Présentation du livre

Note : etoilesetoilesetoilesetoilesetoiles

10 commentaire(s)

Une lumière aveuglante envahit la pièce, accompagnée d'un bref vacarme semblant à un battement de cœur. Durant le peu de temps de luminosité, on peut apercevoir des murs entièrement peints de blanc, ainsi qu'un lit du même ton. La pluie se met à tomber, se cognant contre la seule vitre présente dans la salle. Un cri extrêmement aigu résonne alors en crescendo puis disparaît soudainement sans laisser de traces. L'orage éclate une seconde fois.

Deux yeux s'ouvrent jusqu'à leurs extrémités. Le pouls d'une personne effrayée se met à battre rapidement. Une forme se redresse sur le lit duquel elle vient de se réveiller. Son souffle haletant s’éjecte vite de ses poumons. Sa tête ne cesse de tourner à droite, puis à gauche à l’affût d'un quelconque danger. L'orage gronde.

"Où... Où suis-je ?"

Aucun meuble ne lui est familier. Ses souvenirs sont vides. Même le cauchemar dont il vient de se réveiller a disparu de sa mémoire. Reprenant sa respiration, il enlève la couette blanche du matelas qui le maintient au lit et pose deux pieds à terre. Profitant d'un autre instant d'éclairage total, il inspecte du regard la pièce où il se trouve être. Il n'y a qu'une armoire, une petite table et un lit. Rien de plus. A première vue, c'est une chambre. La sienne ?

Se relevant difficilement, la personne se dirige vers la table. Un objet vient d'attirer son
attention. En y regardant de plus près, c'est une simple feuille de papier avec une inscription marquée dessus. L'homme la prend dans sa main et l'approche de son visage pour déchiffrer les lignes.

"Aidez...moi"

De qui viennent ces mots ? Cette chambre est-elle occupée ou a-t-elle été occupée par quelqu'un d'autre ? La personne repose la feuille sur le bureau et ouvre l'armoire avec la même curiosité que pour découvrir le mot. Elle est complètement vide. Avec une grande déception, il la referme et marche, cette fois-ci, vers une porte fermée. Il trébuche alors sur un petit bout de métal. L'orage éclate, permettant de découvrir la clé. Avant qu'il n'ait besoin de s'en servir, l'homme s'aperçoit que la porte est verrouillée. Qui donc fermerait une porte en laissant la clé par terre ?

Une main se saisit de l'objet et l'insert dans une minuscule serrure. Après l'avoir tourné, la porte s'ouvre dans un grincement à en faire crever les tympans. Le spectacle qui s'offre à lui n'est pas des plus désirables. Malgré le noir complet qui règne, on peut apercevoir un long couloir recouvert de multiples portes. Une odeur nauséabonde rentre dans les narines de l'homme, le faisant grimacer. C'est une odeur indescriptible. Un mélange de souffre, de poussière et de fer. Pourtant, cette odeur ne lui est pas étrangère.
Page précédente
Vous lisez :

Chambre rouge

page :
Page suivante

Création du site


Nicolas SORANZO