Présentation du livre

Note : etoilesetoilesetoilesetoilesetoiles

3 commentaire(s)

10 Juillet 2015



-On tiendra ensemble jusqu’au bout, ok ? On ne doit pas se lâcher. On doit être les seules au courant de notre secret. Personne ne doit savoir, d’accord ? On se partagera l’argent. Ils n’en reviendront pas !
-D’accord. je dis en tentant un sourire maladroit.
-On se revoit demain. Bonne nuit, Simon.
Elle avait ri en prononçant mon nom, ou plutôt le nom que l’on m’avait attribué au début de l’aventure. Je la vis partir en courant en faisant de grands signes que lui rendis sans y faire vraiment attention.
Une fois seule, je m‘assis dans le sable, mes jambes repliées contre ma poitrine et mes bras les entourant, fixant la mer sans vraiment la regarder, perdue dans mes pensées. Je soupirai. Pourquoi avais-je donc accepté de participer à cette aventure ridicule ?
Je baissai les yeux et soupirai à nouveau. Que n’aurais-je pas donné pour pouvoir rentrer chez moi…
26 Juin 2015


26 juin. Fin des cours. Début des vacances. Jour providentiel pour tous les élèves.
Je fermai la porte de ma chambre derrière moi en soupirant. Et une année de plus. Encore un an, puis il faudrait aller à l’université.
Je souris béatement en pensant à toutes les choses que pourrais faire durant
ces vacances.
Je me laissai tomber sur mon lit.
Qui aurait pu, à cet instant précis, dire qu’un ouragan allait purement et simplement balayer mes vacances ?
J’ouvris mon agenda.
Rien pour la semaine prochaine.
Rien signifiait dormir.
Et dormir signifiait bien sur passer la journée en pyjama.
Je me réjouissais déjà.
Un hurlement me fit sursauter.
-Linda !!!
Je soupirai. C’était ma sœur, Manon.
J’avais 17 ans. Elle 15. Deux ans d’écart. Et tant de différences. J’avais les cheveux brun bitume, les siens étaient blonds platine. Les yeux d’un brun tellement foncé qu’on aurait pu croire qu’ils étaient noirs pour moi, des yeux bleus ciel pour elle. J’étais plutôt petite, elle faisait une demi-tête de plus que moi. Mon visage était plutôt rond, le sien lui avait valu le surnom « tête d’œuf » en CP. Des pieds à la tête, nous étions l’opposé l’une de l’autre. Personne n’aurait pu dire que nous étions sœurs. Même nos caractères étaient contraires. J’étais plutôt calme, elle s’énervait pour un rien. J’étais paresseuse, elle travaillait beaucoup. Je n’avais jamais eu de relation amoureuse, elle attirait les garçons comme un aimant. Elle aimait d’ailleurs se moquer de moi sur ce point et croyait bon de me donner des conseils. Un autre point sur lequel différions était l’humilité. Non pas que j’étais toujours humble, mais Manon était vantarde comme nulle autre. Et elle ne supportait pas qu’on la rabaisse.
Bref.
Deux personnalités totalement différentes donc.
A entendre Manon hurler dans le hall d’entrée, quelque chose devait l’avoir énervée. Mais vraiment bien énervée.
J’expirai et attendis que ma porte s’ouvre et que ma sœur fasse irruption dans ma chambre. Je n’eus pas à attendre longtemps.
-T’es dégueulasse, Linda ! Pourquoi tu m’as rien dit ?!
-Mais de quoi tu parles ?
-Mais oui, fais genre t’es pas au courant ! Toujours à jouer ta petite sainte Nitouche, puis tu poignardes ta propre sœur dans le dos !
-Non mais franchement Manon, je ne comprends pas de quoi tu parles. Sérieux. Explique !
-Et ça, ça ne te dit rien peut-être ?
Elle jeta une enveloppe ouverte sur le lit.
Mon nom était inscrit dessus.
Je ne fis aucun commentaire sur le fait que ma sœur avait ouvert une enveloppe dont j’étais clairement la seule et unique destinataire et fis glisser dans ma main le contenu.
C’était une lettre.
Je lis, les sourcils froncés :

« Chère mademoiselle Martinez,

Nous vous annonçons par la présente que vous avez gagné le concours du magazine Ikemen Boys n°50. Veuillez vous rendre sur notre site et confirmer la réception en inscrivant le code suivant dans la section « concours » de notre site internet (www.ikemenboys.fr) : JD45FZ7MA346P
Quelqu’un prendra contact avec vous dans les jours qui suivront la confirmation de réception.
Si cette lettre n’est pas arrivée au bon destinataire, veuillez la renvoyer à l’expéditeur.
Tous les frais seront pris en charge par le magazine Ikemen Boys(1).
Avec toutes nos félicitations,
Serge Lerouge, rédacteur-en-chef de Ikemen Boys. »
Ikemen Boys.
N’étais-ce pas le magazine dans lequel ma sœur investissait tout son argent de poche ?
Je commençais lentement à comprendre la colère de Manon.
-Ca doit être une erreur. dis-je en tendant la lettre à ma sœur. Ils ont du se tromper dans le nom. Je n’ai pas participé à ce concours. C’est quoi déjà ? J’ai « gagné »quoi ? demandai-je en mimant les guillemets avec mes doigts.
-J’en sais rien.
-Comment ça t’en sais rien ? Tu dois quand même savoir, tu passes des heures à lire ce magazine !
-Si je te dis que je ne sais pas, c’est que je ne sais pas ! s’emporta-t-elle. En fait, reprit-elle d’un ton plus mesuré, c’est sensé être une surprise. Ils donnent juste un indice. Et là c’était « vacances à la plage ». Et ils ont précisé que ça serait quelque chose de vraiment spécial pour le 50ème numéro. Mais je n’ai aucune idée de ce que c’est. Je participe chaque mois.
-Mais...j’intervins d’un coup, je ne comprends pas comment ils pourraient être au courant de mon nom.
Manon haussa les épaules.
-Chai pas. Demande à maman.
-A maman ? Pourquoi ?
-C’est elle qui envoie toujours ma participation...marmonna-t-elle.
-Quoi ?! Tu rigoles là ?! Hé, Manon, t’as quel âge ? Faire ça à 7 ans, ok, mais là...tu ne peux t’en prendre qu’à toi-même !
-Mais... !
-Toute façon, je ne vois pas pourquoi tu râles encore, quoi que ça puisse bien être, je te le donnerai, ce cadeau !
-Mouais...
Manon me prit la lettre des mains et sortit de ma chambre en claquant la porte, sans oublier de me tirer la langue.
Faute de pouvoir s’énerver contre moi à cause de mon manque de répartie, elle était allée chercher un adversaire à sa hauteur : maman.
Ca allait crier.
Je m’allongeai sur mon lit, pensive. Maman avait toujours été un peu tête-en-l’air, mais de là à confondre le nom de ses filles...
Ma bonne humeur était partie, balayée par la colère de ma sœur.
Je n’avais encore rien vu.

(1) prononcer "Ikémèn"
Page précédente
Vous lisez :

Un mois au paradis

page :
Page suivante

Création du site


Nicolas SORANZO