Présentation du livre

Note : etoilesetoilesetoilesetoilesetoiles

10 commentaire(s)

Prémices : Histoire des Animas

Dans un futur proche, la technologie avance grâce à la découverte de pierres renfermant une énergie illimitée : les Anima. En fonction de leur couleur, ces pierres sont nommées différemment : Anima Diamanta, Anima Rubis,… Ces pierres servent maintenant à faire marcher les plus puissantes machines. Mais leur puissance peut servir à accomplir de noirs desseins…
La première pierre est découverte en 2016 par le commandant d’un sous-marin nucléaire russe, Igor Vintvoka. Ce dernier aperçoit, lors d’un voyage en mer dans le Pacifique, une source d’énergie facilement repérée par le sonar du sous marin. Voulant s’approcher de plus près, malgré les protestations de son équipage, Igor arrive sans peine à ramener une roche ressemblant à une grosse émeraude. Croyant faire sa richesse, il décide d’en ramener beaucoup plus sans prévenir ses supérieurs. Il monte alors une équipe temporaire chargée de ramener les pierres. Ils ramènent alors une énorme cargaison. Mais ces pierres sont très lourdes, et Igor ne parvient pas à faire fonctionner le sous-marin correctement. Mais sa cupidité l’empêche de se débarrasser des pierres. Alors il conseille à ceux qui veulent partir d’emprunter les modules de secours et de le laisser seul. Alors que l’équipage opère un repli, les techniciens arrêtent les machines et le sous-marin est plongé dans le noir. Les marins virent alors les émeraudes briller dans le noir. Elles dégagent une lumière si forte qu’elles éclairent tout le sous-marin. Igor décide alors d’utiliser ces pierres comme combustible. Après quelques expériences, les techniciens du sous-marin réussissent à en tirer une source d’énergie formidable capable de faire redémarrer le sous-marin, avec toutes les pierres à son bord. L’opération réussit elle ils rentrèrent en Russie sans problème pour déposer leur butin. Bientôt, cette source d’énergie est testée en secret dans les laboratoires du pays. Mais ce que la Russie ne sait pas, c’est que d’autres pays ont découvert ces pierres. Bien qu’elles soient de couleurs différentes, elles possèdent toutes la même énergie. Bientôt, tous les pays mènent un programme secret destiné à utiliser cette énergie. Mais la vérité éclate lorsque des scientifiques courageux décident de rendre leurs expériences publiques dans l’espoir d’améliorer les conditions de vie de la population. Ne pouvant endiguer cette catastrophe, les gouvernements décident de permettre à la population d’utiliser les pierres, bientôt renommées Anima par les scientifiques, signifiant « âme » en latin. Des expéditions spéciales furent alors envoyées pour découvrir des gisements. Au final, ce sont des milliers de gisements qui sont mis à jour sous la mer. La première machine à utiliser l’énergie des Anima fut un avion, le Flynn Anima, qui vole indéfiniment, grâce à l’énergie illimitée fournie par les Animas. Bientôt, les outils ménagers, les voitures, les ordinateurs, tout fonctionne avec ces énergies illimitées, ramenant l’électricité et les énergies durables au rang d’énergies obsolètes. Etant parfaitement écologique, les nombreux problèmes de la planète sont soignées. Il aura fallut 2025 pour voir apparaître cette époque.
Lorsque les gouvernements finirent par voir les incroyables capacités de ces pierres, ils ont parfaitement remarqué qu’elles pourraient faire fonctionner les meilleurs projets…comme les pires. Ils ont donc lancé des programmes spéciaux destinés à faire signer des traités sur la non-prolifération d’armes, aussi bien nucléaires que d’artillerie afin d’empêcher des organisations terroristes de voler des armes qui nuiraient à la sécurité internationale. C’est ainsi que furent signés les traités Platine, Diamant et Cristal, chacun interdisant la non-prolifération d’un type d’armes (armes à feu, artillerie et nucléaire). Mais hélas, les traités ne sont pas toujours respectés.
Cette énergie est convoitée par un grand industriel américain, Edward Hartfield, dirigeant d’une société militaire privée doublée d’une fabrique d’armes secrète, Noriega. Il décide alors de braver les lois internationales et c’est ainsi qu’en 2045, il crée le terrible Noriega HK-25, tirant des rafales d’énergies destructrices capables de transpercer n’importe quel blindage. Avec ses mercenaires, il décide alors de préparer des coups d’état mondiaux pour prendre la direction de tous les pays, à commencer par les grandes puissances. En 2 ans, il prit la totalité des pays et instaure un état totalitariste unique et mondial. Se croyant invincible, il décide de se faire appeler Kaoma, le Dieu Total et fait bientôt de sa dictature une véritable religion dans laquelle on lui rend un culte. Mais son utopie a évidemment engendré des rebellions, bientôt matés par ses 5 généraux, les Samanes.
Novembre 2054. Devant la montée rapide de son régime, des citoyens ont monté un groupe de révolte pour lutter contre l’utopie d’Hartfield. Ainsi fut fondée Anima Apotria, le seul groupe de résistance contre Hartfield, composé d’intellectuels, de riches industriels et de soldats. Parmi eux, Hakuba Garrafi, ex-soldat de l’armée italienne, né d’un père japonais et d’une mère italienne. Médaillé de nombreuses fois pour actions héroïques, il a rejoint la résistance quand les Samanes ont fait exécuter sa sœur, Priscilla, militante pour la liberté. Malheureusement, les Anima Apotria sont impuissants face aux Noriega HK-25 qui ont décimé de nombreuses troupes. C’est alors qu’ils eurent vent d’un projet complètement fou décidé par Hartfield : créer une machine à remonter le temps pour étendre l’empire du dictateur.
Dans un laboratoire d’Israël, des techniciens sont rassemblés autour d’un énorme globe métallique tandis que des scientifiques surveillent l’état de transformateurs qui brillaient d’une lumière blanche.
-Les transformateurs fonctionnent bien ? demanda alors l’un des scientifiques.
-Ils marchent parfaitement professeur, répondit alors l’un des techniciens. Ils semblent bien supporter les Anima Platina.
-Bien, je vais aller donner un rapport détaillé de notre progression au seigneur Kaoma, reprit le scientifique. Assurez-vous que la machine fonctionne correctement lorsqu’il arrivera.
Et il s’en alla de la salle, pour finalement se diriger, le pas pressé, vers une issue de secours. Il l’ouvrit alors en s’assurant que personne ne le surveillait et entra. Là, des hommes armés de fusils d’assaut semblaient attendre impatiemment quelque chose. Le scientifique se mit alors à chuchoter à l’oreille de l’un d’eux :
-C’est bon, la machine est opérationnelle, dit-il, mais je vous ai pourtant dit de ne pas venir armés. Les Animas Platina sont dangereuses et très instables.
-Simple mesure de précaution, répondit le soldat. Je vous répète que nous ne devons jamais intervenir sans armes, sinon, la mission est un échec assuré. Ne vous inquiétez pas, nous ne tirerons qu’en cas de nécessité absolue.
-Mais il n’y a pas le moindre homme armé ici.
-Vraiment ? Alors qui étaient ces soldats armés de Noriega HK-25 que nous avons rencontré à l’entrée ?
Le, scientifique parut alors stressé, et commença à reculer vers la porte.
-Quels soldats ? Ils n’auraient pas dû être là.
-Ne me mentez pas, dit alors le soldat en braquant son arme sur le scientifique. Vous avez cru nous piéger ?
-Pas du tout, je vous assure.
Le soldat commença alors à armer son arme et à se rapprocher du scientifique.
-Attendez, s’il vous plait, je suis le chef du projet, je suis le seul qui sait comment marche la machine. Si vous me tuez, vous ne pourrez jamais remonter le temps.

Le soldat hésita encore un instant et finit par baisser son arme. Il fit alors signe de suivre le scientifique. Ce dernier les mena alors à la salle ou était entreposée la machine. Lorsqu’ils y arrivèrent, les soldats commencèrent alors à braquer tout le personnel et à leur demander de se mettre à terre. Un ingénieur sortit alors une arme, mais il est vite désarmé par un des soldats. Bientôt, la situation fut alors sous contrôle.
-Vous ne pouvez plus fuir, dit alors un des ingénieurs. Bientôt, des unités d’élite vont venir nous délivrer.
-Nous le savons bien, c’est pourquoi nous devons faire vite. Commencez à démarrer la machine, je vais aller voir les autres.
-Bien sir Hakuba, répondit l’un des soldats.
L’homme qui fut appelé Hakuba était habillé d’une étrange armure en soie qui semblait presque lui coller à la peau, lui assurant des mouvements libres. Mais le plus étrange était son bras gauche, qui semblait être une énorme prothèse mécanique avec une énorme pierre sur le poignet. Les fils qui reliaient les circuits étaient loin de passer inaperçus. Son armure semblait recouverte de morceaux de pierre précieuse qui faisaient briller le corps d’Hakuba. Il portait aussi des mitaines sur lesquelles étaient attachées d’énormes saphirs. Il portait à la ceinture ce qui ressemblait à d’énormes yoyos, équipés de lames qui semblait faite en topaze. Hakuba se dirigea alors vers une salle où étaient rassemblés d’autres soldats qui étaient assis sur des cadavres. Ils portaient d’énormes fusils.
-Vous avez prit leurs Noriega ? demanda Hakuba.
-Nous n’avons pas le choix Hakuba. Nous devons les combattre par leurs propres armes.
-C’est comme cela qu’on commence une guerre.
-Mais c’est la guerre, Hakuba. Que crois-tu que nous faisons en ce moment ? Utiliser leur machine à remonter le temps et prendre les Noriega représente une seule et même chose.
-Mais la machine n’est pas une arme. Ce n’est qu’un témoin impassible de notre guerre. Une arme sert à tuer, la machine est incapable de tuer.
-Cette machine te permettra de commettre un meurtre, ce n’est pas si différent. Nous n’avons pas le choix Hakuba. Si tu échoue, on ne pourra pas gagner sans armes.
Hakuba ne répondit pas et retourna à la salle de la machine. Les techniciens et les scientifiques s’attelaient à allumer la machine et à préparer un voyage à travers le temps.
-Dans combien de temps sera-t-elle prête ? demanda Hakuba.
-Dans dix minutes, dit un technicien. Les Animas Platina doivent d’abord envoyer beaucoup d’énergie à la machine pour permettre d’ouvrir un passage vers votre année.
-Espérons que nous ayons dix minutes.
Soudain, une lumière s’alluma sur un des écrans de contrôle. Un des scientifiques appuya sur un bouton et une voix rauque s’éleva d’un micro.
-Ici Ciel de Kaoma, répondez Terre des Humains.
-C’est Hekler Maggie, un des Samanes, dit un des scientifiques.
-Occupez-le, répondit Hakuba. Assurez-vous au moins de retarder l’arrivée des unités d’élite.
Le scientifique prit alors le micro et commença à parler au Samane.
-Ici Terre des Humains, j’écoute Ciel de Kaoma.
-J’ai envoyé des unités d’élite de manière à venir vous aider. Ils devraient arriver dans cinq minutes. J’espère que la machine est opérationnelle.
-Non, elle ne marche pas pour le moment.
-Ah vraiment. Je regrette d’avoir envoyé des unités d’élite pour entendre ça. Tant pis, j’espère que ces rebelles ne vont pas trop abimer la machine. Au revoir.
Et le voyant s’éteignit.
-Ils ont l’ai très sympathiques ces Samanes, dit un des soldats d’Hakuba.
-Ne m’en parlez pas, ils ne s’intéressent qu’à ce qu’ils peuvent contrôler. Heureusement que j’ai menti sur l’état de la machine, sinon, il aurait précipité l’arrivée des unités.
-Ce n’est pas le sujet ni le moment d’en parler, la machine doit m’envoyer en 2040 dans les plus brefs délais.
-C’est bon, la machine est opérationnelle maintenant, dit un des techniciens.
-Je croyais qu’il lui fallait dix minutes de préparation.
-Oui, mais il faut cinq minutes avant et les cinq dernières minutes permettent de commencer le voyage. Qui doit voyager dans le temps ?
-Moi, répondit Hakuba en se précipitant vers la machine. Il faut se dépêcher.
-Oui, tout de suite, entrez là-dedans.
Hakuba entra alors dans une petite cabine où un siège était prévu pour le voyage. Le technicien activa alors plusieurs ordinateurs et prit Hakuba de s’asseoir. Il s’en alla alors en refermant soigneusement la porte derrière lui. Les scientifiques se mirent alors, à l’extérieur, à actionner les transformateurs et d’énormes tubes mécaniques s’allumèrent. L’énergie nécessaire au voyage dans le temps fut alors envoyée. De nombreuse lumières s’allumèrent et soudain, un énorme flash se dégagea de la machine. Après cette démonstration, un des scientifiques alla regarder dans la cabine. Hakuba avait disparu, emporté par le temps.
-Dites donc, quel flash, dit alors un des soldats.
-C’est bien ce que je craignais en fait, répondit alors le scientifique.
-Pardon ?
-Il a atterrit à la bonne époque, mais je ne sais pas du tout où il est en ce moment.
-Vous voulez dire qu’il peut être n’importe où ?
-Il est dans un endroit aussi étroit que la cabine en fait, comme un placard.
Mais soudain, une unité entra dans la salle. Une fusillade éclata alors entre les Anima Apotria et les unités de Kaoma. Mais bientôt, il ne resta bientôt plus rien des vaillants rebelles.
-Où est-il parti ? demanda alors un des membres de l’unité.
-Il est parti en 2040.
-Vraiment, dit alors un vieil homme à la voix rauque. Voilà qui est intéressant.
Page précédente
Vous lisez :

Les Ames de Pierre

page :

Création du site


Nicolas SORANZO