Présentation du livre

Note : etoilesetoilesetoilesetoilesetoiles

6 commentaire(s)

Ce matin là au lycée, il régnait une tendre atmosphère. C’était l’un des rares jours où les individus désignés comme « non-sociables » pouvait se balader sans risquer de se faire agresser par quelques camarades en manque de violence. Cela n’était pas du à un traité de paix ou à une quelconque trêve. Il s’agissait tout juste de la météo qui était ce jour la clémente envers les habitants de Little Wister.
Le beau temps poussait bien certains à se lancer de grands défis ! Ce jour là, Nyson était plus décidé que jamais à faire le premier grand pas de sa vie sentimentale. Tel un grand chef indien, il rapporterait son gibier à sa tribu, prouvant ainsi tout son courage et sa bravoure. Oui car ce gibier là, beaucoup l’avaient traqué mais ne lui était jamais arrivé à bout. Mais ne dit-on pas que « Qui ne tente rien n’a rien » ? Nyson, se dirigea donc vers sa cible, pas après pas, évitant tout mouvement brusque qui pourrait effrayer sa proie. Il venait à l’instant d’atteindre sa destination :
-Salut les filles !
XX et Mika papotaient tranquillement de tout et de rien quand elles entendirent ce terrible bourdonnement qui interrompit leur conversation. Mika se tut. Mais XX, indifférente, entama un monologue.
-XX je pourrais te parler ?
XX se retourna et d’un mouvement vif, sa chevelure d’un noir éclatant, balaya le visage enfantin de Nyson. :
-Vas-y !
Nyson sembla surpris par cette réaction. Il précisa, en jetant un coup d’œil vers Mika :
-En privé si possible...
Nyson se crut passer aux rayons X quand de son regard redoutable XX le dévisagea.
-On est déjà en privé. Ecoute, si tu as l’intention de proférer une absurdité, tu as toujours la possibilité de te rétracter. OK ? Sinon, grouille, tu pollues mon champ de vision !
C’est dans ces instants là que l’on identifie facilement les êtres courageux, ici on parlera surtout de témérité ! Oui car les dernières paroles de XX n’avaient nullement effrayé notre cher Nyson. Au contraire, ce dernier semblait comme bousté, du fait que XX se donne autant de mal à l’asséner de méchancetés.
-Ca ne te dérangerait pas d’aller au Ceasar’s avec moi cet aprèm... histoire de se manger une petite pizza ?
Le ton était peut être un peu hésitant mais l’essentiel y était. Le plus important demeurait désormais dans la réaction du camp adverse. Pendant un instant, Nyson eut une lueur d’espoir : Le visage de XX s’éclairait dans un sourire. Puis soudain, un air de dégoût s’en suivit.
-Oh ! Nyson ! Rassure-moi ! Tu ne veux quand même pas m’inviter à sortir avec toi ?
Celui-ci marmonna quelque chose d’incompréhensible puis demanda bêtement avec un sourire raté:
-T’aime.. pas les pizzas... ?
-De ton genre ? C’est une question rhétorique je suppose !
Page précédente
Vous lisez :

Lovebelt n°1

page :
Page suivante

Création du site


Nicolas SORANZO