Héritière pas comme les autres

Vous êtes ici : forum / Ecrire à plusieurs / Héritière pas comme les autres
1
Posté par : Jaadlynn, le 06-04-2014 

Et s'il vous plait, écrivez que si vous voulez, et non pas pour autre choses.
..................................................................................


« Au secours ! Maman, papa ! Au secours, à l'aide ! Criai-je à en avoir mal à la gorge.
_ Restez tranquille, me demanda l'homme en costume de pingouin. Elles vont juste vous enlever vos vêtements...
_ Non, non, non et non ! Hurlai-je en me débattant. Je ne veux pas, je ne veux pas !
_ Mademoiselle, insista-t-il.
_ Je t'ai dit non, je garderais mes vêtements, ils sont propres, et puis pourquoi je suis ici d'abord ? »

L'homme « pingouin » me regarda un instant. Les femmes qui étaient dans la pièce nous laissèrent.

Revenons au matin... Un jour comme les autres, j'avais dormi toute la nuit à cause de la fatigue de la veille. Je me levai, pris ma douche, fis mon lit, nettoyai la maison avant que ma mère et mon père se réveillent. Je pouvais bien demander l'aide à ma sœur mais la grosse fainéante dormait encore... J'étais plus matinale qu'elle, plus ordonnée qu'elle, plus travailleuse qu'elle. On habitait tous les quatre dans un appart' à trois chambres. J'avais eu la plus grande chambre pour avoir aidée à ranger lors du déménagement. Ma sœur Yuury, n'avait rien à redire puisque c'était les parents qui l'avaient décidés.

Je préparais le petit déj' pour trois, attrapais un fruit, laissais un mot avant de partir pour l'université. J'y allais depuis presque deux ans, j'avais eu mon bac mais je ne savais absolument pas quoi faire donc voilà, je me retrouvais à l'université. Yuury était encore au collège, l'année prochaine elle passera au lycée. Mes parents souhaiteraient vraiment qu'elle ne redouble pas. Je pris ma moto dans le garage et démarrais...

J'avais eu mon permis de conduite, il y a trois ans. Arrivée à la fac, je regardais partout à la recherche de You. Mon ami, You Salvadore je dirais mon meilleur ami depuis toute petite, on s'était rencontré au primaire, au CP. You était de père italien et de mère japonaise, il avait plus hérité du père. Mais sa mère l'avait envoyé chez Karin la grande sœur de You car elle était trop débordée. Donc mon meilleur ami vit chez sa sœur, mais parfois il partait en vacance en Italie pour voir ses parents. En tout cas, je ne les avais jamais vu, même pas en photo. Tout ce que je savais c'était qu'ils étaient des parents géniaux.

« C'est moi que tu cherches ? Apparut-il.
_ Oui, lui souris-je. Tu vas bien ?
_ Ouais, ça va..., soupira mon ami en m'entourant de son bras.
_ Ouais ça va ? Comment ça ? Qu'est qu'y a ?
_ J'ai bientôt vingt-et-un ans, s'exclama You. Tu sais j'ai oublié de te dire certaines choses sur ma famille...
_ Hein ? Comme quoi ? Rigolai-je. Que ta famille était super riche, que tu avais une île qui porte ton nom ? Que tu étais un héritier ? »

Je le sentis se raidir un peu. Il semblait effrayé, étrange pas comme d'hab'. Je me mis en face de lui pour pouvoir voir son visage mais il détourna instantanément le regard.

« Écoutes, souffla-t-il avec une voix sérieux. Xilina...
_ Là ça devient flippant, reculai-je, tu m'appelles jamais par mon prénom entier.
_ Oui, je sais... Je sais. Xi, je m'en veux de... Ah c'est plus dure que je le pensais, je...
_ Tu quoi ? Vas-y ! Parles, qu'est-ce qui est dure ?
_ Attends ! S'écria You en se retournant. Ma famille est riche, oui... en Italie elle est l'une des familles les plus riches, elle est aussi considérée... hum je vais plutôt faire comme ça. Il était une fois, en Italie, mais pas seulement dans tous les pays, existait plusieurs royaumes, six grandes familles riches, fonctionnant comme une famille royale...

Posté par : Jaadlynn, le 09-04-2014 

You s'arrêta, se retourna. Il semblait avoir oublié quelque chose...

J'aperçus un visage différent. Une expression que je n'avais jamais vu auparavant, un visage éblouis. Je lui souris comme rassurer qu'il reste. Il fit un pas pour se rapprocher. Mon ami avait l'air si différent des autres fois, il était plus sérieux. C'était étrange comme si j'étais un peu effrayée par la suite...

« Xi, j'oubliais. Chaque pays avait six familles royales. En Italie, ma famille est l'une de ses six familles, c'est mon arrière, arrière, arrière, arrière arrière, arrière, arrière grand père qui était l'un des hommes qui avaient décidés ça. Bref, ce que je voulais te dire c'est que...
_ Mademoiselle Xilina ! L'interrompit une voix. Mademoiselle...
_ Oh non, m'attrapa You en se mettant à courir. Bon alors... Je suis héritier comme tu l'as dit, je suis le prochain roi d'Italie puisque... puisque ma famille est la plus riche des six, j'aurais... cria-t-il essoufflé. J'aurais vingt-et-un ans dans deux mois... Xi, t'en fais pas je ferais tous pour que tu ne... Non, laisses tomber, je veux que tu saches que je t'ai toujours considéré comme ma meilleure amie et ce depuis notre rencontre, s'arrêta-t-il de courir.
_ Merci, soufflai-je en reprenant mon souffle. Pourquoi courais-tu ? C'était qui ? Je comprends rien...
_ Oui je sais, alors... J'ai pas assez de temps pour t'expliquer tout ça, le plus important c'est que tu es la reine du Japon depuis la mort de ta mère... je veux dire ta véritable mère. J'ai été envoyé ici, tu te rappelles au primaire, je t'ai tout de suite parlé comme si je te connaissais depuis longtemps... En fait on t'avait surveillée, je devais devenir ton ami. »

You s'arrêta. Je le regardais, j'avais une envie d'exploser de rire. Sérieux, j'explosai de rire, il était étonné que je rigole. Mon ami lisait trop de roman, c'était fou comme il était bon acteur. Je le bousculais doucement puis me mis à marcher pour aller en cours.

« Stop ! Hurla You. Xi...
_ Quoi ? Me retournai-je sans m'arrêter. Ah mon petit You, tu lis trop...
_ Je lis trop ? S'étonna-t-il, Xi. Xilina ! Xilina ! Xii tu devrais m'écouter...
_ Hum, tu n'as pas fini en plus ? Demandai-je en m'arrêtant.
_ Non, je n'ai pas fini, ça commence juste... Xi, tu es vraiment Reine. Tu as été adoptée par madame et monsieur Karino, ça m'étonne qu'ils ne t'aient rien dit encore. Ils ont été les meilleurs amis de ta mère. Tu te demandes qui c'était tout à l'heure. Il s'agit du majordome de ta famille, il est venu te cher...
_ Tais-toi ! Lui lançai-je en m'approchant. Tu veux me faire gober que je suis Reine du Japon, alors que le Japon n'est pas du tout une monarchie ! Finis-je en me trouvant face à face à lui.
_ Oui, je sais... Il s'agit d'un truc compliqué, je t'ai dit tout ce que tu devais savoir. Xi saches qu'être reine implique beaucoup de choses, je suis vraiment désolé de ne pas t'avoir avertie avant. »

Je le regardais bouche bée. Il y croyait vraiment à tout ça. Je m'assis sur un banc, You me rejoignit. Tournant la tête légèrement pour croiser son regard triste, j'en concluais qu'il disait bien la vérité. Alors mes parents n'étaient pas mes parents, les vrais étaient morts... morts. Je ne pouvais pas non absolument pas y croire. C'était trop...

1


 Il faut se connecter pour pouvoir poster un message

Pseudo : Mot de passe :   


2010-2016©Ecrits Libres - Toute reproduction, même partielle est interdite.

Création du site


Nicolas SORANZO