Présentation du livre

Note : etoilesetoilesetoilesetoilesetoiles

0 commentaire(s)

Partie I

1

Même si cela faisait quasiment plus de deux ans qu’elle avait disparu, elle continuait à se méfier de toutes les personnes et choses qui pouvaient l’entourer.

Être recherchée par Interpol était une chose à ses yeux, mais être recherchée par le meilleur tueur à gage du continent en était une autre.

Toshinori Hiratani. Elle ne l’avait croisé qu’une seule fois sur son chemin, à l’époque, il était associé à son père. Même à cette période-là, alors qu’il ne représentait encore rien pour elle, en le voyant, elle avait eu froid dans le dos. Il provoquait cela à toutes les personnes qui le rencontraient. Pourtant à bien le regarder il n’y avait rien qui pouvait faire si peur chez lui. Il avait un physique assez commun, passe partout même. C’était lorsqu’il ôtait ses lunettes que les gens éprouvaient cette sensation. Des yeux d’un bleu si clair qu’il en venait presque impossible de le dissocier du blanc et, un point noir ébène faisant office de pupille. Tenir son regard glacial était probablement la pire chose, obnubilé par sa singularité, on ne pouvait sans détacher, mais si froid et dangereux à la fois que l’on voulait le fuir le plus loin et le plus vite possible.

Toshinori était à sa recherche, elle le savait bien qu’il ne serait plus qu’une question de jours, au mieux de semaines, avant qu’il ne la retrouve. Elle se méfiait peut-être de toutes les personnes qu’elle rencontrait, mais elle n’avait pu s’empêcher de reprendre une vie quelque peu normale. Elle avait trouvé du travail, falsifier quelques papiers pour retrouver une vie plus calme n’était pas du tout compliqué pour elle, elle avait même pu choisir le prénom qu’elle avait toujours voulu porter : Emma. Elle avait connu une Emma dans son enfance, à qui la vie semblait toute tracée, de grandes études, le grand amour, une magnifique famille : une vie parfaite, une vie dont elle avait toujours rêvé. Malheureusement, on ne choisissait pas sa famille, elle était née dans le milieu et n’y avait rien pu faire. Au final, l’avenir est déjà bel et bien tracé avant sa naissance, son envie de changer tout cela l’avait mené à aujourd’hui. Plus aucunes attaches, vivre constamment dans la peur, tout cela pourquoi finalement ? Ne plus être comme eux.
Pourtant par moment, elle se laissait y repenser à cette vie, qui avait certes ses défauts, mais qui était tellement plus facile. Les personnes n’ayant pas grandi dans ce milieu-là ne pouvaient pas comprendre ce pourquoi parfois elle éprouvait un manque. Elle lisait beaucoup d’articles, surtout ces derniers temps, dans la presse, concernant la mafia, aucun n’arrivaient véritablement à faire transparaître l’univers, l’ambiance qui y règne. Tout y est différent. Pour elle ce n’était plus qu’un souvenir en soit, mais elle n’avait pas oublié le moindre détail, la moindre sensation, tout était encore bien clair dans sa mémoire. Cela commencé à faire long : 7 ans, déjà.

Elle avait pris ce petit rituel de fêter l’anniversaire de sa fuite, un moyen comme un autre de rendre cette événement un peu plus heureux qu’il ne l’est en réalité. Elle n’avouait même pas à elle-même tout ce qui s’était passé, prétextant que sa mémoire était mauvaise, alors que dans son sommeil, chaque instant, les pires défilaient à nouveau, nuit après nuit.

Le soir de ses treize ans était certainement le souvenir qui se répétait le plus dans sa tête. Tellement de cris, tellement de pleurs, beaucoup de bruit, du sang ; elle avait mis longtemps avant de comprendre dans quel univers elle évoluait, c’était ce soir-là où tout lui avait paru plus clair. Elle se rappelait précisément où chaque goutte de sang était tombé, s’il lui avait fallu recréer la scène, elle aurait pu sans aucun problème.

Il n’y avait bien sûr pas que cet épisode qui tournait en boucle une fois les paupières fermées. Les premiers temps de sa fuite, elle n’arrivait plus à dormir, elle n’osait plus fermer les yeux, le moindre bruit lui rappelait toutes les scènes auxquelles elle avait pu assister. Rien qu’en clignant des yeux, tout se rejouait face à elle.

La première avait été de loin la pire année de sa vie.
Page précédente
Vous lisez :

Yakuza

page :
Page suivante

Création du site


Nicolas SORANZO