Présentation du livre

Note : etoilesetoilesetoilesetoilesetoiles

1 commentaire(s)

Le Flambeau de Vérité


Chapitre 5 - L’insécurité
jaillissante




Il faisait sombre. Aucune torche n’éclairait les lieux, aucune fenêtre ne devait être présente ; aucune lumière, fut-elle magique et stagnante, ne pouvait faire part de ce qu’il se passait. Mais encore une fois, lorsque la vue est inutile, seuls les sons peuvent apporter quelque chose, même rien qu’une maigre information. Et ce qui se tramait ne présageait rien de bon.
- Tu vas me dire ce que tu sais, imbécile ? fit un être d’une voix éclatante de colère.
- Je ne sais rien ! protesta l’autre d’une voix en pleurs. Laissez-moi partir ! Tout ce que je sais, c’est qu’il n’est pas comme les autres !
- Tu ne fais rien que confirmer ce que je sais déjà, reprit le premier en baissant le ton de sa voix. Tu es sûr que tu ne peux rien m’apprendre sur sa puissance ?
- Non… avoua le second. Je n’en sais absolument rien. J’ai vu son aura, il était entouré de ténèbres ; il a dû lui arriver un drame.
- Ça aussi, je le sais déjà. Tu ne fais pas avancer les choses…
- S’il vous plaît, l’implora le captif en gémissant, libérez-moi ! Je ne veux pas mourir maintenant !
- Chaque chose en son temps, fit l’interrogateur.
Ce dernier sembla réfléchir longuement, avant de reprendre d’une voix plus discrète :
- Puisqu’il a résisté à mon disciple – pourtant puissant – je vais tenter une autre approche…
il doit réussir ou abandonner. Du moment que mes servantes s’occupent efficacement de la tâche et qu’il ne se passe rien entre elles et cet intriguant humain, tout va pour le mieux. (puis, d’une voix qui semblait dirigée vers le prisonnier) Estime-toi heureux que je ne t’ôte pas la vie ; cela ferait trop de bruits qui courent. En revanche, tu vas rester sagement ici, comme un fidèle chien de garde.
L’inquisiteur sembla se préparer à quitter la pièce, jus-te avant de conclure :
- Pendant que ton sang abreuvera les cadavres !

***

La cloche de la tour de l’académie d’Aiglerine retentit de nombreuses fois, signalant à tout le monde la reprise des cours. Pratiquement tous les élèves s’étaient mis à rentrer dans les bâtiments, tandis que quelques personnes restaient dehors, y compris Séricle. Ce dernier s’approcha de la personne que les deux étudiants lui avaient indiqué ; Bival Sollumière. Celui-ci avait des cheveux dorés, et son visage, teinté de jaune, semblait lui aussi refléter l’or ; il était comparable à un soleil éclatant de beauté et de gloire, et pour renforcer ce trait, il était vêtu d’une longue robe de la même couleur qui semblait si caractéristique de sa personnalité ; il ressemblait ainsi à un noble dont les seules passions étaient l’argent et sa majestueuse personne. À croire qu’il appartenait à cette classe sociale.
L’étudiant magicien parlait avec une humaine relativement belle, et Séricle s’incrusta au beau milieu
Page précédente
Vous lisez :

Le Flambeau de Vérité - Chapitre 5 - L'insécurité jaillissante

page :
Page suivante

Création du site


Nicolas SORANZO