Présentation du livre

Note : etoilesetoilesetoilesetoilesetoiles

6 commentaire(s)

Depuis toujours, les êtres humains rêvent d’ensorcellements et de créatures fantastiques. Pourtant, la vérité est que toute forme de magie est inconnue du monde réel, mais cela ne veut pas dire qu’elle n’existe pas. Un autre monde gît parallèlement au nôtre, un monde où tout ce que vous pouvez imaginer est possible. Nos deux univers sont séparés par une barrière, une force quasi impénétrable qui protège le quotidien des mortels et permet d’entretenir un certain équilibre. Cette barrière, aussi appelée Membrane d’Hiriel, tire son nom de sa créatrice : la première reine du royaume de Kazadren.
Hiriel Artdarel, guida son peuple avec bonté et sagesse durant de longues années. Peu de temps avant sa mort, elle créa la Membrane afin de protéger ses descendants contre la soif de pouvoir et la cupidité des humains. Selon elle, ils finiraient un jour par découvrir leur monde paisible et influenceraient négativement l'âme de ses habitants.
Mais ce qu’elle ne savait pas, c’est qu’ils n’eurent pas besoin des mortels pour ce faire. Au fil des siècles, les sorciers et ensorceleuses furent de plus en plus attirés par le pouvoir et leur curiosité ne fit que croître. Ils décidèrent de rompre la barrière. Après des années d’échecs, ils finirent par y arriver par l’intermédiaire de portails, permettant à certains de passer dans le monde réel.
C’est ainsi que la magie s’introduisit dans la vie des humains. Durant les 30 premières années, la cohabitation entre les deux cultures fut aisée. Chacun demeura en admiration devant les croyances et les connaissances de l’autre. Le Roi Filipe, souverain du Territoire du Drakar et le Roi Edvin, descendant d’Hiriel Artdarel, signèrent un pacte de paix entre leurs nations respectives.
Malheureusement, le calme ne dura pas longtemps, certaines choses commencèrent à en déranger plus d’un. Une partie de la population mortelle releva le fait que la puissance des sorciers pouvait être dangereuse, que s'ils décidaient un jour de déclarer la guerre, leur peuple n’aurait aucune chance. Des chuchotements et des rumeurs, concernant une future attaque de ces étrangers, se propagèrent comme une traînée de poudre. Un groupe de gens se forma, guidé par un jeune garçon du nom d'Adame Boleslaw. Du haut de ses 19 ans et grâce à assurance certaine, il réussit à rallier pas mal de gens à sa cause. Il proclama que la magie était contre nature, démoniaque, et que les êtres humains ne pouvaient tolérer que leurs enfants grandissent dans cet environnement hérétique. Peu à peu, la peur et la colère grandirent dans les rues. Il ne fallut qu’une année pour que les choses dégénèrent.





Le Roi Filipe et sa famille furent assassinés par des rebelles et Adame, suivit de ses partisans, prit le contrôle des terres du Drakar et déclara la guerre. Sous l’ordre du Roi Edvin, les habitants du royaume de Kazadren restèrent pacifiques. Il espérait sans doute qu’en agissant ainsi il convaincrait les humains de sa bonne foi. Malgré les ordres de leur souverain, certains sorciers lancèrent l’offensive. Ce fut le chaos, des milliers de personnes furent massacrées, aussi bien dans un camp que dans l’autre. La bataille finale eut lieu dans la Forêt Rouge, rebaptisée aujourd’hui Forêt de Sang. Le Roi Edvin et son peuple prirent la fuite et repartirent chez eux par le biais d’un des portails. Adame Boleslaw, qui avait guidé ses troupes depuis le début avec poigne, assista à leur départ. Il jugea celui-ci comme une victoire sur ses ennemis et s’empara du pouvoir définitivement. Il laissa tomber son nom pour se faire appeler le Régisseur.
Depuis la fin de la guerre, et ce malgré le départ des habitants de Kazadren, une partie de la magie resta notre monde. Petit à petit, les gens ont révélés des dons particulier. De ce fait, la magie et la sorcellerie furent interdites. Leur pratique, quelle qu’elle soit, est sévèrement punie par les autorités. Le Régisseur, lui-même, décide du châtiment attribué aux hors-la-loi et aux rebelles. Dans la plupart des cas, c’est la mort. Les praticiens les plus faibles ont la chance de quitter ce monde rapidement et en toute discrétion. Pour les plus expérimentés par contre, ils subissent un interrogatoire souvent sous la torture et sont ensuite exécutés sur la place publique par différents moyens, tous plus barbares les uns que les autres. Ces démonstrations de cruauté servent de leçon aux populations. Ils peuvent ainsi observer ce qui arrive aux perturbateurs.

Étant enfants, ma soeur et moi n’étions pas exposées à ces événements. On apprenait juste à l’école que la magie est quelque chose de mal, de contre nature et qu’il est défendu de l’exercer, de la contempler ou même d’y songer. On nous avertissait aussi des conséquences, quoi que très minimisées, sur nous et notre famille si nous étions surpris en plein acte de sorcellerie. Que si nous avions des doutes sur quelqu’un, il fallait directement en parler à ses parents, ou encore, aller trouver les autorités.

Certaines personnes, convaincues par toute la propagande que nous subissons tous les jours, n’hésitent pas à aller rapporter la moindre rumeur sur leurs amis ou leurs voisins, au bureau des Défenseurs de L’Ordre et la Discipline : plus communément appelés les Instructeurs.
Il est impossible de ne pas les reconnaître à la vue de leurs uniformes distinctifs.
Les Instructeurs de premier grade sont habillés d’une simple combinaison grise, aux manches et aux bas de pantalons bouffants, ajustée par une ceinture en cuir noir où siège leur arme, bien mise en évidence. Leur rôle est de maintenir le calme dans les rues et d’exécuter les tâches « ingrates » comme les arrestations, les exécutions sans importance (aux yeux du Régissseur) et bien d’autres...

Ils sont encadrés par les seconds grades, les Instructeurs Adjudants, qui, en plus de l’uniforme rudimentaire, portent une veste à col haut, des épaulettes et un couvre-chef.
Ensuite vient le troisième grade, le plus haut poste au sein de la milice : les Instructeurs en Chef qui reçoivent leurs ordres directement du Régisseur.

Ceux-ci bénéficient d’un accoutrement tout à fait différent. Ils sont vêtus de vêtements de qualité supérieure : un pantalon noir rentré dans des bottines hautes, dont les extrémités sont ornées de pointes en métal, une chemise blanche fermée par une cravate rouge et par-dessus une longue veste sombre descendant jusqu’aux genoux et décorée de diverses médailles. A vu d’oeil, ils ne possèdent aucune arme, même s'il est évident qu’ils en cachent bien une quelque part...
J’ai beau savoir tous ces détails, cela ne veut pas dire que j’en ai déjà vu en vrai.

Heureusement pour moi d’ailleurs... Les personnes contactées par des Instructeurs en chef n’ont pas une espérance de vie très longue.
D’ailleurs, la peur est omniprésente au sein des foyers... Tous les parents angoissent à l’idée de recevoir la visite d’un représentant de l’ordre. Malheureusement, personne n’est à l’abri de cette « tragédie » . Le don de magie chez un individu est inné mais il peut se révéler à n’importe quel moment de sa vie. Que ce soi un beau matin en se réveillant ou suite à un bouleversement émotionnel ou physique...

C’est ainsi... À Drakar, personne n’est jamais en sécurité.
Page précédente
Vous lisez :

La Source - Chapitre 1

page :
Page suivante

Création du site


Nicolas SORANZO