Présentation du livre

Note : aucune

0 commentaire(s)

… Commencement …

« Qu’est-ce qui est important : l’homme ou ce que fait l’homme ? Ses actions sont-elles déterminées ou est-ce lui qui fait ses actions ? La guerre, la destruction, la mort, la vie, le réel, l’irréel… ne sont que le résultat de l’action de l’homme. Le résultat ou les conséquences… On ne peut en venir qu’à se demander qu'est-ce qui fait l’homme, ou qu’est-ce qu’un homme… »
L’homme est un artiste en puissance…


Accroupi sur un rocher, Kreg observait les alentours. D’où il se tenait, il ne pouvait voir qu’une épaisse forêt. L’odeur de sève des pins et de l’humus humide venait lui émoustiller les narines.
Le bruissement des feuilles des arbres, le craquement d’une branche, le glissement des ramignoles sur la mousse de la forêt, ces petits animaux vivant dans des terriers sous la mousse et logés au creux des racines des arbres… Tous les bruits cette nature sauvage et non dominée par l’homme l’ile Aagh’r était, pour le jeune homme, une douce et agréable mélodie à ses oreilles.
À celle-ci venait s’ajouter le fracassement des vagues de la mer contre la falaise. L’air iodé rappelé à Kreg le poisson cuisant les soirs de grand froid dans le feu bienveillant de sa maisonnette. Ayant l’esprit rêveur et voyageur, le jeune homme se laissait vite distraire et finissait par oublier sa venue dans ce lieu.
Soudain, le craquement d’une branche le fit sortir de ses pensées. Aux aguets, Kreg scrutait du regard la pénombre alentour pour essayer de
distinguer le moindre détail pouvant trahir une présence indésirable.
Après quelques instants, le calme apaisant de la forêt revient. Pouvant enfin relâcher son attention, Kreg pesta intérieurement contre son manque de concentration et jura pour la millième fois on ne l’y reprendrait plus.
Il n’eut pas le temps de dire ouf, qu’une ombre surgissant de derrière un arbre bondit sur lui et le fit tomber de son perchoir. S’agrippant l’un à l’autre, les deux jeunes gens roulaient sur le sol humide et douillet de la forêt tout en se débattant pour essayer de prendre l’avantage sur son adversaire. Kreg était de loin le plus agile, mais son adversaire, Cyril, était le plus puissant.
Ami d’enfance de Kreg, Cyril était un grand gaillard bâtit comme un bœuf, parfois un peu nigaud mais avec un caractère bien trempé. Malgré son apparence spectaculaire pour ses 19 ans, il n’en était pas moins un jeune homme au cœur d’or et plein de compassion. Essayant d’être toujours utile, Cyril se proposait souvent pour les taches physiques que les femmes ne pouvaient réaliser, ce qui lui attirait vite leur admiration. Ses cheveux d’or et ses yeux azur ne pouvait que parfaire son charme naturel et naïf, ce qui n’était pas pour déplaire à ces dames.
Les deux amis partaient souvent s’amuser dans la forêt, l’un se cachant et l’autre cherchant après. Le premier qui mettait hors de combat son adversaire gagnait la partie. Cette activité, au premier abord, dépourvue d’utilité leur avait permis
Page précédente
Vous lisez :

L'Âge des deux Empires

page :
Page suivante

Création du site


Nicolas SORANZO