Présentation du livre

Note : etoilesetoilesetoilesetoilesetoiles

6 commentaire(s)

Une étudiante sexy et coquine folle de sexe.
Marie-Charlotte entame sa deuxième année en fac de droit cette année. Fille, petite fille et arrière petite fille d'avocat, elle ne peut déroger à la tradition familiale, malgré une motivation peu présente. Marie-Charlotte sait qu'elle ne peut décevoir sa famille. Malgré tout, elle tient à son indépendance et à sa liberté. Installée dans un studio parisien à deux pas de la fac, Marie-Charlotte ne rate aucune occasion de faire la fête... à sa façon. C'est une très jolie jeune femme de tout juste 20 ans. Grande, mince et de longs cheveux bruns légèrement ondulés, il n'en faut pas plus pour faire craquer les beaux étudiants de la fac. Il faut dire que Marie-Charlotte est particulièrement chaude et ne refuse jamais les nouvelles expériences.

Malgré une relation plus ou moins suivie avec un étudiant en médecine, Marie-Charlotte reçoit régulièrement dans son studio de beaux étudiants avec lesquels elle passe du bon temps. Ce soir là, c'est Marc-Antoine qui va succomber à ses charmes. Elle l'attend pour 21 heures et a bien l'intention de s'amuser.

Le jeune homme arrive, s'installe confortablement sur le canapé du salon et partage un apéritif plutôt bien arrosé avec Marie-Charlotte. Petits-fours, canapés et autres amuses-bouches viennent éponger l'alcool absorbé par les jeunes étudiants. Marie-Charlotte commence à être passablement éméchée et se met à se dandiner au rythme de la musique.

La jeune étudiante se trémousse langoureusement en dégrafant son petit chemisier blanc très cintré. Elle le retire lentement, laissant découvrir un magnifique soutien-gorge en dentelle blanche. Ses gros seins ronds et fermes ne demandent qu'à être libérés. Marie-Charlotte continue son strip-tease et laisse glisser lentement sa petite jupette noire le long de ses cuisses. D'un mouvement rapidement elle lance la jupe descendue sur ses bottes sur le visage de Marc-Antoine. Puis elle retire ses bottes en se retournant. Son petit cul rond et ferme ne tarde pas à faire bander le jeune étudiant. Puis Marie-Charlotte retire son string en prenant soin de ne pas retirer son porte-jarretelles. Le jeune homme n'en peut plus ! Il la bascule sur le canapé, lui écarte les cuisses et se met à lui dévorer goulûment son petit sexe. Puis il glisse deux doigts dans sa fente tout en continuant à lui lécher le bouton. Marie-Charlotte se cambre, gémit. Elle retire son soutien-gorge et commence à se caresser les seins. Le jeune homme ne peut résister à une telle paire de seins ! Il remonte le long de son ventre en la léchant, puis agrippe fermement ses gros seins et se met à les malaxer fermement. Puis il passe sa longue sur ses tétons déjà bien durs. La jeune étudiante respire de plus en plus fort. Le plaisir monte. Marc-Antoine se met à lui bouffer les seins sévèrement tout en lui fouillant la chatte avec plusieurs doigts. Marie-Charlotte se trémousse de plus en plus en gémissant de plus en plus fort. Elle est au bord de l'orgasme mais ne veut pas jouir maintenant !

Elle se redresse brusquement. Le jeune homme descend son pantalon, retire son t-shirt, puis son boxer, laissant découvrir une énorme bite digne d'un black particulièrement bien montée ! Marie-Charlotte, surprise par cette découverte, le félicite puis se précipite sur cette énorme engin et se met à le branler. Le jeune étudiant se cale dans le sofa et laisse la jeune garce le caresser. Elle le branle d'une main tout en lui caressant les couilles de l'autre. Marc-Antoine est dur, très dur. La jeune salope empoigne fermement son énorme braquemart et se met à lui lécher le gland goulûment. Puis elle enfonce sa belle bite dans sa bouche. Les va-et-vient se font se plus en plus régulier. Marie-Charlotte s'arrête brutalement, puis se met à lécher la verge tout du long. Elle lui lèche les couilles, remonte ensuite le long de son gros engin puis aspire son gland. Elle engloutie la belle queue toute entière dans sa bouche et lui fait une superbe gorge profonde. Le jeune étudiant est fou de désir ! Il bande comme un fou.

Marie-Charlotte se met alors à lui branler la queue entre ses gros seins tout en léchant son gland à chaque passage. Puis elle lui grimpe dessus, s'empale profondément sur son gros engin très dur et se met à le chevaucher comme une chienne en chaleur. A chaque mouvement, les gros seins de Marie-Charlotte ballotte sous le nez du jeune étudiant qui en profite pour lui lécher les tétons au passage. La jeune garce est trempée ! Elle pousse de petits cris de plaisir stridents tout en continuant à le chevaucher frénétiquement.

Puis elle se retire, lui lèche à nouveau la queue et lui dit « encule-moi ! ». Le jeune étudiant surpris mais ravi la retourne. Marie-Charlotte s'agenouille sur le sofa en prenant appuie sur le dossier. Marc-Antoine commence par lui lécher le trou du cul, puis lui enfonce un doigt dans son petit trou. La garce lui dit alors « défonce-moi ! ».

Marc-Antoine savait que Marie-Charlotte était une véritable garce avide de sexe mais ne s'attendait pas à une partie de baise aussi débridée ! Ravi, il empoigne sa grosse queue et lui enfile brutalement dans le trou du cul. La jeune salope se met alors à gémir comme une truie en chaleur. Le jeune étudiant lui ramone la rondelle à grands coups de bite. Plus sa grosse queue défonce le fion de la jeune salope, plus elle gémit bruyamment.

Marie-Charlotte ne tarde pas à jouir comme une truie ! Mais la garce en veut encore ! Elle empoigne la grosse queue tout juste sortie de son cul et se met à le pomper fermement. Marc-Antoine sent qu'il ne va pas tarder à lâcher la purée. Par courtoisie, il prévient la jeune garce qui n'hésite pas à lui dire « jouis dans ma bouche ! » Marc-Antoine qui n'osait pas rêver d'une telle partie de baise, finit par vider tout son foutre dans la bouche de cette chienne en chaleur qui avale goulûment jusqu'à la dernière goutte !

Marie-Charlotte, lui propose alors de rester pour la nuit. Sans se faire prier, le jeune étudiant accepte en lui roulant une pèle. La jeune étudiante, ravie de sa soirée, compte bien très vite remettre ça avec ce superbe étalon !








La première sodomie de Ecile

Je finis mon dîner et rejoins Cécile dans la cuisine. Elle mange d’habitude plus vite que moi et s’en va faire la vaisselle dans la cuisine, pour que tout soit prêt avant de nous coucher.

Je la prends dans mes bras, par derrière, pendant qu’elle essuie les verres. Elle est très chatouilleuse et laisse tomber une coupe à vin qui s’écrase par terre.

Elle rougit. Je l’embrasse sur la nuque et cela la fait rire. Je lui donne de petits bisous sur les épaules et sur les joues, pendant qu’elle finit d’essuyer les couverts.

Ses petites fesses bombées frôlent mon entrejambe et me font bander grave. Je laisse sortir ma bite et baisse son pantalon, pour l’enfiler entre ses fesses toutes trempées de sueur.

Cécile laisse échapper un soupir et me prie de continuer. Je glisse ma bite entre ses cuisses, bien au fond et la cochonne se plaît à serrer fort ses jambes pour m’exciter.

Je suis vraiment très chaud. Ma copine appuie ses mains sur le plan de travail pour mieux se pencher en avant.

Je baisse encore plus son pantalon et, entre ses fesses rebondies, je peux voir un bout de sa foune, toute dégoulinante de mouille.

-”Vas-y Alex, ce soir je veux essayer…”

-”Tu es sure? “

-”Oui, vas-y”

Je lubrifie ma bite avec un peu de salive et, écartant ses fesses, j’enfonce ma verge dans son trou du cul, très lentement.

Son cul serré s’ouvre très lentement. Je me rends compte qu’elle aime ça car elle ne se plaint que très peu.

Je continue jusqu’à ce que mes couilles tapent sur ses fesses. Là je m’arrête un instant, pour que son cul s’habitue à la sensation d’être rempli. Je ne veux pas la brusquer, bien au contraire, je voudrais que ma femme devienne une vraie accro à la sodomie.

Contre toute attente, Cécile commence à bouger et me prie de rester immobile. Je lui obéis, pendant que ma jolie femme s’enfourche elle-même sur ma bite, raide comme un pieu.

Ça bande très dur mais la cochonne ne semble pas s’en rendre compte. Elle bouge d’avant en arrière comme si ma bite ne lui faisait aucun mal. Je suis surpris et très heureux en même temps.

-”Fonce, plus fort, plus fort…”

Je n’ai pas le temps de traîner dans mes pensées car Cécile m’oblige à la sodomiser très fort.

Mes fluides sortent abondamment et lubrifient son cul, que je viens de dilater assez pour que la pénétration soit très facile.

-”Ouiiiiiiiiiiiiii, Aleeeeeeeeeeeeeeeeeeex, vas-y, baise, baise, baaaaaaaaaaaise”

Mon adrénaline est au top. J’éjacule quelques gouttes de sperme, sans atteindre l’orgasme, qui m’aident à lubrifier encore plus son petit trou. Cela m’arrive très souvent et Cécile adore avaler mes fluides.

Pendant que je la sodomise à la sauvage, ma compagne enlève son t-shirt et je profite pour masser ses nichons magnifiques, durcis à cause de l’excitation.

Elle est très chaude et la sueur coule sur tout son corps. J’adore qu’elle se lâche comme ça et, complètement hors de moi, je retire ma bite de son cul pour l’enfoncer dans sa chatte, toute inondée de mouille.

-”Ahhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhh”

Cela lui procure un immense plaisir et la coquine se penche encore plus en avant pour que la pénétration soit plus profonde. Je suis vraiment aux anges et ferme mes yeux pour rêver.

Mais Cécile me prie soudain de la sodomiser jusqu’à l’orgasme. C’est confirmé, elle est folle de sodomie ce soir.

J’écarte ses fesses de nouveau, et reste un moment abasourdi, devant son trou du cul, si dilaté que j’y glisse mon dard, d’un seul coup, sans la moindre plainte de sa part.

Cette sodomie improvisée m’a rendu fou et je me sens très proche de l’orgasme.
Cécile me devance, en jouissant très bruyamment, au milieu de secousses très violentes, comme jamais avant.
Les muscles de son anus se contractent si fort autour de ma bite que je ne tarde pas à jouir, en inondant son petit trou, de foutre chaud et coulant.









Première baise à 3 pour Julie..
Pour cette aprèm la belle Julie a mis son plus beau string, et une jupe très courte. Elle porte aussi un petit chemisier qui laisse entrevoir ses seins, mais aucun soutif ! Fin prête à s’offrir une aprèm de sexe à 3, elle attend que son homme et son pote rentre pour la baiser.
Quand ils rentrent, elle descend les accueillir, et le fait monter dans sa chambre. Son homme commence à lui manger le coup, pendant que son pote glisse sa main sous le chemisier de la belle Julie. Tout doucement, il attrape ses seins, et les pince, les pelote dans tous les ses, et fini par lui ouvrir entièrement le chemisier.
Son mec prend le sein gauche, son pote le droit, et tout les 2 lui dévore le seins. Elle est tellement excitée que du lait sort de ses gros seins déjà bien dur. Elle arrache le haut des mecs, et lèche leurs tétons à tour de rôle. Quand elle lèche son homme, elle caresse le corps de son pote, et vise versa.
Tout les 2 pousses la princesse vers le bas, et elle comprend très vite ce qu’ils veulent. Elle dégrafe tout doucement le pantalon des mecs, et tomber par la même occasion leur caleçon. Elle s’occupe des 2 queues en même temps, en commençant par sucer son mec, et branler son pote.
Elle avale à pleine bouche la queue de son homme, tout en branlant tendrement la queue de son pote. Elle alterne, et se met alors à sucer la queue de son pote. Pendant plus de 5 min, ils ont droit à une pipe inoubliable avec cette petite coquine affamée de sexe.
Ils finissent par la déshabiller, et il l’installe sur une petite table basse. Assise les cuisses écartées, elle regarde son homme se mettre à genoux pour lui manger la chatte, pendant qu’elle s’occupe de la queue de son pote.
Elle le branle, et lui pompe la queue, pendant que son homme lui lécher la chatte de haut en bas, en stimulant son clitoris. Elle gémit tout en pompant, et continue d’offrir du plaisir à son pote. Ils changent ensuite de rôle, et c’est son pote qui lui dévore la chatte.
Il fini par arrêter, et se met un préservatif, en regardant cette coquine avaler à pleine bouche la queue de son homme. Pendant qu’elle le pompe, il s’approche d’elle à genoux, et lui enfonce sa queue. Elle sent la queue entrer au plus profond d’elle, et commence à gémir à mort, en continuant de sucer le plus possible la queue de son homme.
Elle lui lèche la queue, le branle, et le sucer en le regardant d’un air coquin, pendant que l’autre lui baise la chatte, en pelotant ses seins dans tous les sens. Ils vont ensuite l’emmener sur le lit, pour pouvoir mieux la baiser.
Son homme se met sur elle, en position du missionnaire, et se met à la baiser, pendant que son pote s’installe à genoux devant elle, et la laisse lui sucer la queue.
La bouche et la chatte occupées, elle hurle de plaisir au rythme des va-et-vient que fait son homme en elle. Son pote est le premier à craquer.. Julie est une merveilleuse suceuse, et il ne peut résister longtemps à l’assaut de la bouche de Julie sur sa queue !
Son pote ne prévient pas de la jouissance, et Julie est très surprise de recevoir cette foudre en pleine bouche, mais agréablement surprise ! Elle continue de lui limer la queue de long en large, pendant que son mec lui ratisse la chatte de haut en bas.
Le plaisir devient de plus en plus intense, et son homme accélère la cadence.. Très vite elle sent qu’elle va jouir et fait signe à son homme que ça monte ! Il arrête instantanément de la baiser, sort sa queue, et quelques secondes après, il est devant sa chatte à la branler à mort.. Elle hurle de plaisir, se tortille dans tous les sens, et fini par éjaculer à mort !
Son homme lèche quelques secondes sa chatte, avant de lui enfoncer de nouveau sa queue dans la chatte. Il la baise à un rythme effréné, et fini par ne plus en pouvoir. Il a tout juste le temps de sortir sa queue, et se branler quelques secondes que ça queue explose littéralement. Julie se reçoit des litres de sperme de son homme, sur la chatte, le ventre, les seins, et même jusqu’à la bouche.
Couverte de sperme, elle est également exténuée, et reste étendu la pour un repos bien mérité..

Magali se laisse sodomiser a fond .

Il fait chaud ce soir, et la sueur couvre mon corps, sous les draps. J’essaye de m’en débarrasser mais Jérôme m’en empêche, en me couvrant de nouveau.

On est censés dormir mais on ne dort pas. Demain nous devons nous lever tôt et c’est bien pour ça qu’on est couchés à vingt deux heures. C’est rare qu’on le fasse.

Pour ne pas me laisser distraire par les mouvements de mon petit-ami, qui ne peut pas rester coi, je lui tourne le dos en essayant de fermer les yeux.

Je me concentre sur un point imaginaire, dans le noir, pour appeler le sommeil. Quand je suis sur le point d’y arriver, je sens une main qui explore mes cuisses, par derrière.

Puis, un corps lourd et poilu se plaque contre le mien. La chaleur que dégage mon copain me surchauffe. Je pousse les draps et il les remets à leur place.

-J’ai chaud!

-Moi aussi… me dit-il en s’approchant encore plus pour que je sente quelque chose palpiter juste au dessous de mes fesses.

Il ne me laisse pas le temprs de refuser et, en sortant sa bite, la laisse glisser entre mes cuisses en sorte que le bout de son gland apparaisse au devant, en dessous de ma chatte.

Ayant ce gros morceau, coincé entre mes cuisses et palpitant contre ma vulve, je ne peux m’empêcher d’y prendre plaisir.

Je masse son membre avec mes cuisses en allant d’avant en arrière et profitant que sa lubrification naturelle est vraiment abondante.

Son precum coule sur mes cuisses et m’excite au point de perdre le contrôle. La température de Jérôme est brûlante et sa bite est encore plus chaude.

J’ai l’impression d’avoir un fer chaud entre mes jambes, que je voudrais avoir bien au fon de ma foufoune.
Soudain, contre toute attente, Jérôme retire sa bite et hop, il l’enfile dans mon anus comme si de rien n’était.

Pas un seul tiraillement, je n’ai rien senti et il l’a glissée jusqu’aux couilles. Complètement relaxée je me laisse faire pendant que mon copain me sodomise très lentement.

C’est la première fois qu’on le fait tout naturellement, sans en parler avant. Ma foune est complètement dilatée et mon anus aussi, ce qui me rend très heureuse car c’est la première fois que j’ai mes deux petits trous en syncrhonie.

Je prie Jérôme de me sodomiser à fond et il y va de toute sa force jusqu’à ce que ses couilles tapent fort sur mes fesses.

Je ressens un immense plaisir pendant que sa grosse bite me lime le petit trou, qui se dilate chaque fois plus.

Pendant que mon copain me pénètre, je me tripote en glissant deux doigts dans ma chatte histoire de pouvoir atteindre l’orgasme.

La jouissance ne tarde pas et je monte au septième ciel, au moment même où Jérôme, complètement hors de lui, commence à éjaculer dans mon cul.








Le fantasme de la baise à trois

mon homme ma préparer une surprise donc je ne suis pas censé savoir ce qui vas ce passer tout au long de cette soirée qui je pense vas être très excitante, tout d’abord nous allons manger dans un resto tout les deux ( nous connaissent j ai prévue une tenue pratique) je porte une petite robe noir décolleté et en dessous des bas avec un petit string ficelle rouge !
pendant tout le temps du repas je passe mon temps a passer mon pied sur sa queue, il es un peu gêner mais la situation l’excite hummm je commence par lui dire des chose pour l’exciter du genre « tu aurais pas prévu deux autres queue pour la soirée? »ce que je ne sais pas encore c est qu’il avais tout prévu et il me répond « on sais jamais » et on continue
a se chauffer tellement que l on se rejoint dans les toilettes.
la il me dit que je n ai pas idée de ce qui m attend, on s embrasse j ouvre son pantalon il me tien par les cheveux et en ai trop envie je lui suce la bite hummm sa le fais bien bander de me voir accroupie avec sa bite dans ma bouche il me remonte… me retourne et soulève ma robe il m écarte le string je suis tremper il m enfonce sa bite tout en jouent avec mon cul je suis ouverte de partout il me baise bien vite fait et me jouit dans la chatte alors que moi j ai même pas eu le temps de jouir…
on revient a notre table comme si de rien je sens son sperme qui coule entre mes cuisses je suis toute exciter mon string et tremper,alors il me dit d être patiente que la c était juste pour préparer ma ptite chatte et mon cul, et qu’il a fais exprès de finir avant que j ai eu le temps de jouir pour me rendre encore plus chienne il nous a réserver une ptite chambre ou on vas bien s amuser hé bien je suis presser d y être .
une fois dans la chambre il sors un sac avec pleins de truc dedans… du gel, des godes ,des capotes,des menotte, une laisse avec un joli collier, en voyant tout sa je me dit que je vais m en prendre pleins partout… l idée me plaid beaucoup , il as même prévu un joli body rouge et noir avec une fente a l entre jambe… il me demande d aller le mettre pendant qu’il
prépare quelques truc, quand je ressort de la salle de bain il es en caleçon et a mis des lien a chaque coter d une table, il s’approche de moi et me demande si je suis d accord pour être sa chienne soumise ce soir? je lui répond oui avec plaisir j aime trop sa être sa chienne et voir dans ces yeux comment sa l’excite … il me met le collier autour du coup et me dit
que la laisse c est pour après puisque la tout de suite il vas m attacher sur la table.
je m allonge donc sur la table je suis vraiment a bonne hauteur… il m attache les jambes écarté et les mains liés il me met un bandeau sur les yeux et as installer de quoi filmer et prendre des photos, tant mieux … la je me sens déjà bien chienne attacher toute ouverte sur une table a hauteur de bite avec un bandeau sur les yeux je sais déjà que je suis tremper d envie …. il commence par me caresser et me mettre du gel un peu partout entre mes cuisses sur mon ptit trou il prend des godes et me met un petit gode fais quelques vas et vient il joue
avec mes trou comme il sais le faire puis le retire m en met un bien plus gros dans la chatte tout en me présentent sa bite pour que je le suce un peu… je me tortille sur la table j en veux plus encore …
la il me dit » tu veux de la bite hin ?? de la bite partout sa serais mieux que des godes hin ?? » tout en me tortillant avec sa bite dans ma bouche il sais que c est ce que je veux …. et la encore une fois il me laisse comme sa sur la table tremper… j attend pas plus de 5 minute et j entend du bruit autour comme si plusieurs personne tourné autour de la table la il me chuchote a l oreille » voila ma ptite salope tu as 3 belles queue autour de toi »
han… je ne vois rien mé j imagine c est 2 gars en plus de mon homme leur bite dans leur mains entrain de me mater attacher j ambes écarter chatte toute ouverte et mouiller, une bite se présente a ma bouche… c est celle de mon homme il n y a pas de capote je le suce pendant que je sens des mains qui commence a me toucher les seins… la chatte… mon homme pendant ce temps les regardes me tripoter et leur dit d enfiler une capote si il veulent me baiser …
la il s’enlève de ma bouche,j entend que mon homme prend des photos,les 2 autres tourne autour de la table a me mettre chacun leurs tour quelque coups de bites …. il y en a un qui m écarte les lèvre et me met des coups de langue , pendant que l autre pointe le bout de sa bite a l entrée de ma chatte je sais pas si c est le fait d avoir un bandeau mé sa queue a l air vraiment grosse il enfonce sa bite je sens ma chatte qui se resserre autour de sa queue, une autre queue se présente a ma bouche je pense que mon homme n es pas très loin et qu’il observe la scène en se branlant…
effectivement il es la a se branler a me regarder entrain de me faire prendre par ces deux mecs comme une chienne sa lui plaid vraiment il se dirige vers moi me détache me relève et tout en m embrassent tendrement il m enlève le bandeau et me dit a quel point je l’excite la il prend la laisse en main (pendant que les 2 gars s assoie) il m attache la laisse a mon collier que je porte déjà il tire la laisse vers le bas pour me faire comprendre que je doit me mettre a 4 patte … je le regarde droit dans les yeux et me met a ces pieds, lui lèche la bite… il me regarde et vois comme j aime sa … les gars son la assis a se branler en nous regardent ….
puis il tire la laisse pour m enlever sa queue de la bouche alors je le regarde et il avance vers l un d eux en me tirant avec la laisse il mène ma tête entre ses cuisses je le suce un peu il me retire et m en mène a l autre qui en a une plus grosse je le suce aussi, mon homme vois bien que j aime sa les sucer comme sa, il me tire ver lui je me met a genoux ils se mettent tout les trois autour de ma bouche , je ne sais plus laquelle sucer je met des coup de langue partout …
la mon homme reprend le gel et il m en met de partout je suis toutes glissante il me demande laquelle des 2 bites je veux dans la chatte … je choisit la plus grosse le gars s assoie et il me tire vers lui pour que je m assoie sur sa bite, je lui grimpe dessus et laisse sa grosse queue glisser dans ma chatte pendants qu il me mange les seins qui lui tombe juste devant la figure le 2ème gars arrive, mon homme tire un ptit coup sur la laisse dans sa direction je me met donc a le sucer pendant que l autre me remplie la chatte, mon homme se met derrière moi et de temps en temps il me claque les fesses,il regarde il me touche m écarte la chatte pour bien voir sa queue me pénétrer il met ces mains sur mes hanches et suis mé vas et viens il joue avec mon cul il commence par y frotter sa queue il vois que je suis tellement exciter que j attend que sa alors il m enfonce sa queue toute entière bien au fond,il sens les vas et viens de la grosse queue de l autre que je me prend déjà dans la chatte il fais quelques vas et vient puis s’ enlève il tire sur la laisse pour que j arrête de sucer… il se met sur mon coter et demande au gars de prendre sa place il lui dit » vas y prend ma place que je la regarde se faire prendre par vous deux en même temps » mon homme met ses mains sur mes fesses les écartes pendant qu il commence rentrer sa queue il bouge mes fesses autour de sa queue …
comme j aime sa, je me sens si salope d être la a me faire baiser,regardent mon homme comme une chienne qui se fais prendre, par le cul et la chatte en même temps ,tenue en laisse par mon homme ,la je le regarde et lui dit que j ai envie de jouir, il me répond « tu pourras jouir quand je t aurais éjaculer dessus » il se place alors prés de ma bouche et se branle pendants que je lui lèche les couilles puis il me joui sur la figure et me dit « maintenant tu peu jouir »
hé la je me redresse prend de son sperme avec ma main le regarde avec un air de petite salope et je commence a me toucher le clito je me tortille dans tous les sens jusqu’à ce que la jouissance arrive c est l’extase je prend mon pied comme jamais tellement l excitation a était forte.
Histoire érotique 56 - Le dépucelage de Carole

J'ai toujours trop aimé le sexe, les femmes et leurs charmes pour être fidèle à mon épouse. A l'époque de cette histoire j'étais marié et entretenais une liaison vieille de plusieurs années avec une collègue de boulot. Ce n'est pas de cette liaison dont je vais vous entretenir mais d'une aventure vécue avec une jeune fille prénommée Carole. J'avais alors 32 ans et Carole tout juste 20 ans. Elle venait d'avoir son bac et c'était sa première année en fac, première année seule en dehors du cocon familial. J'avais fait sa connaissance quelques mois auparavant. Si mon épouse et ma maîtresse avaient plutôt « la ligne », Carole, elle, était plutôt bien en chair pour ne pas dire obèse. Avec son physique de bonhomme michelin, elle n'était pas spécialement le genre de fille que l’on aime généralement séduire. Elle souffrait, en fait, d'un dérèglement hormonal qui provoquait ce surpoids. Au collège, j'étais sorti avec une fille un peu ronde et je me rappelle que c'était très agréable de passer ma main sous ses vêtements et de caresser ses petites rondeurs. Pour des raisons professionnelles, j'ai été amené à revoir à plusieurs reprises Carole durant ces quelques mois. Je me suis vite aperçu qu'elle avait flashé sur moi. Sa jeunesse et son innocence (j'étais persuadé qu'elle n'avait jamais connu d'hommes) excitait le pervers que je suis, et ce n'est pas son physique ingrat qui allait me décourager. D'ailleurs son embonpoint de prime abord déroutant augmentait mon excitation. Un jour, j'ai pu m'isoler avec Carole. Je l'ai alors prise par ses hanches boudinées et attirée tout contre moi pour lui voler un baiser. Elle n'opposa aucune résistance à cette étreinte et partagea volontiers ce baiser. Alors que j'étais plutôt satisfait de cet assaut réussi, elle me fit relâcher légèrement mon étreinte, pris un peu de recul, et me lança : « Eh, dis donc toi, t'es pas marié ? On dit aussi que tu couches avec ta collègue... » Aïe, ce qu'un homme redoute le plus lorsqu'il envisage une relation extra-conjugale... C'était bien parti pourtant, maintenant c'est foutu elle voudra jamais. J'essayais de lui expliquer que la vie est courte et qu'il faut en profiter pour prendre du bon temps... Et à ma grande surprise elle accepta et nous reprîmes notre étreinte amoureuse. Elle m'invita à la rejoindre dans sa chambre « U » quelques jours plus tard. Nous étions à la veille des vacances de Noël. J'avais pu avancer mes congés pour être libre cet après-midi là, ainsi ma femme me croyais au boulot et ma maîtresse avec ma femme. Carole n'avait pas cours cet après-midi et devais retourner chez elle le lendemain pour passer les fêtes de fin d'année en famille. J'étais tout vibrant d'excitation à l'image d'un collégien qui se rends à un premier rendez-vous. Je frappais à sa porte qu'elle ouvrit pour me laisser rentrer dans sa petite chambre. Lorsqu'elle eut refermé sa porte elle vint se lover entre mes bras et m'offrit ses lèvres. Pas de préliminaires du genre « je t'offre un café ? », visiblement nous savions tous deux pourquoi nous étions là. Je m'assis sur son lit et l'invita à s'asseoir à coté de moi. Tout en l'embrassant je commençait à parcourir son corps de mes mains comme un aveugle. Après un rapide aperçu au-dessus des vêtements, mes mains approfondirent leur examen en se faufilant sous les vêtements de ma jeune partenaire. Sa peau était chaude et douce. Elle avait des seins énormes enserrés dans un soutien gorge. Son ventre formait plusieurs bourrelets. Je ressortis une main pour prendre l'une des siennes et la placer sous mon tee-shirt l'invitant ainsi à me caresser pour prendre contact avec mon corps. Peine perdue, elle fit gauchement une légère et rapide caresse avant de ramener sa main là où je l'avais posée. Mes mains continuèrent leur exploration en ressortant et en prenant contact avec ses grosses fesses au travers de son jean. Je commençais à vouloir la déshabiller lorsquelle m'arrêta : « Attends, il faut que je te dise, j'ai jamais fait ça » Bingo, comme je m'en doutais, elle est vierge ! Rassurant, je lui répondis : « N'est pas peur, je veux seulement te caresser, si tu le veux pas, nous ne fairons rien aujourd'hui » J'avais ma petite idée : je vais la faire jouir puis je frotterais ma bite contre sa peau pour jouir sur son ventre. Rassurée par mes paroles elle me laissa la déshabiller. Alors que je pensais découvrir des sous-vêtements de grand-mère, je découvris un soutien-gorge et une culotte coordonnées en dentelle noire. La cochonne... Je dégrafa son soutien gorge dégageant ainsi ses deux énormes mamelles qui s'affalaient de chaques côtés de son ventre proéminent. Je les ramassa et y plongea ma tête et les couvris de baisers. Comme elle était brune elle avait une pilosité importante et ses aisselles étaient recouvertes de deux buissons touffus. Ses tétons pointaient invitant ma bouche à les titiller. Derrière les bourrelets de son ventre et de ses cuisses on distinguait à peine sa culotte. Tout en continuant à m'occuper de ses tétons, ma main se fraya un passage à travers les bourrelets pour atteindre sa culotte et son pubis couvert d'une épaisse toison broussailleuse. J'envoya en éclaireur un doigt à l'ouverture de son intimité, il m'indiqua qu'elle était toute mouillée : une invitation irrésistible pour mes baisers. Je quittais donc les tétons durs et gonflés de plaisir. Je descendis doucement vers son pubis en couvrant son ventre de baisers. Je caressa doucement son entre jambe pour qu'elle entrouvre ses deux jambons me laissant un libre accès. J'humais sa petite culotte odorante puis la débarrassa de ce dernier morceau de tissu. Elle était à présent nue devant moi. Quant à moi, j'étais presque encore habillé. Malgré mes invitations ma partenaire n'osait aucun geste. Mais elle m'excitait énormément et mon sexe était tendu à mort et me faisait mal. J'entrepris donc de me déshabiller. Lorsque je fût nu je pris ma jeune partenaire dans mes bras tout en l'embrassant et la caressant. C'était super bon de sentir son corps nu contre le mien. Mon sexe était dur contre son bas ventre mais Carole n'avait aucune réaction. Depuis que je la caressais elle n'avait eu aucune réaction, pas un souffle, pas un râle, pas un mot malgré mes invitations à partager son plaisir. Seuls ses tétons durs et son sillon humide trahissait son plaisir. Je décidais de fourrager dans son épaisse toison pour lécher sa petite chatte rose. Puis je la retournais, embrassais ses fesses puis allais avec ma langue à la découverte de sa petite rondelle que je léchais abondamment avant de la caresser avec le pouce et de l'entrouvrir. Je pensais peu à mon propre plaisir, j'étais plus préoccupé par celui de ma jeune partenaire. Je retourna vers sa chatte et lécha abondamment son petit clito gonflé tout en caressant le périnée, son anus que j'entrouvrais à peine sous l'action de mon doigt pour ne pas lui faire mal, puis j'osa un doigt dans son sexe chaud et humide. Pas un cri, mais le spasme qui raidit soudain les muscles de son corps trahit que ma jeune maîtresse venait de connaître son premier orgasme. Je la caressais doucement pendant qu'elle reprenait ses esprits. Après m'avoir serré très fort et embrassé, elle me dit : « Si tu veux rentrer tu peux ». Ouais super ! Tu vas pouvoir la dépuceler. Le pied ! Je repris mes caresses. Je la sentais crispée. « N'es pas peur chérie » lui dis-je. Mais elle restait tendue. Je présentais à l'entrée de sa petite grotte chaude et humide mon sexe dur. Je m'enfonçais très doucement par des tout petits va-et-vient au bord de son vagin. Puis de plus en plus profond mais elle était toute crispée et son vagin serré. Enfin, mon sexe était au fond de son intimité. Après quelques va-et-vient dans son vagin serré mon excitation eut raison de moi et j'inonda son con de grandes giclées de sperme tout en me contrôlant pour ne pas lui donner de grands coups de reins qui auraient pu lui faire mal. Je restais de longs moments planté dans son sexe affalé sur elle comme un cheval mort. Je me rendis compte alors que nos corps étaient en sueur. Carole était devenue une femme cet après-midi là entre mes bras et elle ne l'oubliera jamais. Elle avait eu mal mais elle était heureuse d'avoir été aimée. Nous nous quittâmes après un dernier baiser. Je repartis vers ma femme avec le souvenir de cet après-midi sur chaque centimètres de ma peau et dans ma tête. Je revis Carole à plusieurs reprises dans les mois qui suivirent.
Page précédente
Vous lisez :

un roman de sexe [-18]

page :

Création du site


Nicolas SORANZO