Présentation du livre

Note : etoilesetoilesetoilesetoilesetoiles

0 commentaire(s)


Se souvenir pour vivre...

Chapitre I

Quand je me réveille, je me trouve dans un hôpital, perfusé. J'essaie d'enlever la perfusion et étrangement, je ne me blesse pas.
Je sors de mon lit et je me rends compte que je suis torse nu. Une cicatrice tranche mon torse de mon épaule gauche à mon coté droit du bassin. Je me dirige vers la porte. Je descends la poignée et je sors dans le couloir. La porte donne sur un couloir d'environ 10m, avec 20 portes de chaque coté. Je me dirige au bout du couloir et j'aperçois un ascenseur. J'entre dans celui-ci et découvre un cadavre à l'intérieur. C'est un adolescent d'environ 15 ans, blond, aucune trace de puberté sur son visage. Je m'agenouilla pour prendre le pouls du jeune homme et il est mort
Je descends au rez-de-chaussée. J'arrive dans l’entrée, et soudain, dans le hall d’entrée, une cinquantaine de personnes sont à terre, les entrailles visibles. Je sors dehors.
Juste devant les portes des urgences, une voiture accidentée sur le toit. Je me rapproche, j'aperçois une femme au volant, morte. Et juste à côté, un jeune homme inconscient donc j'arrive à apercevoir ses moments de la cage thoracique. Je le sors doucement de la voiture. Il se réveille peu à peu...
- Eh mon gars réveille toi ! Tu es sauvé.
Il ouvrit les yeux lentement puis il s'écarquille d'un coup.
-Bonjour, lui dis-je.

Il se redressa et recula sur les mains et les pieds.
- Non non. N'ai pas peur, je ne te veux aucun mal. Je t'ai sauvé la vie.
- D'accord, dit-il. Merci beaucoup.
- Sais-tu qui je suis ? lui demandais-je.
- Seul un ignorant demanderait cela. Tu es James Patterson. Tu es le meilleur soldat que le monde connaisse. Tu es général dans toutes les armes de France et tu as 30 ans.
J'ai levé mon tee-shirt en pointant mon doigt sur ma cicatrice ?
- Sais-tu d'où viens cette cicatrice ?
- Tu ne te rappelles donc pas. Un jour, ton frère, Ken Patterson t’a vu avec son ex petite amie. Il ne l'a pas accepté leurs rupture, il a donc voulu se venger. Il t'a bloqué, t’a attaché et t’a ouvert le long de cette cicatrice, puis il s’est enfuit et ta petite copine a appelé les urgences. T’as perdu beaucoup de sang mais tu as été sauvé de justesse.
- Je suis si populaire ?
-Oui ! dit-il. Tu est aussi le colonel de la caserne de pompiers actifs, sur vingts villages et de toutes les gendarmeries de France, et commissaire de tous les commissariats, même les bœufs -carottes !
- Et sais-tu où j'habite ? répliquais-je.
- Oui, 26 rue de la liberté, Dijon
Eh bien, allons -y. Voyons si nous somme les seuls survivants ou non.
20 minutes plus tard ...

J'arrive dans mon jardin, je m’avance vers ma porte, je fouille dans mes poches et j'en sors une clé que j'enfonce dans la
Page précédente
Vous lisez :

se souvenir pour vivre

page :
Page suivante

Création du site


Nicolas SORANZO