Présentation du livre

Note : etoilesetoilesetoilesetoilesetoiles

3 commentaire(s)

…alors l’hiver sera frais et les cigales pourront chanter pour se réchauffer. Les vers dansent au son des miens pour commencer la danse nuptiale qui les entraînera vers ce fougueux accouplement qui met en relation deux lombrics invertébrés. Le poème est la maladie du poète, et les poètes sont les géniteurs du virus poème. Etrange sentiment que de se sentir enfermé dans un tourbillon aussi vague qu’insurmontable. De plus une petite étincelle peut provoquer tout ce qu’on appelle maladie. Un rhume survient par un courant d’air qui n’est rien sans azote qui explose à cause du feu qui s’éteint à cause de l’eau qui est absorbée par la terre qui est abîmée par le temps où se promène l’air. Les plaies s’ouvrent et ne se referment pas, toutes sans aucune exception, le moindre antiseptique endolorit et ne soigne pas, ouverte et saignante, elle coule ma plaie sur mes joues, je pleure du sang… ? non, c’est jusque que je suis blessé, et que ma plaie ne se refermera jamais. Malgré cela, je ne dois pas m’attrister, surtout pas, c’est en effet grâce à elle(s ?) que je peux me sentir vivant. Malheureusement tous ces sons m’écorchent
les oreilles, alors je saigne encore et encore. Cela s’arrêtera-t-il un jour ? Une fin à la souffrance…c’est un hymne à la joie un hymne à la mort. Toujours plus rouge, et plus vif, je me dirige, loin…loin…loin…mais si près du pansement, si près des médicaments, si près si chaud contre le corps froid des antibiotiques, je me rapproche du bien être, pourquoi vouloir l’atteindre, je ne veux pas. Je veux avoir mal, si j’ai mal, je souffre je vis je dors je meurs car dormir est être bien or je veux souffrir. Vieillir est un mal, les pires maux sont les plus vieux, car on ne ressent plus la douleur alors vieillir est souffrir or je souffre donc je suis vieux…donc…je suis malheureux, si j’ai mal, ah ! j’ai mal. Mais pourquoi ? Alors…oui, tu m’as offert ce que j’ai de plus cher dans ce monde…le flacon de mercurescéine.

Le rose été

Qui n’a jamais eu peur de devoir affronter le passé ? Sinon les morts évidemment. Il est en effet une sorte de tradition humaine que de remettre en question son
Page précédente
Vous lisez :

Mercurescéine

page :
Page suivante

Création du site


Nicolas SORANZO