Présentation du livre

Note : etoilesetoilesetoilesetoilesetoiles

5 commentaire(s)

CHAPITRE I



Voilà. Je suis nouvelle. Nouvelle école, nouvelle maison, nouvelle vie. J'ai changé jusqu'au moindre détail. Mon style, ma coiffure, ma couleur... Tout de celle que j'étais avant a disparu. Je suis une fille nouvelle, que personne ne connaît et qui n'a pas encore de réputation.
Mais déjà en mettant les pieds dans ce bahut, je vois qu'une image me sera vite collée sur le dos: la fille gnangnan.
Heureusement, après avoir changé quatre fois de lycée, j'avais prévu le coup. Adieu cher Jean et cher tee-shirt All Star noir que j'aime tellement!
J'ouvre une porte au hasard, me faufile et vérifie qu'elle soit vide. Je troque ces habits contre une robe bustier rouge. Bien moulante, parfait. J'enlève mon soutif, pas que ça fasse tâche. Voilà. Je détache mes cheveux et les laisse tomber en cascade sur mes épaules dénudées. Mes vieilles chaussures, là, les Converse marrons, je les mets dans mon sac et met à la place des talons aiguilles. Aucun intérêt? Comment?! Venez, observez et vous comprendrez.
Ce n'est pas un simple lycée. C'est un lycée où on te bizute même si tu n'es pas nouveau, où les footballeurs sont les maîtres du ring, où les pom-pom girls sont les petites amies des gens les plus populaires. Où au moinfre faux pas, tu es étiqueté et casé dans la section des loosers.
Ça, c'était moi qui le faisais avant. Moi qui étiquetais les petits arrivants, moi qui me creusais la tête pour bizuter ces fayots.
C'était moi avant que je passe du côté des étiquetés. Et Dieu seul sait ce que ça fait de passer d'un côté à l'opposé. C'est affreux, on te tombe dessus alors que tu n'a rien demandé! On te jette des mélanges infectes au visage et...
Sauf que ce temps là est révolu. Maintenant, je mène la danse. Je monte sur le piédestal et personne ne me fera descendre. Par contre, y en a qui vont dégager vite fait bien fait.
Je sors de cette pièce inconnue, le sac Eastpack sur l'épaule. Les gens s'amusent déjà à persécuter les petits fayots et du haut de mes talons, je souris en pensant au bonheur que cela me procure de voir les autres souffrir sous mon commandement.
Je marche dans le couloir, le regard fixe devant moi. Déjà, je me vois comme dans un film.
Toutes les conversations s'arrêtent, les regards se tournent vers moi et une musique démarre. Mes cheveux rebondissent au fur et à mesure que j'avance. La scène parfaite.
Sauf que ça ne s'est pas excatement passé comme ça...
On m'a sifflé pendant que je défilais. Outrée, je me suis retournée.
-Qui a sifflé? Ai-je hurlé de ma voix puissante.
Tous les brouhahas du couloir ont cessés, tous les regards se sont fixés sur ma chevelure et ma tenue. Personne n'a répondu et au bout de quelques minutes, les conversations ont repris, timidement au début puis de plus en plus fort.
Tous se sont détournés de moi. J'ai préféré chercher les toilettes et m'y enfouir. Je crois que je vais ressortir la tenue Jean-Basket.
Avant de partir, j'ai tout de même pu entendre:
-Attends,attends! Mec, elle est pqs nouvelle c'te meuf?
-Si, gros. J'l'avais jamais vu avant.
-Geennre! Comment elle est trop bonne!
-Ta gueule, elle se la pète trop. Moi, j'me la taperai pas.
-Toi fermes-la. Elle est trop sexy!

Alors là... Jean-Baskets, je vous tiens et je vous garde tout le long de l'année. Et je vais m'attacher les cheveux aussi... Beurk.
Page précédente
Vous lisez :

My first Kiss

page :
Page suivante

Création du site


Nicolas SORANZO