d'ouvrir une porte vers l'extérieur donnait l'impression d'entrer dans un four chauffé à blanc.
Calfeutrés chez eux dans leur maison à Talensac, un petit village proche de l'agglomération rennaise . Henri et Francine demeuraient pensifs tout en regardant un nouveau bulletin météo guère réjouissant pour les jours à venir. Cette chaleur ne les inquiétait pas outre mesure. Ils se morfondaient en revanche parce qu'ils n’avaient plus eu de nouvelles de leur fille aînée depuis maintenant trois semaines.
" Pourquoi ne répond-elle pas, s’alarma Francine auprès de son mari qui n’était pas plus rassuré que sa femme. Tu crois qu’elle a décidé de couper les ponts avec nous ? Elle est partie si vite… et sans rien nous dire. Elle nous déteste maintenant c’est certain, se lamenta Francine, désespérée d’avoir causé autant de chagrin à sa fille.
– Calme toi, tenta de lui dire Henri. Claire est repartie parce qu’il y avait un problème à son appartement. Tu sais comment elle est, elle vole toujours aux quatre vents. Je suis sûr qu’elle va nous appeler d’un moment à l’autre. Je ne pense pas que cette histoire ait changé quoi que ce soit tu sais, je l’ai vu dans ses yeux, nous sommes toujours ses parents. Et pour tout te dire, elle avait l’air plutôt embêtée de devoir repartir. Je crois que pour une fois depuis longtemps, elle a vraiment apprécié son séjour à la maison.
– Tu… tu crois ? ça fait trois semaines quand même, ça commence à faire long tu ne trouves pas ? D’habitude elle ne reste pas aussi longtemps sans donner de nouvelles. Comment ai-je pu être aussi négligente ?! J’aurais dû l’encourager au lieu de…
Francine se sentait coupable d’avoir ignoré sa fille durant toutes ces années et aujourd’hui elle était persuadée que Claire était partie par sa faute à elle.
Henri sût heureusement trouver les mots justes pour réconforter son épouse.
« Tu ne dois pas t’inquiéter. Claire est une grande fille maintenant et elle a peut-être besoin de temps pour assimiler toute cette histoire c'est vrai. Mais elle va revenir ne t’en fais pas.
– C’est quoi cette histoire d’assimiler ? demanda tout à coup Julie, la cadette de la famille âgée de 17 ans qui surgît du couloir sans que ses parents ne l’ait entendu arriver. Putain j'en peux plus de cette chaleur ! C'est horrible là-haut, gémît l'adolescente en parlant des combles ou sa chambre se trouvait.
Pour faire face à cette fournaise, l'adolescente ne portait en tout et pour tout qu'un haut de maillot de bain rose fluo et un minishort en coton vert. Avant que ses parents n'ait le temps de lui répondre, elle se dirigea dans la cuisine vers le frigo et sortît une canette de soda qu'elle décapsula avant d'en boire quelques gorgées.

" Julie ! s’exclama Francine. Viens là s'il te plaît.
Elle obéît et retourna au salon avec sa boisson en main avant de se faire réprimander.
" Tu nous espionnes lui reprocha alors Francine. C’est nouveau ça...
– Oui euh enfin non... je passais juste me prendre à boire.
– Bon, si tu le dis... Mais tu devrais rester en bas avec nous ma chérie lui dit-elle en voyant sa fille en nage et à moitié écarlate. Tu va attraper un coup de chaud là haut dans ta chambre. Tu veux regarder la télé avec nous lui proposa gentiment sa mère. Tu veux qu'on fasse un jeu ?
– Non ça va. Et puis de quoi vous parlez tous les deux, tenta de savoir l'adolescente. Ça a l’air sérieux. Vous parlez de Claire encore ?!
– Oui enfin… pas vraiment, tenta d'esquiver Francine. Ce n’est pas important, conclut-elle, tandis qu'elle s'épongeait le front avec un mouchoir en tissu.
Page précédente
Vous lisez :

Les soeurs perdues

page :
Page suivante

Création du site


Nicolas SORANZO