Présentation du livre

Note : etoilesetoilesetoilesetoilesetoiles

1 commentaire(s)

J’ai cinq ans, je vieillis…C’est sûr !

En me levant ce matin, j’ai remarqué que j’avais vieilli. Ma maman n’est pas venue me réveiller, je l’ai fait tout seul comme un grand. Alors, c’est sûr, je deviens vieux ! Je n’y croyais pas quand mon copain m’en a parlé, et puis voila c’est arrivé. Vite, il faut que j’en cause à Charly. C’est mon nounours !
« Salut mon nounours ! Comment vas-tu aujourd’hui ? Moi je vais bien ! Tu as vu, j’ai grandi ! Je me dépêche, c’est la rentrée des classes. Je vais avoir une nouvelle maîtresse. Ou un maitre… peut-être ! Il me tarde d’y être, mais aussi j’ai peur… J’espère que personne ne va m’embêter. L’année dernière, il y avait un grand de six ans qui me tapait toujours. Il me faisait peur ».
- Théo ! Théo ! Que fais-tu ? Tu vas être en retard !
- Oui maman ! J’arrive !
C’est ma maman. Je vous en ai parlé tout à l’heure. Elle est toujours derrière moi. C’est chiant, mais j’aime bien quand même. C’est ma maman. Je suis bête, tu en as une aussi, alors tu es au courant de la chose !
Vite, je cours aux toilettes! Pipi! Je ne fais plus la petite commission au lit depuis longtemps, réflexion faite… des fois, je ne sais pas pourquoi, je rêve et… pouf, l’inondation.
- Théo ! Bon sang…
- Oui ! Ça va ! J’arrive ! Je descends.
Je saute dans mon pyjama bleu, enfin presque… seule une jambe est entrée, l’autre n’a pas emboîté le pas. Boum ! Par terre ! Un peu
enrobé, pas très sportif, je ne suis pas un modèle d’équilibre. Le bruit sourd de mon corps sur le parquet en bois me fait craindre le pire. Ma mère, se prépare à monter, c’est sûr ! D’ailleurs, je l’entends déjà gravir les escaliers quatre à quatre. Ça va être ma fête, c’est certain.
À tout berzingue, je me remets sur mes guibolles, enfile l’autre jambe… là..., voilà… mon maillot, vite… elle ouvre la porte !
- Mais ce n’est pas vrai ! Dis-moi seulement si je rêve? Ça fait une heure que je t’appelle et tu n’es même pas habillé ! Tu t’es brossé les dents au moins ?
- Bah, oui !
- Tu te fiches de moi, Théo ! Tu as la trace de ton oreiller sur le visage, de la bave au coin des lèvres et les cheveux en pétards !
En me proférant cela, elle approche son pouce, qu’elle a savamment mouillé de sa propre salive, en espérant, dans ses rêves les plus profonds, me nettoyer le bord de mes babines.
D’un geste rapide, je détourne ma figure. Il est hors de question d'endurer tous les microbes de ma mère ou de qui que ce soit ! La dernière fois, à l’école, c’est Clarisse qui a voulu m’embrasser… sur la bouche en plus ! Beurk !
Heureusement, je suis un garçon, parce que les filles, elles se font toujours des bisous ! Pas nous ! Nous, on se sert la main, comme mon père avec son copain Bruno. Quoique… bon, d’accord, mon papa je lui fais la bise, mais c’est mon PAPA à moi et je l’aime beaucoup. On regarde le foot ensemble à
Page précédente
Vous lisez :

j'ai cinq ans, j'ai vieillis!

page :
Page suivante

Création du site


Nicolas SORANZO