Présentation du livre

Note : etoilesetoilesetoilesetoilesetoiles

5 commentaire(s)

Chapitre 1 :
C’était un mois de Mars, le 15 précisément, et pour un mois de mars la température était plutôt agréable. Je me levai et regardai par la fenêtre, tout étais calme, la belle ville de Paris se réveilla doucement, le soleil commençai à pointer le bout de son nez. Je jetai un regard sur la vielle horloge que ma mère m’avait offert, elle indiquait 7h30 du matin ; Je décidais de me préparer, je pris une chemise et un jeans, m’habilla et jeta un bref regard dans le miroir, j’y vis un homme brun aux chevaux avec des yeux verts, on disait souvent que je ressemblais à mon père, physiquement et un peu moralement. Mon père, Mickael Honowers était américain, il a rencontré ma mère en France lors d’un voyage d’affaire, ils ne se sont plus jamais quitter. Je pris mes clés de voiture et fila a la brigade criminelle.
« Salut Chris ». Cette petite voix m’était très familière, il s’agissait de Rebecca, une de mes coéquipières qui travaillait pour moi.
Rebecca était une fille d’une vingtaine d’année, plus jeune que moi. Il s’agissait d’une jolie blonde, elle avait les yeux fins et d’une couleur bleu turquoise, son nez était aquilin. Rebecca était constamment bien habiller, je veux dire tailleur noir, jupe noir de marque escarpins noir chaque jour différents.
« Tu as des nouvelles ou du courrier pour moi ? »
« Non … Ah, euh … Si ; le labo à examiner les empreintes qui se trouvaient sur les vêtements d’Aurélie et cela n’a rien donné et le patron veut le rapport demain matin sur son bureau et tu as reçu du courrier noté confidentiel, il est sur ton bureau. »
« Merci Rebecca, je vais voir ça »
L’affaire d’Aurélie Hylde, une jeune fille de 8 ans qui s’est faite enlevée il y a 2 jours. Elle avait été adoptée par de riches banquiers.

Je rentrai dans mon bureau et allai m’asseoir sur ma chaise pour me permettre de lire cette lettre. Elle disait ceci :
« Cher monsieur Honowers,
Nous sommes le BENC (Bureau des Enquêtes Non Classées), nous traitons tous les dossiers non classées de la brigade criminelle, mais par pur hasard nous ne traitons pas beaucoup de vos dossiers. Récemment, nous avons reçu un dossier qui portait sur des meurtres en séries de jeunes filles de 6 à 7 ans. Quand nous nous sommes rendus sur les scènes des crimes, votre nom y étais inscrit avec le sang des jeunes filles décédées. Je vous avertis que cette affaire sera longue et difficile et souhaiterais vous rencontrer au plus vite, afin de vous éclairer sur cette affaire. Je vous donne par conséquent rendez-vous le 15 mars 2001 à 19h, au 15 rue de la Barissade à Paris 75003.
Cordialement,
Le BENC »
Je jetai un coup d’œil à ma montre : 10h45. Il me restait encore 8 heures avant ce rendez-vous auquel j’étai pressé d’assister. Durant ces 8 heures, je fus bien occuper : interroger la famille Hylde, aller au labo pour examiner les indices trouvés, revoir la scène du crime pour récolter de nouveaux indices.

En arrivant sur la scène du crime, tout était resté tel que cela avait été trouvé, heureusement que le lieu n’était jamais, ou du moins, pas beaucoup fréquenté. Cela ressemblait à un énorme dépôt, les murs avaient une allure très triste. L’odeur était forte et me faisait penser à l’odeur de moisi que l’on pourrait trouver dans les maisons qui ne sont pas aérée. Je passai l’endroit au peigne fin ; aucuns indices ne devaient m’échapper, je gardais donc l’œil grand ouvert. Des traces de doigts, des empreintes de pas, des trous dans les murs … Tout ça avait déjà été trouvé et envoyé au labo mais rien n’avait pu nous aider pour nous permettre de boucler l’affaire. Je marchai le long du mur en observant attentivement toutes les traces qui auraient pu éventuellement nous mettre sur une nouvelle piste soudain en baissant la tête, je crus voir quelque chose d’intéressant, Je baissa la tête et découvrit un cheveu … Ah on voit bien que la police scientifique chargé d’observer la scène du crime ont fait leur travail ! Je devais absolument emmener cela au laboratoire. Je pris ma voiture et fonça directement au laboratoire, y déposa la preuve, et me dirigea sur le lieu du rendez-vous.

Page précédente
Vous lisez :

l’enquête d'une vie

page :
Page suivante

Création du site


Nicolas SORANZO