Présentation du livre

Note : etoilesetoilesetoilesetoilesetoiles

1 commentaire(s)

Prologue :

Hiver 1750

Mc Gregor était assis là , au fond du bar.
« C’est toujours pareil » pensa le serveur.
En effet , le vieux loup de mer ne changeait pas ses habitudes , depuis vingt ans qu’il avait arrêté de naviguer il ne cessait de venir traîner ses sombres pensées dans le bar.
A chaque fois, il demandait un Bloody Mary , il le buvait cul sec, puis commençait à balbutier des paroles incompréhensibles dans sa barbe en jetant un regard noir autour de lui . Même le patron du bar , Jack , n’osait croiser ses yeux.
Pour celui-ci , Mc Gregor n’était qu’un vieux marin qui n’avait jamais cesser de vivre dans le passé et qui avait passer sa vie sur les flots en quête dont il ne savait quoi .
Le vieillard lui donnait parfois pitié : « Etre tout seul à près de quatre-vingts ans , ça ne doit pas être facile ! » pensa Jack.
Au final , il se dit que les vieux loups de mer étaient peut-être condamné à errer solitaire dans la folie.

Aujourd’hui, pour la première fois , Mc Gregor n’avait pas pris de Bloody Mary , ce qui surpris le serveur qui ravala ses pensées .
« Un whisky, s’vous plait ! » marmonna-t-il
Tout en sirotant , lentement son whisky , Mc Gregor pensait .
Il pensait à ce jour où pour la première fois il les avait rencontré , « Foutus pirates » pensa-t-il
Puis il détourna la tête de sa boisson et recommença à balbutier avec toujours ce regard noir qu’il lançait autour de lui.
« Il doit être fou » pensa le jeune serveur .
A cet instant , alors que celui-ci nettoyait quelques verres derrière le bar , Jack se figea.
Le vieux le fixait, à l’autre bout du bar ; Jack s’approcha de lui et se mit en face de son visage renfrogné. Alors ,Jack entendit.
Le vieillard ne ruminait pas des paroles incompréhensibles dans sa barbe mais chantait.
Mc Gregor n’était pas fou , pire encore, toute une haine profonde l’habitait , une haine non-assouvit qui était restée trop longtemps enfouies, une genre de frustration malveillante qui était en train de le ronger petit à petit.
Soudain , Mc Gregor sourit , découvrant une gencive où seules , deux dents en or trônaient.
Jack prit peur , la ballade que le vieillard chantait , résonnait dans sa tête .
Et Jack comprit, il comprit quel maladie avait envahi ce marin , une maladie que seul lui même pouvait guérir , une maladie qui pouvait le rendre fou et aigri de la vie .
C’était même une addiction , un besoin qu’il devait assouvir et qui grandissait chaque jours .
Une soif , une soif de vaincre , une soif de vengeance.
Page précédente
Vous lisez :

Le vent s'essouffle

page :
Page suivante

Création du site


Nicolas SORANZO