Présentation du livre

Note : etoilesetoilesetoilesetoilesetoiles

2 commentaire(s)

Chapitre 3


Dans notre village, et dans la majorité des villes du Drakar, la tradition veut que le jour du 18ème anniversaire d'une jeune fille, ses prétendants se présentent à son domicile afin de demander sa main. Qu'ils se connaissent ou non, tous les hommes du même village peuvent tenter leur chance auprès des parents de la demoiselle. Normalement, celle-ci n'a pas son mot à dire. Le père et la mère choisissent l'homme qui selon eux sera le plus apte à subvenir aux besoins de leur fille et dont les gènes sont assez flatteurs pour procréer de beaux enfants.

Heureusement, à Orren, les mentalités ont pour la plupart évoluées. Les parents laissent souvent leur fille choisir son futur mari et parfois même faire le choix de ne pas se marier du tout, ou en tout cas pas tout de suite. Car malgré tout, une fille qui n'est toujours pas mariée après une vingtaine d'années, cela peut être mal vu. Soit ça insinue que la donzelle est très laide, soit qu'elle n'est pas "recommandable". Dans les deux cas, cela porte préjudice à la famille tout entière.

Avant aujourd'hui, l'idée de me marier dans les règles ne me dérangeait pas. Peu importe mon futur époux, le principal pour moi était d'avoir une vie tranquille, proche de ma famille, avec de beaux enfants en bonne santé. Mais depuis hier, mes envies d'autres fois me semblent branlantes. Les récents événements me font hésiter sur la tournure que pourrait prendre mon avenir. Et si Kira avait raison? Si une autre vie m'attendait, pleine d'aventures, de magies et de nouvelles rencontres extraordinaires? L'idée que le Royaume de Kazadren ait survécu à la grande Guerre me trouble énormément. Je devrais peut-être faire comme ma soeur: partir explorer les grandes villes et attendre le grand amour pour fonder une famille. De plus, je ne sais pas dans quoi Kira s'est embarquée mais ce n'est pas le moment que les gens s'intéressent trop à nous. Un mariage attirerait trop l'attention... Il faut absolument que je découvre ce qu'il se trame...

De toute façon, je ne vois pas qui pourrait vouloir m'épouser. La plupart des garçons de mon âge que je connais sont parti vers les grandes villes et les hommes plus âgés sont soit déjà pris soit trop occupés pour se soucier de trouver une épouse. Je verrai bien ce soir qui sera devant la porte, et au pire des cas, je n'aurais qu'à dire à mes parents que je ne souhaite pas me marier pour l'instant. Ils n'ont rien dit pour ma soeur donc ça ne devrait pas poser de problèmes pour moi non plus.

Alors que je suis toujours perdue dans mes pensées, quelqu'un toque à ma porte. Celle-ci s'ouvre doucement et mes parents déboulent dans ma chambre.

- Joyeux anniversaire ma chérie ! S'écrie ma mère.

Elle s'assied sur mon lit et me serre tendrement dans ses bras. Je regarde mon paternel, tenant dans ses mains un plateau garni de mon petit déjeuné. Une délicate odeur de croissant chaud et de chocolat se propage dans la pièce. Je hume cette odeur délicieuse en salivant déjà. Ils ont vraiment sorti le grand jeu !
- Merci Maman! Tout ça à l'air délicieux.
Mon père pose le plateau sur mes jambes et s'assied également à coté de nous.

- Profite en jeune fille ! Ce n'est pas tout le jour que tu à l'honneur d'être servie au lit par ton vieux père. Mais après tout, tu le mérite bien. C'est un grand jour pour toi et toute la famille aujourd'hui.

Sa voix est remplie de fierté, ce qui ne m'inspire rien de bon... Je préfère ignorer ses dires et attrape un croissant au sucre. Je mords une grosse bouchée dedans et pousse un soupir de plaisir. C'est vraiment délicieux...
Voyant que je ne réagis pas, mon père lance un regard à ma mère qu'elle seule peut décrypter.

- Bon je retourne au travail. Si jamais ne t'inquiète pas pour le magasin, Alaric te remplace.

Mon père me sourit et quitte la pièce. Je continue mon repas en engloutissant l’entièreté de mon chocolat chaud. Je me doutais bien que je ne travaillerais pas aujourd’hui, sinon je serais déjà levée et au boulot depuis plusieurs heures !
Je regarde ma mère et lui dit en espérant la voir imiter mon père:

- Merci beaucoup Maman c'est délicieux...

Elle me sourit mais ne se lève pas, c'est mauvais signe... Après quelques secondes de silence embarrassant, elle finit par se lever à mon grand soulagement.

- Je te laisse te préparer en paix. Tu as ta journée de libre mais n'oublie pas que tu dois être à la maison pour 17h obligatoirement ! Le temps de te mettre sur ton 31 afin d’accueillir tes prétendants comme il se doit.

Elle attrape mon plateau et se dirige vers le pas de ma porte. Une fois ma chère maman sortie et mon intimité rétablie, je me lève et me dirige vers la fenêtre. Ce qui s'est passé hier soir m'accapare l'esprit. Il faut absolument que je parle à Kira de cette histoire et que je tente de lui tirer les vers du nez.

Je me lave en vitesse et me vêtis de ma nouvelle robe, offerte la vieille. Après tout, cette tenue est de circonstance non ? Peut-être un peu trop habillée tout de même mais tant pis. Je me faufile discrètement dans la chambre de ma soeur lui piquer une paie de bottillon et de bas. Voilà je suis prête pour cette journée "de fête".



Page précédente
Vous lisez :

Kazadren: La légende de la Source - Chapitre 3

page :
Page suivante

Création du site


Nicolas SORANZO