Présentation du livre

Note : aucune

1 commentaire(s)

Chapitre 1 : Un jour différent
Tout commence ce matin de février. Il est assez froid et triste. Je fais les courses avec mon père. J’entre dans la galerie du magasin à l’enseigne « des mousquetaires », poussant le caddie au rythme de la musique diffusée. Je prends le « rond-point plantes » : c’est en fait une espèce de pot géant, qui sert de banc si on veut –même si à mon avis ce n’est pas sa fonction première- et dedans il y a des arbustes. On franchit finalement les portes du magasin après avoir traversé sa galerie quasi déserte. En même temps un samedi matin à dix heures, que peut-t-on espérer ?
Mon père se tient devant moi, nous allons bon train rayon par rayon. Commençant par les produits d’entretiens puis le poisson.
Ca faisait des années que je n’avais pas fait les courses avec mon père, pour une fois il avait peu se libérer !

En arrivant à la caisse, notre caddie est à moitié rempli. La caissière scanne les articles pendant que papa et moi remplissons le caddie. Elle finit par nous faire payer et lui tend, avec son ticket de caisse et les coupons de réduction, un genre de carte en carton où est écrié en gros caractères colorés : « Quatre stars relookent ta chambre ! ». Je me dis que, comme d’habitude, nous n’allons pas gagner ; mais je tente le coup pour faire plaisir à l’aimable caissière. Je vais à la borne et j’introduis la carte.
Au début, il ne se passe rien, alors je me dis qu’on a perdu et m’apprêtai à rejoindre mon père qui allait tourner vers le parking. Puis, un grand bruit de cirque retentit, je me tourne vers l’écran qui afficha : « Merci de votre visite… blablabla… nous sommes au regret de vous annoncer que vous avez… gagné ! ».

Je saute alors comme une enfant hystérique et appelle papa. Il vient et je lui crie :
- On a gagné !
Il vérifia sur l’écran et me prends dans ses bras. On va alors à l’accueil du magasin.

Une dame sans sourire, nous présente une liste de nom de stars plus ou moins connus, imprimé sur du papier glacé. J’en choisis quatre : une chanteuse, une actrice, un chanteur et un humoriste. Elle passe des coups de téléphone et nous dit qu’ils passeront dans le courant du prochain mois.
Alors, on l’a remercié et nous sommes sortis pour remplir le coffre et rentrer rejoindre mon frère, qui dormait encore, et ma mère qui rentreront que vers treize heures pour déjeuner après son travail.
Quand on leur raconta, ça leurs fit ni chaud ni froid. Je suis déçu de leur manque de réaction. Je me suis pourtant attelé à faire la cuisine en rentrant des courses pour leurs mitonner quelques petits plats à leurs gouts. Alors que papa repartait. Maman a mangé rapidement et est repartit !


Un jour, puis deux, puis trois, puis une semaine et deux et trois passent.
Chapitre 2 : Et si on changeait tout…

Un jour, on sonna. J’ouvre et je découvre Kevin (un super humoriste), Audrey (une actrice formidable), Matthieu (un chanteur incroyable) et Kenza (une chanteuse à la voix angélique). Mon visage s’éclaire de lumière, et je les salue en essayant de ne pas passer pour un fan hystérique. C’est vrai que je réalise un rêve en les rencontrant. Je leur propose d’entrer et de s’assoir dans deux grossiers canapés. Ils observent alors le salon aux murs, avec comme seuls meubles : une table, la télévision, un tapis et les deux canapés.
Je n’ose pas parler, ne voulant pas être pris pour une folle. C’est Audrey qui parle en première. Elle m’informe qu’ils viennent bien pour le concours. Alors, ils me posent pleins des questions sur mes goûts, mes passions ; ils en prennent note sur leurs portables et autre tablette.
Puis, Kenza me demande s’ils peuvent voir ma chambre. Je monte avec eux, jusqu’à cette dernière. Elle est assez petite. Elle ne contient qu’un petit lit, une table de chevet, un réveil et une armoire. La pièce, d’à côté, contient un bureau et sa chaise, ainsi que des jeux d’enfants que je n’utilisais plus et un tableau de New York. Les deux pièces sont peintes en blanc.

Ils les considèrent sans un mot, avant que Kenza dise :
- On va te faire une chambre, que chacun enviera, digne d’une princesse !
Je lui souris et les remercie par avance.
Puis, on débarrassa mes affaires et ils se mirent à travailler à huit clos.
Pendant tout la durée de leurs travaux, j’ai dormit dans le modeste dressing de mes parents.
Mes parents gagnent pas mal d’argent, mais ils ne sont quasiment jamais là.

***

Après trois longues semaines de travaux quotidiens, je l’a découvre. Ce vendredi-là, ils sont venus me voir vers dix-huit heures, je venais de rentrer. Ils me font monter un nouvel escalier. Il est plus moderne, gris métallisé et noir laqué avec des bandes anti–dérapage noires sur toutes les marches. Il est vraiment magnifique. On arrive alors devant la nouvelle porte qui donne sur la pièce où il y avait mon bureau. Cette porte d’entrée, comme celle d’une maison, est bleue.
- C’est ta porte d’entrée ! S’est exclamé Kevin.
Je n’ose pas l’ouvrir, laissant mon cerveau imaginer l’intérieur. Matthieu m’encourage et je fini par l’ouvrir. Je suis très surprise en découvrant un magnifique salon. Il y a un canapé couleur argent, une table basse noire et blanche laqué, un meuble remplis de consoles de jeu de toutes les sortes… Le heaume cinéma est gigantesque ! On m’informe que je peux accéder à tous les films possibles et imaginables ainsi que toutes les chaines. Mais je ne réagis pas davantage, je suis dans un rêve et je ne vois pas comment me réveiller –je ne veux surtout pas qu’on me réveille-. Le salon est couvert de gadgets technologiques dernier cri, les murs sont argent, gris et blancs.

Une question vint alors bousculer mon esprit, cette pièce ne contient ni lit ni bureau ; comment est-ce que c’est possible de mettre un bureau et un lit dans mon ancienne chambre ? Ils me font alors rentrer dans la seconde pièce qui est une bibliothèque, il y a cinq grands meubles remplis de livres, de magasins et même de quelques journaux. Au-dessus de chacun il y avait une pancarte comme dans les grandes bibliothèques. Celui en face de l’entrée -sans porte- est remplis de magasines scientifiques, économiques, culinaires… Celui à gauche l’entrée contient des romans d’amour et d’aventure. Sur le mur suivant, il y en a un avec des
Page précédente
Vous lisez :

chance ou destinée?

page :
Page suivante

Création du site


Nicolas SORANZO