image

"Innover, c'est aller de l'avant, sans abandonner le passé"
Stanley Kubrick.
« Je suis rentré !
-Bonsoir Paul, me répond ma femme, Emilie, en m’embrassant sur la bouche, passionnément. Comment s’est passée la semaine ?
-Plutôt bien. Marc a réussi à persuader les producteurs de nous financer pour la pièce.
-C’est formidable ! Vous avez réussi !
-Il vaut mieux ne pas parler trop vite, on a du pain sur la planche. Il faut encore trouver du monde, organiser la… Oh ! Mais qui voilà ?!
Julie, ma petite fille de sept ans, vient d’apparaître dans le corridor. Elle est déjà dans son pyjama vert avec des roses blanches dessus. Ses cheveux sont déjà démêlés, et elle me regarde avec une pointe de colère.
-Salut Princesse. Ça va ? Dis-je en m’approchant d’elle.
Dès que j’arrive devant elle, elle s’éloigne, dans sa chambre toute couverte de rose sur les murs.
-C’est normal, me dit Emilie. Elle se sent seule quand tu n’es pas là… Je vais lui parler…
Emilie rentre dans sa chambre. Et moi, je prends la première porte à droite qui conduit au salon. Salon très chic que ma femme, de métier, à meublé et décoré. Fauteuils ronds, canapés noirs, et ovales (je m’y assois à l’instant), tapis zébré, moquette grise, mur noir, tableaux contemporains, statue d’art moderne, et la bonne vieille TV ou les matchs de foot sont retransmis en HD.
Ma femme réapparaît cinq minutes après.
-Elle ne veut pas me parler… Elle veut dormir elle a dit.
-Ça lui passera. Dès qu'elle aura l’âge de comprendre.
-Espérons-le… répond Emilie en s’asseyant sur le canapé, en se lovant dans mes bras.
Emilie sait que le projet que j’ai monté avec mon grand frère, Marc, est important pour moi. Elle le comprend, et elle l’accepte. Pour Julie, c’est une autre affaire. Julie est une fille plutôt timide, elle n’a pas énormément d’amis, et je suis une sorte de meilleur ami pour elle. Mais dès que j’ai commencé à écrire des pièces (toutes refusées), elle m’a tourné le dos petit-à-petit. Elle ne comprend pas à quel point l’écriture est précieuse à mes yeux, elle est trop jeune.
-Paul… Promets-moi que tu viendras le plus souvent possible lorsque vous commencerez votre parcours…
Emilie m’a demandé, et je lui ai promis.
Je ne peux rien promettre, mais que voulez-vous… Je tiens à elles, je ne veux pas les faire souffrir…

Trois ans plus tard. Décembre 2009.

Depuis combien de temps je ne me suis pas rasé. Cinq ? Non, sept semaines.
Je me frotte le menton pour réfléchir. Ça me pique légèrement. Je ne sais pas, c’est devenu une habitude de faire ce mouvement. La pièce ou je me trouve… Vide. Personne n’y est. A part moi bien sûr.
Page précédente
Vous lisez :

Page Blanche

page :
Page suivante

Création du site


Nicolas SORANZO