Présentation du livre

Note : etoilesetoilesetoilesetoilesetoiles

0 commentaire(s)

Torsion


L'espace est dit infini. Si nous nous immergeons à l'intérieur et que nous avions la possibilité d'y respirer naturellement. la seule crainte serait de ne pas savoir revenir, tellement tout se ressemble.
Lorsque j'étais petit, j'aimais marcher la nuit (du moins quand j'habitais encore la campagne), les petites routes que presque personne emprunter (car mon village serait à classé dans les bled paumés) donc à quoi bon si rendre à part croisé des champs, puis encore des champs et des champs à perte de vue. Mais ce que personne n'arrivait à voir, qui pour moi était le plus beau spectacle au monde. Était de marcher la tête en arrière, le regard plonger dans les étoiles.

J'avoue qu'au début je me viandais souvent, mais à la longue je connaissais mon chemin par cœur dans cette position. C'est ainsi que je m'amusais à essayé de parler dans cette position, sérieux vous devriez essayé c'est amusant. Tout seul un peu moins mais sa le fait quand même quand on prend l'habitude.

Mon prénom est Gabriel et j'ai 13 ans, mes parents, Simon et Charlène. Cela est ma vie, du moins en partie.

Pour moi regarder le ciel la nuit c'est comme marcher dans l'espace. surtout l'été, quand papa m'en mené avec lui dans le chalet pendant 2 semaines, qu'il avait plus haut dans les montagnes. Pour aller pêcher avec ces potes de boulot. Apparemment j'étais aussi le seul enfant qui trouver génial de partir camper avec son père. Dans mon duvet à la belle étoile, mon regard plonger dans le ciel étoilé, les quelques branchages et feuillage qui m'empêcher de voir le ciel au début, ne me donner pas cette impression de ne plus être sur terre.
Alors avec la permission de papa, je suis aller à l'endroit que je préféré, la Bute aux étoiles, c'est comme ça que je l'ai appeler. Quand j'en parler à maman, avant qu'elle ne nous quitte, elle trouver cela mignon. Papa lui soupiré d'un sourire. Enfin, pour moi l'essentiel c'est que tout les deux me disaient à chaque fois.

-Ce lieu est à toi, faisant se que tu veux.

Maman nous à quitter, peut après ma première année de collège, d'une maladie donc je ne me souviens plus trop le nom, tout se dont je me souviens c'était les explications que l'infermière m'avait donner. Ces muscles se détérioré les uns après les autres, jusqu'à qu'un jour son cœur s'arrête...

...(larme), Sur la Bute aux étoiles, je me sentais en apesanteur, allonger sur le dos dans l'herbe. Le ciel était vaste et lumineux, tellement d'endroit à visité, si seulement certain film de science fiction pouvait être vrai. Avec papa ont irais partout et nul par, visité les moindres recoins de cette immensité à vous en donner le vertige. Et jouer à fermer les yeux tourner dans tout les sens, et sans réfléchir dire si nous sommes a l'endroit ou à l'envers selon où se trouver la terre.

Papa, rentrée tard, et cet été nous ne sommes pas aller au chalet. Alors comme il ne parlait plus trop, je choisissais de le laisser, la perte de maman l'avait énormément affecter. Je suis donc aller chaque soir trouver un autre endroit où je pourrais regarder les étoiles. Le troisième jour où je l'avait enfin trouver, papa m'annonça que nous devions déménager, des hommes sont venues, ont étiqueté des meubles, et tout un tas de chose dans la maison. Lorsque je lui ai demander pourquoi ont ne pouvait pas prendre nos affaire, je pris ma première gifle. Je n'ai pas pleuré sur le coup, ça réaction me semblé étrange (c'est vrai que sa piqué un peu et que les larmes était prête)mais je me suis dis aussi que j'étais peut être trop jeune pour comprendre certaine chose, et que ce geste était sa façon à lui de me demander de ne pas insisté.
Page précédente
Vous lisez :

Torsion

page :
Page suivante

Création du site


Nicolas SORANZO