Présentation du livre

Note : aucune

0 commentaire(s)

Non, vraiment, ce n'est pas ainsi que j'avais imaginé cette journée. Tout était pourtant programmé. Planifié minute par minute. Chaque seconde de ce foutu moment étais écrit. Du moins, dans mes pensées.

Tu devais me prendre en bas de chez moi. A sept et demi. Le parfum au monoï de mon shampoing devais t'enivré dès notre première bise. Que tu ne m'as pas donné. Et que moi, trop timide, je n'ai pas osé te réclamé. Tu devais me sourire à chacune de mes phrases. A chacun de mes regards appuyés. Jusqu'au moment où, garé sur le parking, tes yeux aurais croisé les miens, et serais resté, comme hypnotisé, à les regarder te dévoré. Puis lentement, tu aurais caressé ma joue. La douceur de ta peau m'aurais surement fait frissonné. Tel un acteur de film à l'eau de rose, tu te serais penché, à la recherche de mes lèvres. Que tu aurais tout d'abord gratifié d'un simple, mais doux baiser. La stupéfaction de l'action aurait bien vite laissé place au plaisir que ce baiser m'aurait procuré. Auquel j'aurais répondu avidement. Laissant ma langue caresser la tienne. Délicatement. Prenant soin de me faire désirer, jusqu'à l'instant où la tentation aurait été trop forte pour y résister. Elle aurait tout simplement pris le dessus sur nos âmes, nous emportant dans une fougueuse étreinte. A peine contrôlable. J'aurais fini par murmurer ton prénom dans un élan de plaisir.

Le reste de la journée se serait déroulé normalement. Comme une journée de travail. Rien de plus ordinaire. Seule ta constante présence dans mes pensées m'aurait volé quelques sourires, me devant le regard interrogateur de certain collègue. Chacune de tes apparitions me rendant plus impatiente les une que les autres. L'envie d'être dans tes bras contredirait la peur de te revoir le soir même. Ne sachant pas qu'elle attitude adopté envers toi, je me laisserais surement guider par tes pas. Autant maladroit que les miens. Tu m'aurais peut être parlé comme à une simple copine pour ne pas trahir notre secret. Mais une fois loin de tous, tu m'aurais attrapé la main, la caressant du bout des doigts. Osant à peine me regarder, tu m'aurais invité à prendre un verre chez toi. Me promettant qu'aucune arrière pensée ne venait s'installer derrière ces mots. Après de longues hésitations, j'aurais sans doute accepté. Prenant le risque que la situation nous échappe. Dérapant vers l'incontrôlable. Mais tant pis, c'étais peut être ce qui pouvais m'arriver de mieux en ce moment. Ma vie sentimentale n'étant pas au beau fixe, cela m'aurait peut-être apporté un peu de réconfort. Mais bien entendu, il n'en fut rien, puisque mon fantasme en restera un. Tu ma raccompagner chez moi. M'a gentiment souhaité une bonne soirée. La portière de ta voiture à peine referme, tu étais déjà bien loin.

Une soudaine envie de crier me brula la gorge. Comment avais-je étais assez stupide pour imaginer qu'une telle chose pourrais se passer entre nous? Déjà qu'en temps normal, je ne suis pas fortiche pour interprété les sous-entendus, mais là, j'ai été plus que gourde en pensant que tu pourrais être attiré par moi. Après tous, je ne suis qu'une gamine pour toi. Sans doute une de plus. Parmi toute celle qui ton voulu. Une fois rentré chez moi, j'ai pleuré. De peine ou de honte, je n'en sais rien. J'ai laissé couler mes larmes le long de mes joues. Me demandant ce que toi tu avais pensé de cette journée. Jusqu'à m'apercevoir que tu n'étais pas fait pour moi. Me rappelant chaque instant qui m'avait choqué. Comme cette odeur de fumée quand je suis monté dans ta voiture. Tout au long de ma courte vie, j'ai pris grand soin d'évité les garçons dans ton genre. Ne voulant pas tombé dans ce genre de vie. Mais aujourd'hui, c'est sur toi que j'ai flashé. C'est toi qui fais battre mon cœur. Qui me motive chaque matin à me lever. Mais que m'arrive-t-il au juste? Serais-je en train de tomber amoureuse. Ou bien, ai-je juste envie d'une aventure?

Le soir même, je n'avais qu'une envie derrière la tête. T'oublier aussi vite que tu étais entré dans ma vie. Seulement, dans ce genre de situation, oublier n'est pas si simple. Car aujourd'hui, je ne pense toujours qu'à toi. Impossible de te sortir de là. Y arriverais-je un jour? Qui sait? Mais pourquoi précipité les choses, puisque ta simple pensé me fait vibrer. Je n'en attendais pas moins de toi. Puisque tu n'es pas l'homme de ma vie, je me contenterais sans doute d'une nuit.

Page précédente
Vous lisez :

Mes rêves pour des réalités

page :

Création du site


Nicolas SORANZO