Les aventures du royaume des chats!

Vous êtes ici : forum / Discussion générale / Les aventures du royaume des chats!
1
Posté par : Nasou, le 14-02-2015 

Le soleil brillait de mille feux sur le royaume des chats, ses rayons illuminaient le royaume au complet et son reflet diffusait une ardente impression de sérénité.

Lorsque le ciel était si clément, on avait coutume de dire ; la princesse Lia doit être de retour au royaume. Et pour cause, une vieille légende, que les vieux paysans contaient à chacun de leur jeune enfant, avide de belles histoires ; un beau jour, le roi Souvrain et la reine Justine, eurent une terrible dispute dont on n'aurait, encore aujourd'hui, pu savoir la cause. Cette dispute fut tellement violente qu'on dut lier poings et pieds Justine, pour ne pas qu'elle s'en prenne à Souvrain. Le Roi, alors vivement irrité, chassa Justine du Royaume et la déchu de son rang de Reine. Cette dernière, avant de partir, cracha à Souvrain; ah ! je reviendrais un jour, reprendre ce qui m'est dû ! Et elle partit sans qu'on ait su de quoi elle parlait. Le roi Souvrain eut alors une peur effroyable, il crut que Justine la Terrible, comme on la nommait à présent, voulait lui ravir sa fille, Lia. Il ordonna alors à ses valets de veiller à la sûreté de Lia, mais il eut beau ameuter tout ses gardes, le pouvoir de Justine en était décuplé, et une nuit, Justine enleva Lia. Au matin, la douleur du Roi fut si grande, que le bouffon Sericle eut beau lui conter toutes les boutades du monde entier, celui-ci sangloterait plus fort encore !
Hélas, Justine la Terrible ne s'arrêta pas en si bon chemin et pria la déesse Nasou, de se venger de son époux, Nasou, satisfaite que Justine rampe ainsi à ses pieds, jeta un froid terrible sur le royaume des chats, un froid si infernal que toutes les récoltes des misérables paysans, défleurirent aussitôt et une affreuse famine toucha tout le royaume. Puis, les paysans vinrent donc se plaindre au Roi, de ne plus avoir de blé pour faire du pain, le roi chuchota à son bouffon ; eh bien s'ils ne peuvent plus faire de pain, qu'ils fassent de la brioche ! Le bouffon voyant que le Roi était irréfléchi, décida de solliciter la miséricorde du dieu Roman, ce dernier, terriblement affecté par les dires de Sericle, transforma Nasou en cheval, et appela Justine à venir aux cieux et ceux-ci s'accordèrent sur un point, Lia restera une partie de l'année chez Justine et l'autre avec Souvrain. Malheureusement, le maléfice de Nasou subsista et quand Lia allait voir Justine, le Royaume tombait à nouveau dans une terrible famine.

Ainsi Lia revint au Royaume, de même que l'été, et le Roi Souvrain en fut grandement heureux.

« Ah ! Ma fille, que j'ai de joie d'apercevoir ce si charmant visage que j'avais égaré ! » fit-il en accueillant sa fille à bras ouverts, et la conduisit au palais royal, là où Sericle le bouffon, bien qu'à la retraite, et Thibou, que Sericle chérissait comme son propre enfant et bien davantage, avaient élu domicile.
« Mais n'est-ce pas cette chère Lia que j'entrevois ?! s'exclama Sericle quand ils rentrèrent puis il baisa la main de Lia.
- Ah, je vois bien que vous avez orné le palais de toutes les figures de cheval qui puissent exister ! lui dit Lia
- J'espère bien que dans votre cœur charitable, vous réussirez à lui pardonner sa fredaine... commença Sericle.
- Assez parlé, Sericle ! L'interrompit Souvrain en s'asseyant sur son trône, voilà quelques semaines que vous avez prit votre retraite et autant de temps que vous restez ici !
- Oh non, mon Roi, vous n'oseriez pas me chasser ! Je peux toujours tenter de plaisanter ! Savez-vous donc qui est le frère d'Albert Einstein ? Frank !
- Cessez de plaisanter, je ne puis plus vous loger ici, alors allez vous et votre petite famille, lança-t-il, en pointant l'index avec force, à Sericle et Thibou.
- Oh ! De même que votre fille ?! s'écria Sericle, l'air mesquin.
- Sa fille ? Mais que dites-vous mon bon Sericle ?! poussa Lia scandalisée, interrogeant, par la même occasion, Souvrain du regard.
- L’on ne peut décidément rien cacher à ce bouffon ! avoua Souvrain en soupirant. Si je ne puis donc plus le taire alors je vous le dis, mon enfant… Thibou est ma fille !
- Vraiment ? s’offusqua Thibou manifestement terrifiée à l’idée d’être la fille de Justine la Terrible.
- Eh oui, il y a bien longtemps, j’ai eu une aventure avec une autre femme, elle s’appelait Souvrinette…
- Quelle horreur ! brailla Lia, les mains sur ses oreilles comme pour l’implorer d’arrêter de parler, mais celui-ci continua.
- Et vous ne pouvez savoir combien j’aimais Souvrinette ! Quand elle m’annonça qu’elle était enceinte, j’exultai, mais cet enfant est né de notre amour, dit-il en désignant Thibou qui le regardait l’air incrédule, et sa mère en est morte ! Croyez-moi, je ne puis même plus la regarder dans les yeux !
- J’en pleurerai presque ! compatit Sericle, les larmes aux yeux.
- Lorsque Justine l’apprit, par je ne sais quel hasard, elle fulmina d’une telle colère que je décidai de la chasser du royaume !
- Bien ! Tonna brusquement Lia, comme voici l’heure des révélations j’ai à vous annoncer quelque chose, père !
- Quoi donc ?
- Je suis enceinte ! clama-t-elle en indiquant, bien en évidence son embonpoint.
- Ah ! Quelle abomination ! Et quel horrible père je suis, je pensais que vous aviez seulement pris du poids, qui est le monstrueux vaurien qui c’est donc permis de vous toucher, mon enfant ?
- Le voici, sous vos yeux, admit-elle en désignant Sericle qui se morfondait depuis un moment.
- Comment ?! Votre propre grand-père ?!
- Oui, et j’éprouve à son égard le même amour que vous nourrissiez pour Souvrinette !
- Ah ! Le traître ! Qu’on lui coupe la tête ! » ordonna Souvrain à ses gardes 

Dès lors les gardes se lancèrent à la poursuite de Sericle, qui payait le fruit de son penchant incestueux. Sericle s’enfuit craintivement par la grande porte, mais alors qu’il pensait s’échapper, un char d’assaut passa au même moment et aplati sa dépouille sur le sol vermeil.

Cédric, le preux chevalier, sauta de bord et vit le cadavre inanimé du malheureux Sericle. Souvrain, s’approcha de lui alors que Lia larmoyait dans les bras de Thibou.

«  Mon cher Cédric ! J’aspire à ce que vous ayez une prime pour le bienfait que vous suscitez auprès du Royaume !
- Hélas votre majesté, je désire me rendre aux cieux pour parler à notre dieu, Roman le Grand.
- Pourquoi donc ? l’interrogea Souvrain
- L’on dit qu’il possède un cheval majestueux, soyeux et étincelant, il me serait de grand renfort !
- Mais vous savez comme moi que ce cheval…
- Ce n’est qu’un cheval comme les autres, désormais, elle n’a plus aucun pouvoir céleste ! »
Puis sur ces élocutions il monta de nouveau dans le char d'assaut et lança un bref au revoir à Souvrain, qui resta médusé par sa bravoure et tandis que le corps de Sericle gisait encore à terre.
----
Roman le Grand observait avec intérêt le royaume des chats :
«  Ce que les humains peuvent être épouvantable entre eux, lança-t-il à son cheval, n’est-ce pas, Naseau ? »
Le cheval hennit et asséna un violent coup de pied au parterre nuageux.
« Allons, tu n’es pas si impatiente, d’ordinaire ! Moi qui songeais à te rendre ton apparence initiale, dit-il un sourire ironique aux lèvres. »
Puis il s’assit sur son trône vaporeux et continua :
« Tiens, nous allons recevoir de la visite, Naseau ! »
Et presque aussitôt, une silhouette apparu dans la brume nuageuse, c’était le brave Cédric qui s’avançait. Lorsqu’il avança vers Roman il s’inclina poliment et s’apprêta à parler, mais Roman le devança :
« Qui t’as donc laissé entrer ici ? Je pensais que mon chien gardait la porte…
- Je lui ai joué un morceau et il s’est endormi, dieu céleste !
- Satané chien ! cogita Roman, agacé. Qu’est-ce qui t’amènes ?
- C’est votre cheval, dieu céleste.
- Naseau ?! fit Roman, amusé qu’on puisse lui réclamer son cheval.
- Permettez que je vous l’enlève, dieu céleste, j’en ai terriblement besoin !
- Va, je te permets de la prendre avec toi, seulement durant tout le chemin que tu feras pour retrouver le monde des humains, je te demanderais de ne jamais la regarder ! » conclut-il tandis qu’il affichait le même sourire amusé.
Cédric acquiesça et voulut emporter le cheval mais celui-ci réticent à l’idée de rejoindre le monde des humains se détourna.
« Allez Naseau, ne fait pas ton enfant ! lui ordonna Roman »

Et ils s’en allèrent sous les yeux réjouis du dieu Roman. Le chemin fut encore plus sinueux et encore plus long qu’au retour, si bien que Cédric voulut céder à plusieurs reprises, mais il poursuivit le chemin en pensant à ces camarades le toisant avec respect, lorsqu’il leur brandira le majestueux cheval. Et alors que la lumière semblait désigner la fin du supplice, Naseau trébucha sur un morceau de roche, Cédric par réflexe, se retourna et regarda le cheval qui disparut instantanément, et il le perdu à tout jamais.
Quand il revint dans le monde des humains, il fut accueilli par quelques femmes, à qui il confia son chagrin, celles-ci déchiquetèrent ses membres et jetèrent sa tête dans un fleuve, où la légende dit qu'il continuerait à chanter son chagrin.

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Ps: Je tiens à préciser que je n'ai rien contre Sericle! ^^ Je sais qu'il meurt souvent dans mes histoires mais c'est seulement le destin qui s'acharne sur lui + veuillez m'excuser si le texte est truffé de fautes, je n'ai pas pris le temps de me relire!

Posté par : Rom, le 14-02-2015 

J'ai bien ri ^^ du grand n'importe quoi qui me rappelle un autre texte ! Merci, Nasou :) Tu resteras mon cheval préféré !!

Posté par : thidabou, le 14-02-2015 

Hahaha, enfin la grande histoire tant attendue ! xD (Je pense qu'il y en aura d'autre sur le Royaume du Chat xD)
J'ai vraiment bien rigolé, ça ma rappelé plein de trucs x) Enfin bon, on doit toujours demander à Rom pour qu'il te retransforme en déesse ! xD

Posté par : Sericle, le 15-02-2015 

Alors là, bravo Nasou !!! J'ai vraiment adoré ton texte, j'ai même eu un fou rire XD. Au début, je butais un peu sur le style du texte, la ponctuation et plein de petites choses comme ça, ou encore sur l'incompréhension dans le dialogue, à savoir qui parle, mais quand on est en plein dedans, on se laisse transporter par ce récit rempli d'humour :). Tu ferais un meilleur bouffon du roi que moi ^^. Et ne t'inquiète pas, je ne t'en veux pas pour le rôle que tu m'as attribué, j'ai juste été carrément surpris par la transition brutale des personnages XD.

Posté par : jm20, le 16-02-2015 

0.0
WTF XD
WTF XD
WTF XD
WTF XD
*bug bug bug bug tiiillllt*

(mon personnage a été totalement inversé xD et en plus faut que je finisse aux cieux... Rhalala les profiteurs qui profitent de mon absence :o)

Posté par : Nhelim, le 16-02-2015 

Sericle et Ced s'en sont pris plein la figure ^^

Bravo pour ce texte Nasou :)

Posté par : Rom, le 17-02-2015 

J'ai beaucoup aimé toutes les références que tu as glissé dans le texte :) (références littéraires et mythologiques)

Posté par : Atlante, le 22-02-2015 

Non mais, il suffit que je vous laisse quelques jours pour que ça vire au grand n'importe quoi XD nan je rigole
Super ton texte Nasou , tu m'as bien fait rire. Et le pauvre Sericle qui meurt ou Nasou, transformer en cheval. C'est super d'avoir mis des allusions de Narcisse et Perséphone. J'espère qu'il y aura une suite

Posté par : lolocture, le 26-02-2015 

Marie Antoinette aurait-elle copiée les paroles du roi Souvrain???
Non mais j'ai adorée c'est vraiment très drôle j'adore toutes tes allusions à des histoires connue que tu revisite! C'est vraiment génial, et l'idée que tu utilise des noms de personnes membres de ce forum me fait encore plus rire!
Qu'est-ce que j'aimerai être à leur place...
lol

Posté par : coxlicotte, le 18-03-2015 

peut-être serons-nous dans ta prochaine histoire ?!

1


 Il faut se connecter pour pouvoir poster un message

Pseudo : Mot de passe :   


2010-2016©Ecrits Libres - Toute reproduction, même partielle est interdite.

Création du site


Nicolas SORANZO