Présentation du livre

Note : etoilesetoilesetoilesetoilesetoiles

1 commentaire(s)

Le Flambeau de Vérité


Chapitre 4 - L’académie d’Aiglerine




La porte de pierre venait immédiatement de se refermer derrière lui. Le couloir qu’il traversait dans sa course était facilement large de dix pieds ; deux personnes marchant de front pouvaient aisément y circuler. En revanche, le seul point négatif était la longueur du mur : inconnue, elle semblait infinie. Des torches, placées sur des porte-torches eux-mêmes fixés au mur, éclairaient le grand corridor de briques rouges.
« Le couloir de l’immensité ». Si l’on devait le nommer, ce serait ainsi qu’on le ferait. En ce moment, Séricle se posait la question suivante : « Qui donc a bien pu construire ce genre d’installation ? Et dans quel but ? La salle du Destin a-t-elle besoin d’être cachée dans un tel endroit pour être inaccessible à la plupart des gens ? Cette même salle, a-t-elle seulement besoin d’être cachée ? »
Le temps n’était pas aux questions. Il fallait trouver la sortie, et ce, le plus rapidement possible. Enfin, c’était plus facile à dire qu‘à faire. L’infiniment grand était tracé devant lui et commençait à l'énerver. Il fallait de la patience; certes, il en avait, mais pas pour très longtemps. Le fait de voir toujours les mêmes choses, les mêmes briques, les mêmes torches, la même noirceur au fond du couloir; à force, c’était exaspérant. Il y avait de l’ordre, de la régularité, là où il se trouvait. Un peu trop même. Quelques grains de fantaisie n’ont jamais fait de
mal à personne ! Si un jour je rencontre les architectes qui ont organisé cet endroit, je jure que je leur dirai clairement ce que je pense ! Mais c’était inutile, car le décor paraissait figé pour l’éternité. Sans compter que lesdits architectes étaient sans aucun doute décédés à l'heure actuelle.

L’ennui sembla s’évaporer au moment où l’adolescent s’arrêta à un carrefour. À cet endroit débouchait une voie perpendiculaire à celle d’où il venait. Ainsi, n’importe quelle personne qui se serait trouvé à la place de l’adolescent aurait eu le choix de tourner à gauche ou de tourner à droite. Après réflexion rapide, convenant qu’aucune des deux voies n’avait d’importance – et qu’au bout du compte, elles devaient toutes les deux mener en-dehors des souterrains – l’humain se résolut à prendre le chemin de droite.
Environ trente pieds plus loin, il dut à nouveau effectuer un choix. La voie qu’il avait nouvellement empruntée présentait une opportunité sur sa gauche, et dès lors il commença à retrouver son scepticisme si naturel. Il choisit de suivre ce nouveau chemin, ressentant un pressentiment qui ne tarda pas à s’annoncer. Car après avoir avancé de quelques cent-trente pieds, le couloir tournait à gauche ; et un peu moins de cent pieds plus tard, une nouvelle voie se présentait à lui, encore sur sa gauche, tandis que le chemin qu’il empruntait se poursuivait loin devant. Séricle tourna donc une troisième fois à gauche. La portion de souterrain qu’il traversait devait mesurer environ cent-trente pieds, tout comme celle qu’il avait parcourue quelques
Page précédente
Vous lisez :

Le Flambeau de Vérité - Chapitre 4 - L'académie d'Aiglerine

page :
Page suivante

Création du site


Nicolas SORANZO