1er Episode de Ma Série Télévisée

Vous êtes ici : forum / Actualité de la littérature / 1er Episode de Ma Série Télévisée
1
Posté par : Cedy, le 07-06-2013 

Bonsoir,

Voilà, je suis là pour poster le Pilote (Le Pilote est le premier épisode)de ma série télévisée.
C'est juste un long synopsis pour vous montrer à quoi va ressembler les épisodes futurs.
Bien sur, tout n'est pas marqué.
Voilà, j'aimerai avoir vos avis sur la forme et le texte.


*PILOTE : INVASION


Ryan Johns surveille les faits et gestes de sa future victime avec ses jumelles.
La proie s’appelait Travis Drexs. Un pédophile.
La maison de Travis était à quelques pas des plages de Miami.
Travis s’assied à même la pelouse.
Ryan sort de sa voiture et marche vers le porche de la maison. Il sonne à la porte.
Ryan contourne la maison et avance vers Travis qui lui tourne le dos.
Ryan sort son couteau de sa poche et marche discrètement.

RYAN
Alors, Travis. On réfléchit au prochain enfant que tu vas sauter ?

Travis se retourne et à la vue du couteau, il tombe à la renverse.

TRAVIS
Que faites-vous chez moi ? Armé ? J’appelle les flics.

RYAN
Travis Drexs. Tu es un salopard. Quelle sensation as-tu de faire du mal à des mômes ?

TRAVIS
Je ne comprends pas ce que vous dites. Je suis un commerçant et peintre à mes heures perdues.

RYAN
Foutaise ! Tu n’as pas de voisins qui regardent par-dessus leurs clôtures ?

TRAVIS
Non. Je veux qu’on respecte ma vie privée.

RYAN
As-tu un dernier mot à me dire avant que je te démembre ?

Travis transpire fortement et commence à pleurer.

RYAN
Arrête de pleurer ! Et ces enfants que tu terrorisais, il pleurait et tu continuais leur cauchemar !
(Il avance encore vers Travis)
Tu mérites une seule chose que Dieu souhaite. Crever comme un salopard !

Ryan plante le couteau dans la gorge de Travis. Du sang coagule. Un geyser de sang jaillit du trou après qu’il est retiré l’arme.
Ryan se met à sourire et regarde la vue.

RYAN
(Monologue)
Travis, tu es la vingtième personne de la pire espèce que je bute. J’aimerai bien arrêté.


Ryan conduit sur l’I95 Express.
Ryan rentre dans sa grande villa. Sa femme prépare à manger dans la cuisine.

ERINA
C’est maintenant que tu rentres ?

RYAN
Désolé chérie. Le boulot. J’avais un dossier en urgence à finir.

ERINA
Mouais. Mat t’attend dans la chambre. Il veut te dire quelque chose.

Ryan entre dans la chambre de son fils, Matt, 11 ans. Il lit le Seigneurs des Anneaux.

MATT
Papa, je veux te dire quelque chose.

RYAN
Que veux-tu me dire, mon chéri ?

MATT
Tim m’embête encore. Aujourd’hui, j’avais cette envie de le tuer.

RYAN
Matt, tout le monde a eu envie de tuer une personne, un jour. Mais, on réfléchit avant de perpétrer cet acte horrible. C’est notre nature humaine.

MATT
Papa. Il y a des gens qui tuent. Ils ne réfléchissent pas, eux ?

RYAN
Certaines personnes présentent des pulsions meurtrières et ne peuvent pas s’arrêter. Tu comprendras ça un jour. Maintenant, il est tard et faut que tu dormes.

MATT
D’accord. Tu sais, j’adore cette chambre que tu m’as dessiné. Je voudrai un jour devenir comme toi. Un architecte, c’est ça ?

RYAN
Oui. Alors, prépares-toi à avoir de longues études. Allez, endors-toi. Je t’aime.

MATT
Moi aussi Papa.

Ryan retourne voir sa femme et l’embrasse sur la bouche.
Et, ils s’embrassent jusqu’au canapé du salon.

Le lendemain matin, Ryan réveille son fils.
Erina est sous la douche pendant que Ryan prépare le petit-déjeuner.
Tous les trois dans le grand salon à déjeuner, la sonnerie du parle-phone de la porte d’entrée retentit.
Erina se lève et ouvre la porte.
Elle reste stupéfaite face à trois hommes costauds en costume-cravate.

HOMME 1
Ryan Johns habite-t-il ici ?

ERINA
(Confuse)
Oui. Je suis son épouse. Il y a un problème ? Présentez-vous, s’il vous plait.

HOMME 1
FBI. Nous devons discuter avec votre mari, madame.

Erina leur laisse le passage et son visage devient tout pâle.
Les trois hommes du FBI pénètrent dans l’immense villa.
Ils arrivent dans le salon où le père et le fils déjeunent.
Ryan regarde les types faire irruption. Il se lève, prêts à se défendre.

HOMME1
Monsieur Ryan Johns ?

RYAN
Oui. Qui êtes-vous ?

HOMME1
(Sort sa carte du FBI)
Agent Rick Anderson, FBI. Le Bureau nous envoie.

RYAN
Très bien mais pourquoi chez moi ?

RICK
Désolé mais votre enfant n’est pas en mesure d’écouter.

RYAN
(Se tournant vers son fils)
Attends-moi dans ta chambre.

MATT
D’accord. Je prends mon verre.

Matt quitte la pièce avec son verre de jus d’orange dans sa main.
Ryan regarde les trois hommes.

RYAN
Je vous écoute.

RICK
Vous êtes en état d'arrestation pour les meurtres de plusieurs personnes. Vous avez le droit de garder le silence, si vous ne voulez pas exercer ce droit, tout ce que vous direz pourra être (ou sera) utilisé contre vous. Vous avez le droit à un avocat (à ce qu'un avocat soit présent pendant votre interrogatoire), si vous n'en avez pas les moyens un avocat d'office pourra vous être accordé par la cour.

Rick s’avance vers lui et prend ses menottes dans les poches.
Ryan devient pale.

RYAN
J’ai dû mal à comprendre. Vous vous trompez !

RICK
Je dois vous emmener. Ne discutez pas nos ordres, s’il vous plait.

Ryan se fait menotter.
Ryan commence à trembler, à transpirer.
Ils passent devant Erina. Elle détourne du regard.

RYAN
(En rentrant dans la voiture)
Je t’aime. Je reviendrai.

Erina ferme la porte d’entrée.
Ryan regarde la porte et des larmes commencent à couler.

RICK
Je suis navré pour votre fils, Ryan.

Ryan ne lui répond pas.

RICK
Tu sais, je ne pense pas que tu le reverrais un jour.

Ryan sert ses poings.

RICK
À vrai dire, je pense que tu subiras la peine de mort.

RYAN
(S’énervant)
Fermez-là, s’il vous plait. Je ne comprends rien à ce qu’il se passe ici.

RICK
Ne fait pas l’innocent, Ryan. Tous ces meurtres, c’est ta signature.

Ryan reste muet.

RICK
Je vois que tu es très silencieux. Signe de ton implication dans ces meurtres.

RYAN
Où m’emmenez-vous ?

RICK
À la prison de Cleverland. Tu verras, c’est assez inconfortable. Aucunes fenêtres ni de lumières du soleil.

RYAN
De toute manière, je n’ai rien à me reprocher. Ma femme contactera mon avocat.

RICK
Tu en es si sur, mon ami ?

RYAN
Fermez-là !

La voiture roule sur une immense autoroute.
Ryan n’arrive pas à voir l’extérieur à cause des vitres teintées.

Dans la villa de Ryan et Erina, Matt discute avec sa mère.

MATT
Pourquoi papa est parti ?

ERINA
Il était obligé.

MATT
Il ne m’a même pas dit Au Revoir. Ce n’est pas dans ses habitudes.

ERINA
Je sais, Matt. Le boulot.

MATT
Ne ment pas maman. Papa est architecte, pas membre du FBI.

ERINA
Matt, arrête avec tes questions, s’il te plait. Finit tes céréales et on part à l’école.


Le véhicule banalisé, un gros 4X4, arrive dans la zone du Parc National Big Cypress à plusieurs kilomètres de la ville.
Le parc s’étend sur plusieurs hectares.

RICK
Ryan, nous sommes bientôt arrivés chez toi.

Ryan vient de se réveiller. Trop épuisé par la route.
Le véhicule franchit une barrière de sécurité pour passer le contrôle hautement sécurisé.

AGENT DE SECURITE
Bonjour Messieurs. Papiers s’il vous plait.

RICK
Bonjour monsieur l’Agent.

Rick lui tend la paperasse et ce dernier se met à lire.

AGENT DE SECURITE
C’est bon, permission accordée. Diriger le prisonnier aux étages inférieurs.

RICK
Merci.

Rick redémarre et se dirige vers un gros bâtiment de type militaire.
La voiture s’arrête devant l’entrée.
Six gardes armés jusqu’aux dents arrivent devant le véhicule.
Rick ouvre la porte de Ryan.
Les gardes braquent leurs armes sur lui.
Ryan sort délicatement.

RICK
(S’adressant à Ryan, avec humour)
Ces gentils messieurs vont t’emmener à ta cellule. Soit bien sage.

RYAN
Va te faire foutre !

Le chef des gardiens lui indique le chemin à prendre.
Avant d’entrer dans le bâtiment :
RICK
(Hurle)
Ryan !

RYAN
(Se retournant)
Qu’est-ce que tu veux ?

RICK
Tu sais, on n’existe pas. Tout est faux.

RYAN
(Abasourdi)
Quoi ? Que veux-tu dire !

RICK
Que nous ne sommes pas du FBI. Tu découvriras tout ça par toi-même. On ne va pas gâcher la surprise. A bientôt.
(S’apprêtant à remonter dans la voiture)
J’allais oublier. Parfois, les apparences sont trompeuses. Je te laisse méditer. Au revoir !

Rick entre dans la voiture et s’en va.
Ryan essaye de se débattre pour s’enfuir mais six armes le menaçaient de mettre fin à sa vie.
Ryan décide enfin de les suivre.
Les grandes portent s’ouvrent et Ryan découvre une immense salle.
Des centaines de personnes pianotent sur leurs claviers, téléphonent, discutent.

Ryan et ses six gardes marchent dans un dédale de couloir, prennent l’ascenseur pour descendre au niveau -5.
Ils reprennent leurs marches et arrivent devant une porte métallique.
Le garde la déverrouille et pousse Ryan à l’intérieur avant de la refermer à triple tour.
Ryan s’assied au coin du mur et se met à trembler.

RYAN
(Monologue)
Merde ! J’étais pourtant sur de n’avoir rien laissé sur les lieux ! Merde ! Et qui est ce Rick ?


Erina arrive chez elle après avoir déposé Matt.
Un gros 4X4 attend devant son garage.
Elle ferme sa voiture et rentre chez elle.

ERINA
Combien de fois ai-je dit que tu ne dois pas rentrer chez moi avec ce 4x4 ?

Rick apparait derrière le poteau du salon.

RICK
Navré. Je n’ai pas pu résister.

ERINA
Tu as eu tout ce qu’il te faut. Que veux-tu d’autres ?

RICK
C’est vrai que tu as très bien travaillé. J’ai comme une nouvelle mission à te confier.


2 Mois Plus Tard

Rick se réveille. Il s’essuie les yeux.
Il se touche les joues.

RYAN
(Surprit)
Quoi ? C’est quoi toute cette barbe ? Je ne comprends pas, je me suis rasé hier pourtant.

La pièce est plongée dans le noir complet.
RYAN
Que se passe-t-il ? Je n’ai plus la petite lumière.

Un bruit l’interpelle.
Il se cache dans un coin du mur.
La porte de sa cellule s’ouvre et une lumière aveugle la pièce.

VOIX
Monsieur Ryan Johns ?

RYAN
Oui, c’est moi.

Ryan sort de sa cachette.
Un jeune homme pointe la lumière à son visage.

CHRIS
Je m’appelle Chris. Je dois vous emmener pour votre jugement.

RYAN
Que se passe-t-il ? Vous n’avez plus d’électricité ?

CHRIS
Oui, en quelque sorte. Venez, nous n’avons plus de temps.

Chris le dirige à travers les couloirs sombres.
Ils grimpent les étages par la cage d’escalier.
Chris s’arrête brusquement.
Des faisceaux lasers scrutent le couloir.

CHRIS
(Mettant le doigt devant sa bouche)
Restez-là. Pas de bruit.

Ryan acquiesce de la tête.
Chris le laisse seul et passe à l’opposé des faisceaux.
Quelques minutes après, des coups de feu retentissent.
Ryan se met à l’abri.
Puis, plus rien. Calme plat.
Mais une voix résonne à travers le couloir.

VOIX
Ryan Johns ! Sort de ta cachette.

Ryan met les mains sur sa tête et se place face à la lumière.
Des hommes armés apparaissent et arment leurs puissants flingues sur lui.

VOIX
Suivez-nous, à présent.

Ryan Johns les suit sans trop comprendre ce qu’il se passait.

Parvenant devant les grandes portes, toujours resté dans l’ombre, la Voix s’exclame.

VOIX
Ouvrez-moi cette putain de porte ! On nous attend !

Les gardes se donnent à fond pour essayer d’ouvrir cette lourde porte en métal.
Après plusieurs essaies et de forces, ils parviennent à l’ouvrir.
Mais, Ryan ne s’attend pas à voir ce paysage.

RYAN
Que s’est-il passé, bordel ?

Les grattes ciels de Miami sont en fumée, des véhicules s’entassent sur les routes, des humains sont allongés sans vie sur le sol.

VOIX
Tu vois Ryan. Ça, ça s’appelle le Chaos. Et, c’est à cause de toi, tout ça !

Le mystérieux homme referme la porte avec ses quelques soldats.
Deux gardes restent avec Ryan.
Ryan donne un coup de coude au premier garde. Il s’effondre, le nez en sang.
Le second rapplique mais Ryan lui donne un coup de pied dans les mâchoires.
Il prend un des pistolets et s’enfuit à travers le champ, en passant à coté des cadavres.


MIAMI BEACH, FLORIDE.

Ryan arrive dans un penthouse secret, au vingtième étage d’un gratte-ciel en verre.
Les rayons du soleil frappent le verre.
Il entre dans un bureau très grand. Télévision grand écran, bureau en verre, canapés, bar, chaises.
Au fond du bureau, le dossier de la chaise tourne le dos à l’arrivant.

RYAN
Commandant. Ryan Johns s’est échappé.

LE COMMANDANT
Et comment ?

RYAN
Les deux soldats ont témoignés, affirmant que Ryan Johns les a frappés.

LE COMMANDANT
C’est vraiment navrant. ILS ont besoin de lui et de toutes ces personnes de son espèce.

RYAN
Je le sais. Nous allons le retrouver.

LE COMMANDANT
Ces « Choses » nous proposent leurs aides.

RYAN
Ah bon ?

LE COMMANDANT
Oui. Et, il est de mon devoir d’accepter. Envoie-leur le message. De réveiller ces gens !



QUELQUE PART A LAS VEGAS

Un homme est allongé sur la route.
Tout d’un coup, il est prit de convulsions très violentes.
Ces yeux s’ouvrent. Des yeux verts. Comme des yeux de reptiles.
Les doigts se désintègrent pour laisser place des griffes très coupantes.
Il se relève tant bien que mal et disparait tout d’un coup.

Posté par : Sericle, le 08-06-2013 

Eh bien, on peut dire qu'on reste sur notre faim ! Non allez, je ne vais pas râler, ce que tu nous publie ici est très intrigant et me semble rondement bien mené. Tu m'as l'air très compétent dans l'écriture de scénario, et... je trouve que celui-ci est très bien parti ! Je n'ai rien à redire, je ne vois aucun point négatif. Je crois que le plus important, c'est que j'étais transporté; les lieux que tu décris, j'y étais. C'est incroyable ! En tout cas, continue comme ça ;).

Posté par : Cedy, le 08-06-2013 

Super gentil de ta part. Toujours là pour me donner du courage et de l'envie et ça, je t'en remercie.
Je me sens bien compétent, c'est vrai. Mais ça, c'est juste un synopsis du premier épisode.
Dans le vrai script, il y aura des descriptions et une scène inédite.
Maintenant, reste plus qu'à faire lire ce premier épisode à plusieurs personnes et je pourrai me lancer dans la suite.
Merci beaucoup !!!

Posté par : soysoun, le 09-06-2013 

salut Cedric je viens de lire ton synopsis c'est vraiment intéréssant d'habitude je ne m'intéresse pas à ce genre d'histoire mais celui là et vraiment bien
bonne continuation!! ^^

Posté par : Cedy, le 09-06-2013 

Merci Soysoun. Ravi déjà que ça t'a plus.
Ca me fait plaisir et c'est gentil de ta part d'avoir prit le temps de lire même si tu n'es pas fan de ce genre. ca me touche vraiment XD

Posté par : Cedy, le 14-06-2013 

Merci Franck. C'est gentil.

1


 Il faut se connecter pour pouvoir poster un message

Pseudo : Mot de passe :   


2010-2016©Ecrits Libres - Toute reproduction, même partielle est interdite.

Création du site


Nicolas SORANZO