Comment percevez-vous la fin de vos textes ?

Vous êtes ici : forum / Discussion générale / Comment percevez-vous la fin de vos textes ?
1
Posté par : Cedy, le 17-03-2014 

Bonjour à vous, Communauté !

En lisant le Chat, les interviews ou même dans le forum, on parle souvent de la fin de nos textes.
Certains d'entre vous prévoient d'écrire un seul et unique roman sans suite.

Après, plusieurs auteurs envisagent ou sont sûr d'écrire plusieurs tomes d'une même histoire.

Donc, ma question est la suivante : Comment prévoyez-vous votre fin ?
Bien sûr, je ne vous demande pas comment se dérouleront vos fins mais est-ce que vous terminez dans du suspense ? Avec une fin d'Intrigue ? Ou sur une apparition d'une nouvelle Intrigue ?
Tout dépend de votre choix, pourquoi utilisez-vous cette option ?
(Je ne veux pas de Spoiler, merci x))
En lisant des livres, avez-vous été une fois déçus" des fins ? Pourquoi ?

Je cite mon exemple pour vous aidez à comprendre ma demande un peu difficile à comprendre.
Comme vous le savez, ou pas, j'écris une saga de romans policiers de cinq tomes. Je prévois de mettre à chaque fin du suspens et une ou deux résolutions d'une des plusieurs intrigues.
Je trouve que mettre du suspens a pour but de retenir encore plus le lecteur et ainsi, vouloir découvrir la suite.

Posté par : Nhelim, le 18-03-2014 

Personnellement, je termine toujours mes livres par la résolution d'une intrigue, peut être pas la principale à chaque fois mais au moins une majeure pour que ça justifie au moins la séparation des tomes.
Je ne finis jamais par une crise ou une action car je trouve ça inapproprié pour une fin (non définitive).
Trop souvent j'ai fini un livre avec un maximum d'intrigue, genre ils sont sur le point de mourir, ou ils ont tout perdus et on à l'impression qu'ils vont jamais y arriver ! et c'est quelque chose qui m'énerve énormément ! Pourquoi ? parce que généralement on est au sommet du suspens, des émotions et de tout le reste mais que le prochain roman ne sortira pas avant l'année prochaine (si ce n'est pas plus parfois). A quoi bon faire culminer tant de pression et de suspens si c'est pour le perdre en attendant que la suite ne sorte ?
Voilà donc je suis pour une fin "calme" histoire de ne rien perdre dans la transition. Ainsi on peut relire le premier avant le deuxième si on veut, mais on peut très bien le faire sans si on le juge nécessaire. ça coule plus de source et chaque livre évolue un peu indépendamment, a sa propre essence (dans la limite du possible compte tenu de l'histoire principale)

Posté par : highscore, le 19-03-2014 

Alors, je suis d'accord qu'à la fin d'une histoire je mettrai une partie de résolution de problèmes (d'ailleurs y a-t-il toujours des problèmes dans les livres???). Mais ce que je trouve bien c'est de ne pas tout dire, comme ça le lecteur peut s'imaginer une suite et s'intégrer complètement dans l'histoire. Une fin qui dit tout, qui explique en détail chaque partie du livre, qui explique ce qui va arriver plus tard est une fin inintéressante d'après moi. Donc c'est ce que je prévoie pour mes bouquins (si j'arrive jusque là^^).
Après il y a des fins de livres qui m'ont déçues. Pas forcément sur le site. D'ailleurs notamment pas sur le site. Ce serait plutôt dans des livres édités. Parfois on dirait que l'auteur a voulu se débarrasser de la fin et l'a bâclée. Ou alors la fin n'est pas celle que j'attendais mais là c'est mon avis personnel.
Mais dans un livre, la fin est un élément très important puisque c'est ce moment que le lecteur va retenir. Donc, il faut bien réfléchir et mettre toute son âme dedans.

Posté par : palomiss, le 19-03-2014 

Dans mes textes, comme je fais des livres avec des suites, j'aime bien finir avec une fin où l'on apprend quelque chose que l'on n'avait pas imaginé, une révélation.
Mais parfois, il m'arrive de faire des histoires sans suite. Dans ce cas, je préfère terminer avec une morale.

Posté par : Sericle, le 30-04-2014 

Je suis de l'avis de Nhelim : un roman va évoluer en crescendo (du moins c'est ce que l'on espère), jusqu'à un point d'orgue où l'auteur doit "lâcher du lest". Je pense qu'il n'est pas bon de maintenir une forte pression trop longtemps car le lecteur finit par se lasser. Dans un roman "solitaire", il vaut mieux clore l'intrigue principale à la fin, c'est évident. Dans une série de romans, tout comme Nhelim, je préfère clore une intrigue suffisamment importante (tout en en fermant quelques intrigues mineures, ainsi qu'en en ouvrant d'autres) pour donner envie au lecteur de lire la suite. La fin doit être un minimum concrète, elle peut comporter des débuts d'intrigue pour le tome suivant, mais il vaut mieux apporter une situation claire, laisser des portes ouvertes (intrigues) tout en prenant soin de peu les exploiter (le mystère doit être presque intact, dirais-je). La tension doit redescendre pour permettre de remonter au cours du deuxième tome (et des suivants s'il y en a de prévus). C'est un peu comme une courbe sinusoïdale ! Bref, je ne sais pas quoi dire d'autre, je suis sur la même longueur d'onde que Nhelim concernant le sujet.

1


 Il faut se connecter pour pouvoir poster un message

Pseudo : Mot de passe :   


2010-2016©Ecrits Libres - Toute reproduction, même partielle est interdite.

Création du site


Nicolas SORANZO