Présentation du livre

Note : aucune

3 commentaire(s)

CHAPITRE I: de Revel à Paris

Revel,1er janvier 2009 8h

Je me trouve actuellement à Revel près de Toulouse avec un grand sac à dos équipé de quelques vêtements ainsi que d'une lampe de poche, une carte du monde et d'un billet de 50€ qui me servira tout au long de ce périple.
Ce voyage durera 50 jours si cela se passe bien comme prévu.
Je ne dois pas utiliser plus de 1 euro par jour pour être dans le budget adéquat.
Mes seuls moyen de locomotions seront les voitures , les vélos et les auto-bus.
Je ne ferai que du stop gratuit.
Je passerai par plusieurs pays avant d'arriver à ma destination finale.

Je sorti la carte de mon sac, ce fût la première fois que je l'ouvrais.
J'étais assez angoissé à l'idée de commencer ce dur voyage.

Je me suis avancé au bord de la route principale pour trouver pleins de voitures assez puissantes de préference.
Lorsque je commençais mon auto-stop un gros 4x4 passait devant moi alors je me suis dis que c'était la voiture qu'il me fallait.
Je n'ai pas réléchi une seconde, j'ai tendu mon bras vers elle et je lui ai fait signe de s'arrêter.
Elle à fait 50 mêtres puis soudain l'innatendu se produit; elle s'arrête.
J'étais très content car ça commençais bien pour le premier jour.
La personne ouvrit la fenêtre puis Je lui dit
<< Bonjour, je vais en direction de Toulouse.
Pouvez vous m'y conduire ? >>
La personne était une femme et m'a tout de suite répondu oui car c'était dans sa direction puisqu'elle allait chez sa fille qui vivait là bas.
Je l'ai remercié sans attendre.
On a commençé la route et cette femme m'a vraiment surpris car elle roulait à une allure impressionnante.
Je lui ai dit à cette allure ci ce soir je serai facilement à Paris voir plus loin.
45 minutes plus tard nous sommes arrivés à destination.
Je l'ai remercié puis j'ai continué ma route pour arriver au moins à Paris avant la tombée de la nuit pour trouver une famille qui peut me loger jusqu'au lendemain matin.
Je me suis mis sur le bord de la route en direction de Limoges.
C'était une route principale ou il y avait un bouchon donc j'en ai profité pour demander à toutes les voitures qu'il y avait.
Pendant près de 30 minutes je multipliais les réponses négatives mais il ne faut pas que je me
Page précédente
Vous lisez :

fû ô liang à Pékin

page :
Page suivante

Création du site


Nicolas SORANZO