Présentation du livre

Note : etoilesetoilesetoilesetoilesetoiles

2 commentaire(s)

Chapitre I – Le champion de Mitragues

Séricle s’assit à table à peu près en même temps que ses parents et sa sœur. Les trois personnes l’entourant étaient tout autant désireuses de se rassasier, et chacun prit un grand morceau de pain, lequel constituait la base de l’alimentation chez les gens les moins riches. D’autres aliments étaient disposés ça et là, des céréales, quelques légumes et fruits qui se raréfiaient avec la venue proche de l’hiver, ainsi que des parts de fromage en provenance d’une ferme locale. De fait, il n’y avait aucun morceau de viande puisqu’il s’agissait d’une denrée assez coûteuse pour l’époque. Après avoir scruté les différents mets de la tablée, Séricle observa ses proches : en face de lui se trouvait Madeine, sa sœur. Elle avait un visage plutôt allongé, de longs cheveux d’or, de grands yeux marron, un nez court et légèrement retroussé, ainsi qu’une grande bouche. D’apparence juvénile, on lui aurait donné volontiers dix-sept ans alors qu’elle en avait dix-neuf, mais de l’aveu de son frère, c’était un joli brin de fille. A sa gauche, et par conséquent en bout de table se situait sa mère, Elysia, dont les cheveux noirs et la peau quelque peu hâlée tranchaient grandement avec Madeine. Elysia disposait d’un nez de taille moyenne mais remarquablement droit. Il était difficile de juger de la couleur de ses yeux en amande, mais à la lumière du soleil, il était possible de voir leur vraie nature : l’iris de ses orbites était vert-de-gris, et la
pupille était légèrement entourée par un halo marron clair. Plus encore, les lèvres de cette mère de famille étaient pulpeuses. Assurément, Elysia était encore une très belle femme pour son âge, alors qu’elle avait fêté ses quarante-six ans quelques mois auparavant. Son mari Candème, qui était assis à l’autre bout de table, avait deux ans de plus qu’elle. Certes, ses cheveux châtains foncés, de taille déjà courte, commençaient à se dégarnir sur le dessus et sur le devant du crâne ; pourtant il n’était pas vieux. La rondeur de ses yeux noirs suscitait chez lui la crédulité mais il n’en était rien. Son nez était droit et assez grand, tandis que son visage était charnu, et ses sourcils droits et fournis, ce qui lui donnait l’air d’une personne à qui l’on ne voulait pas se frotter.
- Tu n’as pas faim ? demanda-t-il à Séricle de sa voix calme, remarquant son absence. Pourtant, il y a quand même de quoi manger.
Le jeune homme concerné avait des yeux identiques à ceux de sa mère ; son nez était aussi droit, et même fin ; sa peau était presque aussi hâlée, à croire qu’il avait dû passer de nombreuses heures au soleil pendant son enfance. Il avait une bouche assez fine, des joues creuses, un visage fin et un front un peu fuyant, derrière lequel émanaient ses cheveux mi-longs et bruns. Tout ceci n’avait rien d’anodin, mais tout de même, la ressemblance avec sa mère était frappante, bien qu’il n’ait que vingt ans sur le moment et qu’il fut un homme. Reprenant ses
Page précédente
Vous lisez :

Projet principal : Chapitre 1 - Le champion de Mitragues (version 1)

page :
Page suivante

Création du site


Nicolas SORANZO