Note : aucune

2 commentaire(s)

Sourire partie 4



Description :



Voici ma partie 4, mais comme je n'ai pas d'idée pour un autre résumé je n'en donnerais pas


Ecrit par :

Souvrain

Nombre de pages :

7

Nombre de lectures :

920

classement par nombre de lecteurs :

342 ème

Partager

Connectez vous pour ajouter vous aussi une note à ce livre !

Les lecteurs : (11)



Sericle, Neko, Cedy, Nhelim, Apocalipter, Cocolune, Shaylia, Souvrain, MelSyx, thidabou, Whyttel

Les commentaires :




Il faut se connecter pour pouvoir ajouter des commentaires !

Posté par : Nhelim

La suite donc...Attention aux phrases qui couplent deux idées totalement différentes. Tu le fais souvent et c?est assez perturbant comme si tu passais du coq à l?âne, comme si tu faisais comme ça car tu ne savais pas comment faire la transition (ex : à sa droite, une armoire et elle percevait des bruits de pas qui allaient à vive-allure). C?est ce genre de phrase qui accélère le récit. « Elle cligna un ?il » un seul ? Elle fait un signe à qui ? « N?était-elle pas vers un mini-marché ?» en l?occurrence c?est dedans, prends le temps de te relire pour éviter ce genre de soucis et pour alléger ton texte. Attention à l?emploi du présent et à la concordance des temps. On apprend que J a mal à la tête quand elle se pose la question de pourquoi elle a mal, ça fait un peu brut de pomme. Le lecteur est le dernier à apprendre ce qui se passe d?où ce manque cruel d?information. On a envie de ressentir avec elle mais comment le faire si on ne sait pas ? « On pouvait lire dans ses yeux un effroi similaire à n?importe qui aurait cru que quelqu?un en qui on avait confiance était en réalité un psychopathe », en l?occurrence c?est ce qu?il lui arrive? Comment J peut-elle savoir qu?elle est la seule à avoir des maux de tête ? La discussion avec la petite fille est un élément clé, on veut savoir ! pitié aide nous à savoir ! Ne fais pas juste passer les échanges en description, fais en une véritable conversation avec des réactions en directes qui creuse d?avantage le trou pour les émotions et la pression, c?est le moment de mettre le paquet sur le côté mystère et de revendiquer la place de J comme perso principal ! 22h et il faut dormir ? Pourquoi ? Pour quelles raisons étant donné tout ce qui se passe ? « J était maintenant dans une rue étroite » est-ce qu?elle s?est téléportée ? Comment elle arrivée là ? Tout de suite ? Après quelques minutes ? Il manque encore des détails?. Encore plus de mystère? Duel entre la petite fille et l?homme à la capuche ? Mélange de songes et de folies ? Quelques indices dissimulés on verra à quoi ils nous mènent, décidément tout cela m?intrigue.


Posté par : Sericle

Après une troisième partie qui ne demandait qu'à être peaufinée, retravaillée, voilà que l'auteur nous plonge dans une quatrième partie de Sourire ; si là encore, des corrections sont nécessaires, force est de constater qu'il s'agit d'un texte mieux réussi que son prédécesseur. On y retrouve les mêmes soucis d'emploi des temps de conjugaison (passé simple et imparfait utilisés dans le sens inverse) ; de même, des fautes d'orthographe éparses, et, plus frustrant, des fautes de syntaxe, car la compréhension du texte par le lecteur est une chose essentielle pour tout récit. Pourtant, il me semble que c'est davantage la première moitié du récit qui est concernée par cela, plutôt que la seconde. A propos de compréhension du texte, j'ai remarqué que les pages 4, 6 et 7 étaient plutôt confuses. A la page 4, il s'agit d'un problème de transition entre deux scènes, hâtif, qui m'a embrouillé ; aux dernières pages, ce sont les actions qui sont confuses, qui se heurtent entre elles, là aussi par hâte. Du reste, les descriptions sont plutôt efficaces, je trouve qu'on se représente assez bien les scènes ; les personnages, toujours aussi peu nombreux, ont chacun leur rôle bien précis et ne se ressemblent donc pas entre eux. Quand à l'histoire, c'est assez particulier : la progression est plus lente que dans les parties précédentes, mais enfin le personnage que l'on suit se pose vraiment des questions. On sent que le récit va évoluer. Et la peur est plutôt prenante dans ce récit, en dépit des apparences. La fin donne envie de lire la suite, et vite !


Page précédente
Présentation du livre : Sourire partie 4
Page suivante

Création du site


Nicolas SORANZO