Présentation du livre

Note : etoilesetoilesetoilesetoilesetoiles

6 commentaire(s)

Mes yeux sont encore fermés.
Je me demande s’ils vont rester fermés encore longtemps.

Il a fait froid cette nuit, mais c'est pas à cause de ça que je dors encore.
J'avais imaginé que c'était les flics qui m'auraient attrapé, et que je me serais sauvé encore une fois.
Ben non, il faut croire que j'ai pas de bol...
Il a pas fait froid cette nuit je dis. Mais en fait j'en sais rien, j'ai dû m'endormir tôt.
C'était la deuxième fois que je partais de chez moi. Mon père m'a trop cogné, encore une fois.
Quel con... Et ma mère, elle n'est pas mieux... Elle ne fait rien pour me venir en aide.
Qu'ils aillent se faire foutre, de toute façon, c'est trop tard...
Oui, c'est de leur faute après tout...
J'avais déjà préparé ce sac à l'avance, il fallait juste que j'attende le moment propice pour me tirer.
Des fringues, de la bouffe, mes clopes, mon porte-monnaie.
J'sais pas pourquoi, j'ai même pris des livres.

Mes yeux sont encore fermés. C'est trop long...

J'aime bien lire, ça demande pas trop de réflexion, et on est détendu.
Je dois dire que c'est à cause de Victor Hugo que je suis pas encore réveillé.
Au lycée, ils nous ont conseillé de lire «Notre Dame de Paris». Je l'ai lu.
J'ai adoré, peut-être même un peu trop.

Il fait froid ou chaud ? Je sais pas. Je sais même pas quelle heure il est...

Oui. Quasimodo était un marginal. Comme moi.
Il vivait dans une tour, et son maître l'enfermait.
Je vivais dans une tour, mes maîtres m'enfermaient.
Esméralda était également dans ma situation. Elle vivait avec les autres gitans. Dans la cour des miracles. Le lieu où on m'a souvent dit de ne jamais y traîner.
Je me suis réfugié n’ importe où, du moment que cette maison s'éloignait de ma vue.
Et voilà, je me suis retrouvé sous un pont, avec d'autres.
C'était pas rassurant au départ. Y'avait que des vieux. Mais quand j'suis arrivé au bout du tunnel de ce très long pont, y'avait des jeunes.
Des ados de mon âge, des enfants même.
Ils me regardaient tous comme si j'étais une ordure.
Un regard noir, comme la peau du mec qui jouait avec son couteau. Il tenait un gamin qui devait avoir six ou sept ans. Lui, il avait plutôt le teint métis, et il me regardait pas comme une ordure.
Il me fixait avec un regard triste.
J'ai compris trop tard ce que ce regard voulait dire.
Je me suis couché loin d'eux.
Il fait sombre, quand est-ce que la lumière s'allume.
J'ai repensé à « Notre Dame de Paris ».
Les bohémiens sont censés quitter la place qu'ils occupaient pendant la nuit, je voulais faire pareil, parce que ça puait et que c'était pas confortable.
J'étais très fatigué, mais je pouvais pas dormir. Rien à faire.
Culpabilité. Rage. Paranoïa. Colère. Déprime.
Ça s’enchaîne, ça s’enchaîne, mais c'est toujours mes vieux qui apparaissent devant moi.
«Je penserais déjà plus à ça demain...»
J'étais pas loin du Trocadero, mais le pont masquait la Tour Eiffel.


Page précédente
Vous lisez :

Concours - Eyes Wide Shut

page :
Page suivante

Création du site


Nicolas SORANZO