Présentation du livre

Note : etoilesetoilesetoilesetoilesetoiles

2 commentaire(s)


image
10 Jours pour un monde meilleur






1936, l’année de ma création. Je m’appelle Jérémy, je descends d’un milieu ni pauvre, ni riche : ma mère, quand elle ne regarde pas « 36 chandelles » avec Jean Nohain sur la chaîne 1, va retrouver son emploi à durée indéterminée dans la grande librairie de Paris, quant à mon père, il aime à croire que son labeur d’antan lui offre une retraite anticipée. Travailleur abstinent depuis deux ans.
Plus d’une décennie après la guerre, il ne s’en est jamais vraiment remis, toujours dans cet état de traumatisme dû aux horreurs qu’il a vécues, c’est quelqu’un de bien, mon père.

On vit dans une petite maison, collée elle-même à dix autres petites bâtisses, juste un point sur une carte et ça leur suffit bien. Mes parents n’ont jamais vu les choses en grand, ils se contentent de suivre le troupeau et de se satisfaire de ce qu’ils ont.
Je n’ai jamais été comme ça. Du moins, pas après mes 10 ans.

Je fête mon 17ème anniversaire ce soir, en cette année 1953, moi et mon ami Antoine.
Page précédente
Vous lisez :

10 Jours pour un monde meilleur

page :
Page suivante

Création du site


Nicolas SORANZO