Exemple de résumé de chapitre

Vous êtes ici : forum / Critiques et améliorations de vos livres / Exemple de résumé de chapitre
1
Posté par : Sericle, le 11-06-2013 

Bonjour à tous, je crée ce nouveau sujet dans le but d'obtenir des avis; j'explique la situation. J'ai comme projet un roman, mais je suis passé à une deuxième version que je ne mettrai pas sur le site (à part quelques parties, mais je ne dévoile pas grand chose), pour celles et ceux qui ne sont pas au courant. Alors voilà, avant de m'attaquer à l'écriture du récit, j'élabore un plan, une structure de celui-ci, un dossier préparatoire comme je le nomme. Bref, mon objectif n'est pas de vous faire parvenir l'intégralité de ce dossier (plus de 50 pages de prévues), mais d'en partager une petite partie pour avoir vos avis. Il s'agit du résumé du 1er chapitre, que voici ci-dessous :

Chapitre 01 : Le champion de Mitragues

An 1212. Dans le royaume de Favorée a lieu, comme chaque année (le huitième jour du mois de Havrepaix), le festival de la Paix Hivernale qui annonce l'arrêt des combats pour l'hiver, en raison des difficultés à se battre pendant cette période. C'est dans un village nommé Tévran qu'une modeste famille déjeune. Cette famille se compose de Candème, père de famille et prêtre du village, d'Elysia, mère de famille et marchande locale, de Séricle, jeune homme et milicien de son village, et de Madeine, sa sœur). La famille discute du festival qui a lieu très proche de chez eux, dans la ville de Mitragues, capitale du comté éponyme. Après avoir fini leur repas, les quatre personnes se préparent à aller en ville assister à cet évènement, et Séricle invite son meilleur ami, Cirgane, lui aussi milicien du village de Tévran, qui se décide à venir. Le groupe entier part vers une heure et demie de l'après-midi.

Le groupe arrive près d'une heure plus tard sur la place de l'église de Mitragues, et constate que les festivités ont déjà commencé : sur les lieux se tiennent un marché spécial organisé pour l'évènement, des animations de jongleurs, des musiciens, des ménestrels, des danseurs et des comédiens, qui se mobilisent tant bien que mal pour faire passer un agréable moment à tout le monde malgré le froid qui s'est installé depuis ces derniers jours. Ont aussi lieu d'ultimes duels de fin d'année avant la cessation des combats, qui permettent à quiconque de pouvoir se mesurer au chevalier Ranyan de Moulinbois, chef de la garde rapprochée du comte Lénangre de Mitragues. Le groupe se déplace un peu partout sur la place de l'église pour profiter des différentes activités qui sont proposées.

Cirgane emmène son ami Séricle assister aux duels contre le chevalier Ranyan; après avoir vu défiler quelques personnes qui ne faisaient pas le poids devant l'homme en armure, lequel n'avait toujours pas été vaincu de la journée, Cirgane incite son ami à le défier. Séricle refuse, et son camarade monte sur l'estrade en bois où se tiennent les duels afin d'obtenir l'attention de tout le monde. Le comte Lénangre, spectateur comme les autres, croît que Cirgane veut combattre le chef de sa garde; contre toute attente, le villageois profite de ce moment où toute l'attention est focalisée sur lui pour annoncer que c'est son ami Séricle qui souhaite se confronter au chevalier Ranyan. Le jeune homme concerné commence par contester cela, mais la foule environnante, trop crédule, le pousse à aller combattre sous peine de passer pour un lâche. Forcé d'honorer cette vraie-fausse obligation, il se résigne à monter sur la scène et prend en main une épée qui gît au sol, pendant que son ami revient parmi la foule; sa famille remarque alors sa présence sur l'estrade et s'approche pour voir le duel.

En toute courtoisie, l'adversaire du milicien lui demande s'il est prêt. Séricle affirme que oui, et aussitôt le combat commence. Ce dernier est rapidement surpris et dérouté par les attaques puissantes auxquelles il doit faire face, et plutôt que de se fatiguer à repousser ces assauts répétés, il préfère esquiver; mais la foule, attentive, hue le jeune homme afin qu'il se batte vraiment. Après avoir estimé que le chevalier commençait à se fatiguer, Séricle commence une série d'attaques en alternant coups de taille et d'estoc. C'est au tour de son opposant d'être décontenancé, mais celui-ci réagit rapidement et se surpasse en mobilisant toute sa volonté pour ne pas perdre la face, parvenant à briser l'offensive et à rendre ses coups plus puissants, et légèrement plus rapides. Séricle redouble lui-même d'efforts et constate que ce duel commence à épuiser les deux participants. Il conçoit que l'épreuve doit vite se terminer, et dans une attitude de contre-attaque audacieuse, il bat le chevalier médusé par tant de prouesse. Le vainqueur et le vaincu se font l'accolade; le comte s'approche, félicite Séricle, lui redemande comment il s'appelle et encourage le peuple à scander son nom, n'hésitant pas à le surnommer "le champion de Mitragues".

Avec cet évènement inouï, le comte Lénangre décide de procéder à l'arrêt des duels, et invite le chapelain de sa cour, l'évêque Vanerain de Laicourbe, à proclamer la cessation des combats pour l'hiver, ce que fait l'homme d'église; la fête est mise en pause le temps d'officialiser l'évènement, où le peuple faire preuve de silence et de respect envers la tradition. Pour clôturer le discours, Vanerain bénit la foule, après quoi le comte fait venir des joueurs de flûte aux mélodies douces pour marquer la transition avant de reprendre le cours de la fête. Celle-ci se remet à battre son plein, tout le restant de la journée, et Séricle est invité par le suzerain des lieux à s'assoir sur une autre estrade en bois, où les nobles et d'autres personnalités locales assistent au festival. Après que Lénangre ait présenté sa famille et les différentes personnalités assises, les deux hommes s'assoient et prennent du plaisir à discuter, tandis que le nouveau champion se voit offrir de quoi boire un peu de vin, luxe qu'il ne peut pas réellement se procurer. Le comte lui propose d'une part de rester dîner le soir même, en compagnie de sa famille (celle de Séricle, ce qu'il accepte); d'autre part de servir au sein de sa garde rapprochée, tentant de le persuader en insistant sur le salaire honorable qu'il percevra, sur la bonne entente qui règne , ainsi que sur la possibilité qu'il aura, à l'avenir, de remplacer le chevalier Ranyan pour devenir chef de sa garde rapprochée. Séricle, très attiré, décide de décliner cordialement l'offre, préférant se suffire au simple poste de milicien.

La journée s'écoule; dans la soirée (qui tombe tôt en hiver), le peuple est toujours aussi présent et profite des prestations (cette fois sur scène) de nombreux ménestrels et cracheurs de feu; lorsque des artistes finissent leur spectacle, un barde monte sur l'estrade, demande un grand silence et se met à chanter une œuvre de sa propre composition, nommée "L'avertissement" : si la prestation semble consister en une simple fable inédite, Elysia, la mère de Séricle, se sent mal à l'aise, étrangement émue et sonnée par ce qu'elle entend. Le barde finit sa chanson en fixant étrangement le jeune milicien qui ne comprend pas la situation. Candème, le père de Séricle, décide de rentrer au village pour que sa femme puisse s'y reposer, soucieux d'elle. Déçu de ne pas pouvoir rester au dîner du comte, le nouveau champion de Mitragues prévient ce dernier de l'impossibilité pour lui et les siens de rester ce soir en raison du malaise de sa mère. Le suzerain comprend parfaitement son explication et le laisse partir en toute liberté. Séricle, sa famille et Cirgane empruntent alors le chemin du retour pour le village de Tévran.



Livrez-moi vos impressions !

Posté par : Cedy, le 13-06-2013 

Excellent résumé du premier chapitre.
Cela nous met dans l'ambiance générale de ton récit.
J'ai beaucoup aimé et je serai patient de lire les lignes direct de l'histoire.

Je ne sais pas si c'est une Petite erreur que j'ai relevé : Tu parles avec les heures. Mais l'An 1212, existait-elle l'heure ?

Sinon, bon courage pour écrire ce long roman.

Posté par : Sericle, le 13-06-2013 

Merci Cédric, toujours prompt à donner ton avis et toujours actif sur le forum :). Ca me fait plaisir de voir que ça te plaît, bien que j''aimerais avoir beaucoup d'avis ^^. Enfin, bon, je ne vais pas me plaindre !

Pour les précisions horaires, je dois reconnaître que je ne les ai mises que pour le premier chapitre (après, j'indique des périodes plus nuancées dans une journée). En fait, ce sont juste des indications pour le récit, mais quand je commencerai l'écriture du livre, je ne mentionnerai pas d'heure particulière. En revanche, il serait possible d'avoir une idée de l'heure dans certaines villes; les romains, et peut-être bien d'autres peuples (à leur manière) utilisaient des cadrans solaires, qui t'indiquaient approximativement l'heure qu'il faisait.

Merci de ton soutien :).

Posté par : Erylis, le 08-07-2013 

Comme l'a dit Cedric, ce bref aperçu nous ancre dans l'histoire et en pose les bases.
Personnellement, je pense que derrière ce résumé se cache un grand potentiel, et j'ai moi aussi hâte d'en lire un peu plus.
Je te souhaite bon courage avec ce travail, qui j'en suis sûre ne sera pas de tout repos.

Posté par : Sericle, le 08-07-2013 

Merci very much !

1


 Il faut se connecter pour pouvoir poster un message

Pseudo : Mot de passe :   


2010-2016©Ecrits Libres - Toute reproduction, même partielle est interdite.

Création du site


Nicolas SORANZO