Présentation du livre

Note : etoilesetoilesetoilesetoilesetoiles

1 commentaire(s)

Rien ne pouvait effacer la peine que j’éprouvais, ni les larmes que je versais par milliers en repensant à cette scène qui restera à jamais gravée dans ma mémoire, et dans mon coeur.
Elle est morte, belle, et bien morte. Mais pourquoi ? Pourquoi n’ai-je pus la retenir dans ce monde qui était son paradis ? Je me poses beaucoup trop de questions, je devrais agir, oui c’est cela, je dois aller la retrouver, là bas, l’endroit qui, pour elle est la fin de tout problème. Mais, je ne peux pas, je suis bloqué, mais pourquoi n'ai-je plus la force de rejoindre celle qui a emprisonné mon cœur ? Je ne suis qu’un lâche !
Je la revoie, riant, courant, m’embrassant.
Je la revoie, couchée à terre, son corps ce vidant peu à peu de son sang ...

Cet homme l’a tué ! Il l’a tué ! Avec son arme, son pistolet ! Il est parti.
Parti ... Comme son âme qui s'en est allée en si peu de temps ...

C’est lui que je dois tué, il me la prise, me la enlevée !
Pourquoi lui a-t-il tiré dessus ? Et moi ? Je ne suis en vie. Sans aucune blessure.
Je n’ai pas eu le courage de le poursuivre et de lui faire ressentir la douleur qu’elle a sentit en étant transpercer par cette balle. Je ne l’ai pas fait.
Je suis resté la, la serrant dans mes bras, serrant dans mes bras l’amour de ma vie qui n’était qu’à moitié vivant. Et je pleure, je pleure. Je ne peux supporter l’image de cet être si délicat, sensible, recouvert de cette substance si fluide et rouge ...
Et je la serre, de plus en plus, comme si, cela permettait de la garder en vie, de la préserver.
Peu à peu, les mains qu’elle avait posées sur mon torse descendait. Je ne sentaient plus son souffle, lent, paisible, doux.
Je ne sentais plus son cœur battre. M'aime t’elle encore ?
Où est elle ?
Elle est devenue peu à peu blanche, son corps devint légèrement dur. Elle est morte.

Non ! Pas elle !C'est impossible ..

Elle qui était si pleine de joie, de bonheur, de vie !
Elle s’en est allée.
M’aime t’elle encore ?
Je ne l’ai pas sauvée ! Je l’ai laissé mourir devant moi, au creux de mes bras.
J’ai laissé son sang ce répandre sur mes vêtements.
J’ai laissé son âme quittée son corps si fragile.
J’entends du bruit, je vois des ombres.
Des sirènes retentissent, quelqu'un m'agrippe, m'harcèle de questions, «Que c’est –il passé ? Tu l’as tué ? Tu l’as tué ?! »
‘Tue l’a tuée, tue l’a tuée !’, cette voix raisonnait dans ma tête,
Non ! Je ne l’ai pas tuée, c’est cet homme ! Oui, c’est lui !
Mais….
J’aurai pu la savere, la réanimer ...

Alors oui je l’ai tuée !
« Elle est morte »
Je me débats, je lutte, pour enfin pouvoir courir, courir .... pour rattraper l’assassin de mon unique amour.
Enfin je le vois ! Je vais t’avoir ! Tu n’aurais pas du la tuer
Mais, pourquoi suis-je par terre ? Mon corps est faible, mon cœur me fait mal, je pose mes mains sur ma poitrine, du sang, mais pourquoi je perds du sang ?
Je me laisse tombé entièrement sur le sol, je sens qu’il est froid, l’a-t-elle aussi sentit aussi froid ?
Non, ce n’est pas le sol qui est froid, c’est mon corps... je tremble... je n’arrive plus à parler, ni à hurler... cette douleur!!
Un homme surgit devant moi, il me fait peur, il m'est familié! je l’ai déjà vu.

« Une mort pour une mort, tu n’aurais pas du la tuer»
Une mort pour une mort…
Je meurs, je ferme lentement les yeux, je la voie ! Elle est en vie !
Sa fine silhouette s’approche de moi, me tend la main, me dit, viens ! Viens avec moi...
Je pars !
Je te rejoins ma chérie, tu n’es plus seule !
Je suis la et cette fois, et je ne te laisserais plus !
Je puis enfin goûter au délice d'être à tes côtés, pour l'éternité!
Page précédente
Vous lisez :

Un souffle

page :

Création du site


Nicolas SORANZO